Aller au contenu
Accueil » Actualité » Littoral pyrénéen : pour une mise en réseau des aires marines transfrontalières

Littoral pyrénéen : pour une mise en réseau des aires marines transfrontalières

L’université de Barcelone et celle de Perpignan ont développé conjointement RESMED, un programme européen Interreg / Proctefa avec un financement Feder (le Fonds européen de développement régional) qui a pour ambition de « restaurer ensemble la biodiversité du littoral » de la frontière donc.

Partant du constat, connu, de l’appauvrissement de la biodiversité, les équipes barcelonaise et perpignanaise (l’UPVD est chef de file) œuvrent à « amniorer la connaissance des écosystèmes marins situés le long de la côte pyrénéenne catalane », dans les eaux de Catalogne et des Pyrénées-Orientales. Sont précisément concernées quatre aires marines protégées : le Parc naturel marin du Golfe du Lion, la Réserve naturelle marine de Cerbère-Banyuls, le Parc naturel de Cap de Creus et le Parc naturel du Montgri, des îles Médès et du Baix Ter. Et huit espèces de poissons : le mérou, le loup, la dorade royale, le denti, le corb, le sar tambour, la bécune et le canthare.

30% des poissons méditerranéens nord-occidentaux répertoriés entre Occitanie et Catalogne

« Le littoral pyrénéen abrite une biodiversité importante avec un tiers des espèces de poissons de la Méditerranée nord-occidentale, rappelle l’université de Perpignan. Comme partout en Méditerranée, la biodiversité marine a fortement régressé. Les causes : surpêche, pollution, artificialisation du littoral, espèces invasives, changement climatique. L’enjeu majeur de ce millénaire est d’inverser la tendance et de permettre une protection et une restauration efficace des populations marines ». Face au manque de connaissance sur « les écosystèmes marins et les espèces associées »le programme RESMED propose une « mise en réseau des aires marines protégées de la zone » verser « optimiser la biodiversité restau commit, une commune gestion est indispensable ».

À lire également  Occitanie : une start-up raconte une cabine à langer pour les plages

Etude transfrontalière, science participative et 8 espèces de poissons à la loupe

RESMED doit ainsi « apporter les clés d’une protection du milieu marin efficace et harmonisée et d’une pêche durable ». Pour cette montre, le programme sera mis à jour « une science participative en impliquant les acteurs locaux et les parties concernées : pêcheurs, plongeurs, citoyens… ». Parce qu’elles présentent un intérêt « patrimonial et halieutique » et que leurs cycles de vie, habitats, déplacements sont variés ; huit espèces de poissons ont ainsi été retenues pour l’étude : le mérou, le loup, la dorade royale, le denti, le corb, le sar tambour, la bécune et le canthare. Il s’agira de « localiser précisément leurs zones d’habitat essentielles », entre l’occitan et le catalogue.

Plus d’information: https://resmed.cat/fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.