Aller au contenu
Accueil » Actualité » Licenciement du directeur de la polyclinique Méditerranée de Perpignan : des salariés entre colère et inquiétudes

Licenciement du directeur de la polyclinique Méditerranée de Perpignan : des salariés entre colère et inquiétudes

Ils ne veulent pas payer « les pots cassés des trous dans la casse de leur établissement découverts depuis l’été dernier et en cours d’évaluation, de ciffrage ». Allusion directe faite « aux détournements présumés » reprochés à leur ancien directeur. Les personnels de la polyclinique Méditerranée du Groupe Elsan ont ainsi réagi ce judi par la voix de leurs responsables CFDT Santé-Socio 66, la secrétaire départementale Gwenaëlle Lépine et la trésorière Nathalie Torrès-Bourdon.

En un an, la structure qui était jusqu’alors bénéficiaire aurait encaissé un déficit d’environ 2,5 millions d’euros

« Nous avons été alertées d’un financier très grave qui pourrait mettre en péril les 134 salariés de la clinique. En un an, la structure qui était jusqu’alors bénéficiaire, aurait encaissé un déficit d’environ 2,5 millions d’euros « dénoncent les déléguetes.

Lire aussi :
Agrément du directeur de la polyclinique Méditerranée à Perpignan : près de 100 000 € de chèques ont été utilisés à des fins personnelles

Porte-parole des effectifs des blocs opératoires, des services techniques, de chirurgie, de la pharmacie, mais également de l’accueil et de la maternité, elles évocent « de nouvelles conditions de travail déplorables et une course frefrée vers toujours plus de bénéfices destinés à redresser une gestion économique fragilisée. Gwenaëlle Lépine et Nathalie Torrès-Bourdon ont une mention spéciale pour les agents du bionettoyage. « C’est un des métiers les moins considérables et les plus mal munérés et pourtant la profession est essentielle pour la désinfection des locaux, pour éviter les contagions et les maladies nosocomiales. Les ASH assurent une charge de travail de 16 heures sur un temps effectif de 11 heures en présentiel. »

Lire aussi :
[EXCLUSIF L’INDEPENDANT] Pyrénées-Orientales : le directeur de la polyclinique Méditerranée de Perpignan licencié pour « escroquerie, abus de confiance et usage de fake »

Leur autre préoccupation dans cette polyclinique, unique pôle privé de naissances du département, concerne les sages-femmes. « Alors qu’elles sont sous tension partout en France, en Occitanie et chez nous, la direction veut dénoncer un accord portant sur la revalorisation de leurs salaires. Ce qui représente une perte mensuelle de plus de 500 euros », fustigent les syndicalistes qui attendent avec impatience le comité social d’entreprise extraordinaire prévu ce lundi 17 octobre prochain. D’ores et déjà, des rumeurs de grève entourent la réunion.

À lire également  Le doux luxe de passer les fêtes de fin d'année sous le ciel bleu de Sète

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *