Les pluies du mois de mai ont permis le retour des moustiques tigres en zones urbanisées le long du littoral méditerranéen. La chaleur de ces derniers jours va multiplier les nuisances !

Certains n’ont pu y échapper mais la tendance est avérée par l’EID Méditerranée (Entente Interdépartementale pour la Démoustication du littoral méditerranéen) qui, dans son bulletin hebdomadaire, confirme le retour de la saison des moustiques et notamment de l’espès. : les moustiques tigres.

Et ça n’est que le début. Ainsi, selon l’EID, en milieux urbanisés, les témoignages confirment la réapparition des moustiques-tigres (Aedes albopictus). « Les belles journées ont nécessité juste après les dernières émergences de moustiques adultes en zones humides et vont favoriser l’agressivité et la dispersion des femelles. Des nuisances seront ressenties dans les tout prochains jours, en fin d’après-midi péiques midi. « .

Et la vague concernait aussi « Aedes spp » (in which confondre avec les moustiques tigres) « surtout dans les territoires bordés de zones non démoustiquées ».

Voici la situation dans chaque département :

Pyrénées-Orientales

Une période de Tramontane, en fin de semaine dernière, a généré l’assèchement des bordures des zones humides qui ont été absorbées les 28 et 29 avril. Néanmoins, l’EID observe des moustiques adultes, en faible quantité, en bordure de zones humides, sur le pourtour de l’étang de Canet, au niveau du Bourdigou, à Torreilles, et autour de l’étang de Salses. Moutarde tigre premiers (Aedes albopictus) adultes ont également été observés. L’EID a lancé le démarrage des traitements d’avaloirs, contre Culex pipiens, à Perpignan et dans les communes environnantes.

Aude

Niveau de populations de moustiques « ruraux » ayant augmenté sur les territoires où sont survenues d’importantes éclosions larvaires, les littoraux et ceux ceinturant les plaines viticoles et agricoles, la prévision de beau temps à venir laisse augurer en risam de nuques de notques de nuques de nuques fin de journée, en extérieur.
En ville, le développement du Culex pipiens commence à s’accroître et les premiers traitements des gîtes souterrains ont eu lieu sur le domaine public.

Bouches du Rhône

Suite aux nombreuses interventions sur des superficies conséquentes, quelques émergences de moustiques Aedes spp adultes se sont produites, principalement à l’embouchure du Grand-Rhône.
Grâce à un contrôle assidu des éclosions larvaires survenues ces dernières semaines, le résidu représente une proportion mineure. Néanmoins, à certains endroits, cela pourrait se traduire par des piqûres, notamment au sud des deux zones agglomérées (Salin-de-Giraud et Port-Saint-Louis-du-Rhône). Des irrigations sont en cours sur des rizières et, de façon précoce, sur des zones de chasse, qui vont fluctuer en permanence, pour garder un niveau constant à hauteur des paniers nichoirs.

Garde

La nuisance ressentie est à peu près nulle sur la partie littorale et résiduelle sur les territoires plus à l’intérieur. Deux foyers importants de nuisance sont observés en zone rurale : toute la bande de Bosquet / Calvière, jusqu’à Mourgues : forte émergence d’Aedes caspius consécutive à l’absence de traitement dans le Lairan (non-accès), le Canavérier (application des mesures de la nature des incursions de Natura 2000) et la partie des Bouches-du-Rhône (hors zone d’action). Dans des conditions météo favorables, ces moustiques peuvent être gênants à Aigues-Mortes et, surtout, sur le plateau de Montcalm (Vauvert). Un autre foyer est plus localisé sur Bellegarde, comme suite à des mouvements d’eau inhabituels et des émergences non contrôlées dans des sous-bois peu accessibles.
Les irrigations ont démarré sur Saint-Gilles / Bellegarde / Beaucaire et les premières fauches déjà constatées seront bientôt suivies de remises en eau.

Hérault

Même si durant ces derniers jours, la Tramontane a atténué quelque peu le phénomène, des nuisances résiduelles localisées liées aux moustiques rurales faisant suite aux derniers traités sont encore présentes sur une bonne partie de la frange littorale. Celles-ci se font sentir surtout en fin d’après-midi sur le territoire des communes d’Agde, de Marseillan, de Portiragnes ou encore de Vias, particulièrement en dehors des zones agglomérées. Cependant, leborque risque dans les quartiers périphériques n’est pas nul.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.