Aller au contenu
Accueil » Actualité » l’État s’engage à aider Marseille et la Méditerranée

l’État s’engage à aider Marseille et la Méditerranée

Le département des Bouches-du-Rhône est à nouveau en alerte pollution à l’ozone. Le niveau 1 a été autorisé par la préfecture judiciaire 4 août et sera maintenu vendredi avec le retour de plusieurs mesures restrictives. La semaine dernière, l’État s’est félicité des actions mises en place lors de la pollution pic de juillet, notamment la circulation différenciée à Marseille, et a réaffirmé son engagement pour l’amélioration de la qualité de l’air.

Dans un communiqué du 29 juillet, la préfecture rappelle son ambition de travailler avec tous les acteurs locaux, et notamment avec la Ville de Marseille, pour associer « le développement économique de la place portuaire et la lutte contre la pollution ». Un objectif affiche qui fait écho aux propos de Clément Beaune, le ministre des Transports, lors de sa visite vendredi dernier dans le bassin industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer. « Je ne veux pas opposer les activitésa déclaré l’énarque, et d’agouter : on peut concilier le développement avec une exigence écologique ».

On peut concilier le développement avec une exigence écologique

Clément Beaune

Un message indirectement adressé au maire de Marseille, Benoît Payan. Lui qui a lancé mi-juillet une pétition visant à interdire les escales des navires les plus émétres lors des épisodes de pollution à Marseille, et à créer une zone ECA »zone de contrôle des émissions» – son manifeste totalise aujourd’hui 47 500 signatures. Entre temps, la Ville a rejoint le plan « Escales zéro fumée », piloté par la Région Sud – plan que soutinet déjà l’État à hauteur de 10,5 millions d’euros. Ce dispositif vise à réduire la pollution aérienne des navires de croisière avec le développement des branchements électriques à quai et le financement des filtres à particules. Benoît Payan a proposé d’injecter 10 millions d’euros pour l’électrification du terminal croisière de Marseille, prévue en 2025. gagne un an ».

À lire également  Sète : le remorqueur Abeille Méditerranée en escale quai d'Alger
Mercredi 3 août – La qualité de l’air est mauvaise, surtout sur les Bouches-du-Rhône (crédit : AtmoSud)

L’Etat pousse en faveur de la création d’une zone ECA en 2025

A partir du 1er janvier 2025, une zone d’émissions contrôlées pour le soufre (SECA) sera effective en mer Méditerranée. L’organisation maritime internationale (OMI) a été approuvée pour sa création le 10 juin dernier. Autrement dit, et conformément à la réglementation européenne, les navires à quai dans le port de Marseille devront utiliser un carburant dont la teneur en soufre n’excède pas 0,1% pour leurs escales – soit un carburant cinq fois moins polluant que la norme internationale hors- SECA. La préfecture promet aussi une mobilisation de L’État » pour faire accélérer les travaux relatifs à la création d’une zone ECA en Méditerranée ». La zone CEA est plus stricte que la zone SECA étant, étant donné qu’en plus de restreindre les émissions sufrées, elle encadre également la pollution à l’oxyde d’azote rétégée par les panaches de fumée. De quoi faire plaisir au maire de Marseille.

Le calendrier prévoyait l’entrée en vigueur d’une zone de contrôle ECA en Méditerranée dès cette année, mais il a pris du retard. Clément Beaune reste optimiste. Il assiste à une « validation de l’OMI dans les prochains mois » verser « tenir l’échéance de 2025 ». Selon un étude d’impact portée en 2019 par le ministère de la Transition écologique, la mise en place d’une zone ECA en Méditerranée permet d’éviter près de 1 730 morts prématurées par an. Le ministre des Transports assure que l’État, face à la pollution de l’air, entend « Poursuivre ses missions de contrôles et de financement ». De son côté, la Ville de Marseille salue, dans un communiqué, « les mesures annoncées par l’Etat en matière de lutte contre la pollution maritime ». Des engagements pris à l’issue de « de nombreux échanges ces derniers jours », détaille la mairie.

À lire également  Cambio de tiempo del verano al invierno: hasta 12 grados menos, lluvia, granizo y hasta nieve | Espagne
(crédit : Rémi Liogier)
Clément Beaune, avec le ministre des transports, en visite dans les bassins ouest de Fos-sur-Mer (crédit : Rémi Liogier)

Pollution au soufre : deux navires épinglés dans les bassins ouest du GPMM

À Marseille, pour serrer un peu plus la vis en matière de lutte contre la pollution soufrée (SOx), l’État dispose d’un levier direct. La direction interrégionale de la mer (Dirm) Méditerranée effectue régulièrement des contrôles sur le respect de la réglementation. « En 2022, les contrôles ont concerné, à ce jour, 100 navires dont 23 sur les bassins est du GPMM (le grand port maritime de Marseille, ndlr) et 72 sur les bassins ouest du GPMM », indique la préfecture. Concernant les croisières, « 13 navires à passagers (…) ont été contrôlés sur les bassins est depuis début 2022 ».

Bilan de l’opération : « deux infractions ont été relevées sur les bassins ouest du GPMM (à Fos-sur-Mer, ndlr) », indique la préfecture. « Ces inspections ont fait l’objet de procès-verbaux transmis au parquet de Marseille en charge des pourcais judiciaires », précise la Dirm Méditerranée dans son rapport. En 2018, le commandant du paquebot Azura a été condamné en appel par le parquet de Marseille à une mende de 100 000 euros pour des faits similaires. L’État promet un renfort des contrôles jusqu’à la rentrée. Puis la Dirm expérimentera entre octobre et novembre des mesures par drones, afin d’évaluer la teneur en soufre directement dans les panaches de fumée.

(crédit : Rémi Liogier)
Deux infractions ont été relevées sur les bassins ouest du GPMM (crédit : RL)

Source du document : le communiqué de la préfecture

Liens utiles:

> La Ville de Marseille rejoint le plan « Escales zéro fumée »
> Pollution : fin de la circulation différenciée dans le centre-ville de Marseille
> Pétition sur la pollution maritime : « On est bien loin du million de voitures ! » (JF Suhas)
> Pollution : AtmoSud défend la circulation différenciée et salue les efforts du maritime
> La Ville de Marseille lance une pétition contre la pollution maritime

À lire également  No era una valioza botella del siglo II, sino frasco medicinal de un dólar | Culture

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.