Aller au contenu
Accueil » Actualité » Les plus belles cascades d’Espagne : une excursion de printemps dans chaque commune | El Viajero Guide 2023

Les plus belles cascades d’Espagne : une excursion de printemps dans chaque commune | El Viajero Guide 2023

Les cascades que nous vous proposons ici sont (peut-être) les plus belles d’Espagne. De toute l’Espagne. Pas seulement dans la partie pluvieuse de l’Espagne. Et le plus beau, c’est qu’il n’est pas nécessaire d’être un randonneur chevronné pour trouver la plupart d’entre elles. Un tour de toutes les communautés autonomes à travers les cascades les plus spectaculaires et essentielles, pour profiter de la verdure, de l’air frais et de la nature à travers 17 cascades.

Sommaire

Andalousie : cascades de la rivière Borosa, Santo Tomé (Jaén)

C’est l’un des sentiers les plus exigeants de la Sierra de Cazorladure près de huit heures (aller et retour). Et pourtant, elle est toujours bondée de monde. Il doit y avoir une raison à cela. Il commence à la pisciculture de la rivière Borosa et remonte cet affluent du Guadalquivir, en passant par la gorge ou le ravin d’Elías, la chute vertigineuse de Los Órganos et la lagune de Valdeazores, qui se cache dans un paysage qui rappelle davantage les canyons des Pyrénées que les oliveraies de Jaén. Tout au long du parcours, vous verrez des cascades, des lagunes, des bassins de couleur émeraude et des rapides qui traversent la roche calcaire comme du beurre.

Un groupe de randonneurs sur les passerelles le long de la rivière Borosa, à Jaén (Andalousie).JaviJ (GETTY IMAGES)

Aragon : Cascade de Forau de Aiguallut, Benasque (Huesca).

Marche depuis les Llanos del Hospital -a 13 kilomètres de Benasqueen remontant la vallée – vous arrivez en deux heures et quart avant l’heure de départ de l’avion. forau ou un trou, aussi grand qu’un stade, où les eaux naissantes de la glace de la montagne -ci-dessus nous verrons le glacier d’Aneto s’ébouler- s’écoulent sous terre après une chute d’eau tonitruante. Le plus curieux dans ce gouffre karstique est qu’il ne renvoie pas les eaux dans la vallée du Benasque, mais les envoie sous terre dans la vallée d’Aran voisine, du côté de l’Atlantique, étant donné qu’il s’agit d’un gouffre d’eau. les seules des Pyrénées aragonaises. qui ne vont pas jusqu’à la Méditerranée en passant par l’Èbre. Cela ressemble à de la magie.

Asturies : Cascade de Seimeira, Santa Eulalia de Oscos

Les Hurdes asturiens. Voici comment connue sous le nom de région de Los Oscosoù la Principauté jouxte la Galice, l’une des terres les plus abruptes de la côte cantabrique, l’une des plus abandonnées par le progrès, l’une des plus dépeuplées. Mais elle est riche en eau. Sources, ruisseaux et rivières parcourent de leur cours agité tous les recoins de la montagne. Cette richesse n’est nulle part plus évidente que dans la cascade de Seimeira, où la rivière Murias se jette dans une falaise rocheuse de 20 mètres de haut, formant la plus grande chute d’eau de la région. C’est dans le village de Pumares, qui appartient à la municipalité de Santa Eulalia de Oscos, que commence le chemin PR AS-116, qui permet d’y accéder en un peu plus d’une heure. L’eau est également un protagoniste dans la commune voisine de Taramundi. Ici, il y avait autrefois six maillets, des marteaux gigantesques – jusqu’à quatre tonnes – actionnés par la force de l’eau des rivières, qui servaient à donner au fer mille formes : casseroles, poêles, seaux, couteaux, braseros… On peut voir l’un d’entre eux en action dans le musée de la ville de Taramundi, en Espagne. ensemble ethnographique d’Os Teixoisoù le ruisseau de Mestas actionne également un moulin, un moulin à foulon, une meule et une dynamo. Enfin, le ruisseau sert également à refroidir le cidre dans la taverne.

Îles Baléares : Salt des Freu, Bunyola (Mallorca)

À Majorque, où il y a tant de choses, il n’y a pas de rivières. Ce qu’il y a, dans la Sierra de Tramontana, ce sont des torrents, des ravins secs qui, à la saison des pluies, abritent des courants impétueux et des cascades qui n’ont rien à envier aux plus belles du continent. Dans l’un de ces torrents, le Coanegra, près du beau village d’Orient, à 411 mètres au-dessus du niveau de la mer, se trouve le Salt des Freu, la cascade la plus célèbre de l’île des Baléares. À tel point que si vous arrivez après onze heures du matin au point de départ de la petite promenade que vous devez faire pour la voir, vous ne trouverez pas de place pour vous garer. Ce point se trouve au kilomètre 8,5 de la route PM-210. entre Bunyola et Orient1,5 kilomètres d’Orient. Cinq ou six voitures peuvent se garer dans le fossé, mais pas plus. De là, en suivant un ancien chemin de charbonniers, on longe une belle prairie entourée de montagnes, on entre dans une forêt ombragée de pins et de chênes verts et, après 20 minutes, on arrive à la zone des cascades, où le torrent forme deux cascades de 10 mètres de haut et plusieurs autres plus petites. Vous ne pouvez pas vous perdre. Le site attire les randonneurs et les amateurs de canyon. En cas de doute, il y a toujours quelqu’un à qui demander.

À lire également  Shakira a été expulsée par le père de Gerard Piqué
Descente en rappel au Salt des Freu (Majorque).
Descente en rappel au Salt des Freu (Majorque).colau / Alamy

Îles Canaries : cascade de Los Tilos, San Andrés y Sauces (La Palma)

La forêt de Los Tilos, une forêt vierge de lauriers qui a été déclarée réserve de biosphère en 1983, 19 ans avant l’entrée en vigueur de la Convention de Ramsar. avant que l’ensemble de La Palma ne soit déclaré réserve de biosphère.C’est l’un des plus grands trésors de l’île des Canaries et, par conséquent, l’un des endroits les plus visités. Il est conseillé de se lever tôt le matin pour voir la cascade de Los Tilos, telle que Dieu l’a créée. En fait, c’est l’homme qui l’a mise au monde, car elle est artificielle : l’eau est acheminée vers la cascade à partir d’une centrale hydroélectrique. Neuf heures du matin est un bon moment : vous verrez une personne (ou deux) et un arc-en-ciel couronnant le rideau d’eau. La cascade se trouve dans la commune de San Andrés y Sauces, tout près du centre d’accueil de Los Tilos. Il faut moins de 10 minutes, en suivant un chemin évident (il y a un panneau au début) à travers plusieurs tunnels bien éclairés, pour atteindre la cascade. Vous la découvrirez entourée d’une végétation extraordinaire, qui semble tout droit sortie de Jurassic Park : il y a des tuiles (une variété de laurisilva que l’on appelle ici tilos, d’où le nom de l’endroit), des fougères géantes, du palo blanco, des lauriers, des barbusanos, du viñátigo, des fayas, de la bruyère… Et un calme absolu, parce qu’il est encore tôt (à onze heures du matin, il y a déjà une foule) et parce que le tourisme à La Palma est, pour l’essentiel, calme et respectueux.

Des randonneurs visitent la cascade de Los Tilos sur l'île de La Palma.
Plusieurs randonneurs visitent la cascade de Los Tilos sur l’île de La Palma.Juanjo Sierra

Cantabrie : source de l’Asón, Soba

Plus de 4 000 grottes dans le bassin supérieur de l’Asón. Dans l’une d’entre elles, la rivière du même nom jaillit soudainement des entrailles de la roche au milieu d’une falaise de 70 mètres de haut (comme si l’on avait tiré un robinet géant de la paroi) et se jette dans une vallée idyllique parsemée de prairies juteuses et de hêtres colossaux. On ne peut pas rêver mieux. Depuis le village d’Asón, il faut une heure et demie de marche pour arriver au pied de la cascade. Mais vous pouvez aussi la voir sans faire un pas : depuis le mirador situé à cinq kilomètres du village, sur la route CA-265.

Panneau de signalisation à la source de l'Asón, à Soba (Cantabrie).
Panneau de signalisation de la source de la rivière Asón, à Soba (Cantabrie).Terre Ruben (GETTY IMAGES)

Castille-La Manche : cascade de Poveda et rivière Mundo, Guadalajara et Albacete.

La cascade de Poveda n’est pas naturelle, mais provient de la rupture d’un ancien barrage hydroélectrique, ce qui n’enlève rien à son caractère impressionnant. beauté du puissant fleuve Tage plongeant d’une hauteur de 20 mètres dans un fracas effroyable. Ce qui est naturel, c’est la belle lagune de Taravilla, formée par les eaux d’une source située à 300 mètres de la cascade et au fond de laquelle, selon la légende, se cache le trésor du comte Don Julián. La route 8 du parc naturel de l’Alto Tajo relie les deux merveilles aquatiques en deux heures de marche.

Pour les paysages naturels de Castille-La Manche, celui des jets de la rivière Mundo, dans la province d’Albacete. En Espagne, il existe d’autres cours d’eau qui jaillissent d’une falaise calcaire, comme l’Asón en Cantabrie ou l’Urederra en Navarre, mais aucun n’a la force du Mundo, dont le débit est multiplié certains jours par mille (100 000 litres par seconde), une barbarie de l’eau qui, tombant en cascade d’une grande hauteur, offre un spectacle cauchemardesque. Cette explosion d’eau, qui se produit sans prévenir (il faut bien sûr qu’il pleuve beaucoup avant), est connue sous le nom de « burstón ». À six kilomètres de la ville de Riópar, en direction de Siles par la CM-3204, l’accès à la grotte de Los Chorros est indiqué. Depuis le parking, un simple sentier balisé de 800 mètres mène en un quart d’heure à deux miradors, d’où l’on peut voir le Mundo jaillir d’une entaille de 300 mètres et tomber pour former plusieurs cascades consécutives (la plus grande, de 80 mètres) et des bassins appelés ici calderetas. Il est interdit de quitter le sentier, de se baigner dans les piscines cristallines et de manger dans la zone, et la capacité maximale est de 100 voitures, ce qui explique qu’à certaines périodes de l’année (surtout en été), il y a souvent une file d’attente pour entrer.

Castilla y León : cascade d’Orbaneja del Castillo et source du Nervión, Burgos.

Pour la voir, il n’est pas nécessaire de marcher beaucoup ou peu, mais pas du tout. Cette cascade est créée par un torrent qui sort de la grotte Cueva del Agua, juste au-dessus des maisons d’Orbaneja del Castillo. Un torrent qui, dès qu’il voit la lumière, traverse le village à toute vitesse et se jette dans l’Èbre dans un plongeon de 25 mètres, sautant et se brisant en mille traînées sur la roche tuffacée et moussue. Tout cela se passe, comble de l’émerveillement, dans un coude du canyon de l’Èbre, le gigantesque et sinueux fossé de 200 mètres de profondeur que le grand fleuve ibérique a creusé dans les landes calcaires du nord de Burgos.

À lire également  Les républicains travaillent sans vergogne pour restaurer la démocratie. Les démocrates sont-ils attentifs ? | droits de vote aux États-Unis

Dans cette province, il existe un autre paysage aquatique incontournable. Dès qu’il prend sa source à Berberana, le Nervión plonge sur la falaise de 200 mètres qui sépare Burgos de l’Álava, la Castille et Léon du Pays basque. Depuis la maison du parc de Monte Santiago, à six kilomètres de Berberana, une simple promenade d’un peu plus d’une demi-heure permet d’atteindre le mirador du Salto, d’où l’on peut voir le Nervión former la plus grande chute d’eau d’Espagne. Enfin, ce que l’on dit, c’est qu’on le verra si l’on y va après plusieurs jours de fortes pluies ou pendant le dégel du printemps. Le reste de l’année, vous ne verrez qu’un filet d’eau ou rien du tout.

Cascade dans le village d'Orbaneja del Castillo, dans la province de Burgos.
Cascade dans le village d’Orbaneja del Castillo, dans la province de Burgos.SylviePM (Getty Images/iStockphoto)

Catalogne : Salt de Sallent, Rupit (Barcelone)

Rupit a été proposé pour faire partie de l’association Les plus beaux villages d’Espagne et n’a pas voulu. Ce village de la région d’Osona a beaucoup de visiteurs. Ce n’est pas seulement une belle enclave de pierre et d’éléments médiévaux, à laquelle on accède par un pont piétonnier suspendu. C’est aussi le point de départ d’une simple promenade d’un peu moins d’une heure pour atteindre le Salt de Sallent, la plus grande chute d’eau de Catalogne, haute de 115 mètres. L’itinéraire, bien balisé, longe l’ensemble de l’île de Sallent. Ruisseau Rupit qui présente une succession de cascades et de chutes d’eau, dont beaucoup servaient autrefois à actionner des moulins à vent. Près de la cascade se trouve un point de vue bien ombragé par un chêne vert, idéal pour la contempler et s’émerveiller de l’amphithéâtre de montagne qui s’ouvre aux pieds de l’observateur. Le point de vue est également accessible à pied en 20 minutes depuis un parking proche, mais ce n’est pas la même chose. La marche à travers le village, et du village à la cascade, est plus fraîche.

Plusieurs randonneurs au Salt de Sallent à Rupit, le plus grand de Catalogne, dans la région d'Osona à Barcelone.
Plusieurs randonneurs au Salt de Sallent à Rupit, le plus grand de Catalogne, dans la région d’Osona à Barcelone.ALBERTO ZAMORANO (Alamy)

Communauté de Madrid : ruisseau Somosierra

Descente à pied depuis le col de Somosierra de l’ancienne N-I, en direction de Ségovie, il faut une demi-heure pour atteindre cette cascade (également connue sous le nom de Chorrera de los Litueros), où le ruisseau Peña del Chorro se jette dans le vide en plusieurs chutes rugissantes et fumantes, dont la plus haute atteint 50 mètres. Curieusement, le ruisseau Peña del Chorro est l’une des premières sources du Duratón, une rivière célèbre pour ses gorges peuplées de vautours. Une rivière de haut vol qui, dès le berceau, montre déjà son potentiel.

Communauté valencienne : Cascade de Brazal ou salto de la Novia, Navajas (Castellón)

Longue, blanche et rayonnante, comme la queue d’une robe de mariée, la cascade de Brazal tombe d’une corniche de plus de 30 mètres de haut et s’écrase sur la rive rocheuse de la rivière Palancia, formant l’un des paysages aquatiques les plus envoûtants d’Espagne. Cependant, ce n’est pas à cause de la chute d’eau, mais parce que dans les temps anciens, les mariées devaient sauter par-dessus la rivière à cet endroit si elles voulaient s’assurer un mariage heureux et fructueux. La légende raconte qu’une mariée, en allant sauter, a glissé et a entraîné le marié qui voulait l’aider au fond de la rivière. Il n’y a pas eu de mariage, bien sûr. El Salto de la Novia se trouve à côté de Navajas, un village plein de sources (dont beaucoup sont minérales et médicinales) et avec un orme monumental, planté en 1636. En allant de Navajas à la cascade, vous pouvez voir les sources d’El Lugar, La Peña, Virgen de la Luz, El Hierro… Bien sûr, le promeneur ne mourra pas de soif. Dans la rue Bajada de las Fuentes se trouve un centre d’accueil des visiteurs où, d’avril à octobre, les nombreux baigneurs qui fréquentent cet endroit doivent s’acquitter d’une taxe de deux euros (le reste de l’année, c’est gratuit). C’est le point de départ du sentier qui, en suivant la rivière Palancia, mène à la cascade en 10 minutes.

Estrémadure : Chorro de la Meancera, Nuñomoral (Cáceres)

Le Chorro de la Meancera est une belle prêle, aux eaux propres et cristallines, qui plonge à travers l’ardoise sombre dans une cascade de plus de 100 mètres, éclaboussant tous ceux qui s’en approchent depuis El Gasco, un village qui se cache, comme la cascade elle-même, dans le paysage escarpé et montagneux de Nuñomoral, à l’ouest de Cáceres. cœur escarpé et tortueux de Las Hurdesprès de la source de la rivière Malvellido. Il faut deux heures pour faire l’aller-retour par un sentier bien balisé, mais cela vaut la peine de marcher 45 minutes pour découvrir le volcan d’El Gasco. Il ne s’agit pas d’un volcan, mais du cratère d’une météorite tombée ici il y a un ou deux millions d’années. L’énorme gouffre de 50 mètres de diamètre ne sert plus aujourd’hui qu’à frotter les yeux des étrangers, mais dans les années 1980, la pierre ponce de la région était utilisée pour laver et faire vieillir les jeans ou pour fabriquer des pipes à fumer.

À lire également  Masters Cup 2023 : le parcours "spectaculaire" de Carlos Alcaraz (avec quelques mais) | Tennis | Sport

Galice : Cascade d’Ézaro, Dumbría (La Corogne)

Peu de rivières au monde, et aucune en Espagne, font ce que fait le Xallas : se jeter dans la mer d’un bond. Et pas n’importe quel saut. Car le Xallas plonge dans l’océan Atlantique par une brèche dans le mont granitique Pindo, l’Olympe celtique, créant une belle queue de cheval de 40 mètres de haut. Il faut environ cinq minutes pour arriver au pied de la cascade depuis le port de plaisance de la ville d’Ézaro, à La Corogne, en empruntant une passerelle en bois de 300 mètres de long, large, sûre et bien traitée pour éviter les glissades. Si vous voulez voir la cascade d’une autre manière, vous pouvez louer un kayak.

La cascade d'Ézaro, dans la municipalité de Dumbría (La Corogne).
Cascade d’Ézaro, dans la municipalité de Dumbría (La Corogne).Andrés Campos

La Rioja : cascades de Puente Ra, Villoslada de Cameros

On dit que les habitants de La Rioja, lorsqu’ils parlaient encore le latin, se référaient à la sierra de Cebollera Lumbus Aureus, en raison de la couleur dorée de ses pentes enneigées au coucher du soleil. C’est l’origine du nom encore donné à son lieu le plus ancien et le plus sacré, l’ermitage de Lomos de Orios (XVIIe siècle), qui se trouve à plus de 1 400 mètres d’altitude, à Villoslada de Cameros. La Senda de las Cascadas commence et se termine à l’ermitage. Elle mène, à travers une belle forêt de hêtres, aux cascades de plus de quatre mètres de haut du ruisseau Puente Ra, un affluent de l’Iregua. Il s’agit d’un circuit balisé de 6,6 km et d’une durée de deux heures. Difficulté : minime. Satisfaction : maximale. En regardant courir et sauter le ruisseau de Puente Ra, on se souvient des courses et des sauts de Lino Martínez, un berger de la région qui, selon la légende, fut un jour de 1824 poursuivi par un lézard gigantesque qu’il avait nourri lorsqu’il était bébé. La bête était sur le point de dévorer son bienfaiteur quand, en s’enfuyant, il atteignit l’ermitage et la Vierge ouvrit la porte et la referma au moment où le lézard entrait, divisant l’animal en deux. C’est pour cette raison qu’à l’entrée de l’ermitage se trouve un grand lézard sculpté dans une corne de vache et dont le corps est coupé en deux.

Navarre : source de l’Urederra, Baquedano

Des centaines de cascades et de bassins cristallins forment la rivière Urederra dès qu’elle prend sa source dans une entaille calcaire de la chaîne montagneuse d’Urbasa. Urederraen basque, signifie « belle eau ». Et c’est effectivement le cas. C’est pourquoi, parce que tout le monde veut voir quelque chose d’aussi beau, pour éviter les foules, il faut réserver à l’avance sur le site web et payer cinq euros par véhicule garé sur le parking du village de Baquedano, où commence le sentier de 6,2 kilomètres (aller-retour) qui mène à la source.

Région de Murcie : salto del Usero, Bullas

L’Usero est une chute d’eau d’à peine deux mètres et demi de haut, située à la source de la rivière Mula. Il s’agit donc d’une chute modeste. Ce qui fait la particularité de ce lieu, situé à 1,5 kilomètre de la centre ville de BullasLe lit de la rivière est formidablement encaissé : l’érosion a sculpté le grès et le travertin du terrain pour former une immense voûte, sous laquelle la rivière bondit et plonge dans un bassin ou vaera de cinq mètres de profondeur. Ce n’est pas une cascade souterraine, mais presque. Ce n’est pas une piscine naturelle intérieure, mais presque. Il s’agit presque d’une oasis, d’un coin humide, frais et ombragé au milieu d’une terre dont le taux de précipitations est l’un des plus faibles de la péninsule ibérique. Il est si singulier et attrayant que des milliers de baigneurs viennent en profiter en été. Ou du moins, c’était le cas, car pour le protéger, l’accès est désormais limité à une capacité maximale de 50 personnes, qui ne peuvent rester sur place que pendant deux heures et demie au total. Le reste de l’année, l’accès est libre.

El salto del Usero, à Bullas (région de Murcie).
La cascade de l’Usero, à Bullas (région de Murcie).J. M. PELEGRIN FRANCO 23268097D (Getty Images/iStockphoto)

Pays basque : cascade de Goiuri-Gujuli, Urkabustaiz (Álava)

Un kilomètre avant d’arriver au petit village de Goiuri-Gujuli, sur la route A-2521, vous trouverez un point de vue sur l’une des plus hautes chutes d’eau d’Espagne : 105 mètres ! L’impressionnante cascade est formée par le cours de la rivière Oiardo, affluent de l’Altube, lui-même affluent du Nervión, qui se jette dans une falaise au pied du mont Gorbea. Juste au-dessus de la cascade vous trouverez le gîte rural Ugarzabalgéré par une famille heureuse et aimante à souhait. Vous pourrez ainsi profiter de deux cascades : l’une d’eau et l’autre d’affection.

Abonnez-vous ici au Lettre d’information El Viajero et trouvez l’inspiration pour vos prochains voyages dans nos comptes sur Facebook, Twitter e Instagram.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *