Aller au contenu
Accueil » Actualité » Les rebelles mexicains donnent l’argent du musée pour des canoës aux sauvetages de réfugiés | Espagne

Les rebelles mexicains donnent l’argent du musée pour des canoës aux sauvetages de réfugiés | Espagne

Trois canoës délicieusement décorés sculptés à la main dans les jungles du sud du Mexique et transportés à travers l’Atlantique sur un navire chargé d’un pacifique, symbolique – et cumbia-bande sonore – invasion de l’Espagne pourrait bientôt trouver un amarrage permanent au cœur de Madrid.

Plus important encore, le produit de la vente des petits bateaux pourrait aider à sauver certains d’entre eux des dizaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants qui risquent leur vie en traversant la Méditerranée chaque année.

La cayucosou pirogues, ont été amenées en Europe par une bande d’indigènes zapatistes arrivés dans le nord de l’Espagne en juin de l’année dernière dans le cadre d’une mission de solidarité à l’occasion du 500e anniversaire de la conquête du Mexique.

Les bateaux, accompagnés d’une broderie anticapitaliste, d’une peinture et d’une vidéo, ont fini par être exposés à Musée Reina Sofía de Madrid dans une salle qui explore la résistance communautaire post-coloniale, y compris la lutte sociale, politique et culturelle de l’Armée de libération nationale zapatiste (EZLN) indigène et anti-mondialiste.

Quinze mois après que le navire rouillé des Zapatistes, La Montaña, a accosté dans la région nord de l’Espagne, la Galice, pour un voyage « pour semer la vie – pas comme il y a 500 ans », le musée est en train d’acheter les six objets de l’EZLN.

Le groupe rebelle reversera le produit de la vente de 25 000 € à Bras ouvertsl’ONG espagnole qui secourt les migrants et les réfugiés en Méditerranée, et dont les efforts l’ont mise en conflit avec l’ancien ministre de l’Intérieur italien et leader d’extrême droite Matteo Salvini.

L’EZLN, qui est devenu célèbre pour avoir mené un soulèvement dans l’État du Chiapas, au sud du Mexique, qui a coïncidé avec la promulgation de l’Accord de libre-échange nord-américain en 1994, a déclaré qu’il faisait don de l’argent à Open Arms parce qu’il avait été profondément ému par le travail humanitaire de l’ONG. .

« Depuis un certain temps, nous suivons la route de la douleur et de la souffrance que parcourent les migrants lorsque, pour tenter d’échapper à un destin de mort et de destruction, ils osent traverser la mer pour atteindre la terre européenne », a-t-il déclaré dans un discours caractéristique. manière discursive, irrévérencieuse et lettre passionnée.

« Nous avons vu qu’il y avait des gens qui ne peuvent pas être témoins d’un acte inhumain sans faire quelque chose pour essayer d’y remédier ou de l’atténuer. Et c’est ainsi que, depuis les montagnes du sud-est du Mexique, nous avons observé des bateaux qui sortaient de la paralysie des quais et des routes touristiques et partaient au secours des naufragés dans les eaux européennes.

Open Arms a répondu avec un déclaration sincère de son propre chef, remerciant l’EZLN pour ce qu’il a appelé « une étreinte de solidarité qui construit des ponts là où d’autres construisent des murs et pour une générosité sans frontières qui sème la vie là où d’autres sèment la mort et la destruction ».

Conformément à l’esprit des canots, a-t-il ajouté, le don servirait à acheter une nouvelle chaloupe pour son navire de sauvetage Astral « afin que nous puissions poursuivre notre vocation d’un voyage sans fin, un voyage pour une vie digne et dans défense des droits de l’être humain sans aucune distinction ».

L’EZLN a déclaré que si elle était ravie de la décision « incompréhensible » de la Reina Sofía d’offrir 25 000 € pour les canoës et les œuvres d’art, elle les aurait volontiers remis à n’importe quel prix.

Il a déclaré que les canoës avaient été transportés à bord de La Montaña pour deux raisons : « pour économiser sur les frais de port vers l’Europe », et pour s’assurer que l’équipage – dont la seule expérience de navigation antérieure avait été sur des rivières et des lacs – se sentirait « en sécurité et heureux » en cas de naufrage.

Sept membres de l'escadron 421 de l'Armée zapatiste de libération nationale (EZLN) arrivent à bord de La Montana au port de Baiona, en Espagne, en juin 2021
Sept membres de l’escadron 421 de l’Armée zapatiste de libération nationale (EZLN) arrivent à bord de La Montana au port de Baiona, en Espagne, en juin 2021. Photographie : Octavio Passos/Getty Images

Selon les zapatistes, le trio de cèdre et d’acajou cayucosdont l’un a été décoré par des enfants, contient des références aux « ancêtres mayas et à la lutte pour la survie des communautés zapatistes actuelles ».

La Reina Sofiá, qui attend que l’achat soit approuvé par le conseil d’administration du musée et le comité d’exportation du ministère espagnol de la culture, affirme que les canots résument « les traits distinctifs de la vision du monde du mouvement révolutionnaire : l’imaginaire des peuples autochtones, la résistance des Jungle lacandon et la logique de communauté ».

L’EZLN a demandé à une troupe de théâtre galicienne, Pallasos et Rebeldia (Clowns in Rebellion), pour l’aider à naviguer dans la vente et la bureaucratie qui l’accompagne.

Pallasos en Rebeldía – qui utilise le théâtre, la musique, le cirque et le clown pour aider les réfugiés et les peuples autochtones au Mexique, au Brésil, en Palestine et en Grèce – avait auparavant aidé les zapatistes en transportant les canoës lors de la dernière étape de leur voyage du nord de l’Espagne à Madrid.

Iván Prado, porte-parole du groupe, s’est dit surpris mais ravi d’apprendre que cayucos paierait un nouveau bateau de sauvetage pour Open Arms.

« C’est un beau geste mais c’est aussi tout à fait conforme à la voie zapatiste », a-t-il déclaré. « Cela parle aussi très bien de la Reina Sofía en tant que musée vivant. Je ne suis pas surpris qu’ils aient acheté ces pièces car elles sont vraiment impressionnantes artistiquement et magnifiquement réalisées.

À lire également  Connaissez-vous le Centauré de la Clape ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.