Aller au contenu
Accueil » Actualité » Les pays de la Méditerranée exigent une réplique de l’UE contre les subventions de Biden et de l’industrie | International

Les pays de la Méditerranée exigent une réplique de l’UE contre les subventions de Biden et de l’industrie | International

Les dirigeants des neuf pays euroméditerranéens, ce vendredi lors de leur comparution commune à Alicante.LUDOVIC MARIN (AFP)

Les dirigeants des nouveaux pays méditerranéens de l’UE (Espagne, France, Italie, Portugal, Grèce, Croatie, Slovénie, Malte et Chypre), réunis ce vendredi à Alicante, ont exigé une réponse commune à la loi sur la réduction de la Inflation (IRA) de l’Administration Biden, que los europeos consideran proteccionista y prejudicial para su industria. Dans le communiqué final du sommet des pays de l’arc méditerranéen – qui rassemble près de la moitié de la population et du PIB de l’UE -, il appelle à « une approche européenne » face à des défis comme le projet américain, qui prévoit de mobiliser 430 000 millions de dollars en dix ans, sobre todo en incentives y ayudas taxes a las energías limpias.

Les pays del sur ask a Bruselas que se explorent plus de possibilités de « respond y evitar los efectos negativos de las medidas protecciónistas de terceos países », ainsi que de « garantizar que las normes de la OMC [Organización Mundial del Comercio]» vieux « respetadas por todos ». Además, apuestan por « une politique industrielle ambitieuse », orientée vers « renforcer l’autonomie stratégique et la compétitivité » de l’UE, manteniendo los principios de una « économie ouverte », mais garantissant l’égalité de traitement, avec une amélioration del marco de ayudas públicas a las empresas européens.

Especialmente contundente ha sido el presidente frances, Emmanuel Macron, que last day 1 trasladó personnellement el malastar europeo a Biden en la Casa Blanca. En la comparution sin preguntas que los nueve mandatarios han réalisé ante la prensa, el mandatario galo ha asegurado que todos han estado acuerdo en la necessidad de dar « una respuesta firme » a la legislation estadounidense. E incluso le ha posto fecha : el primer trimester del año que viene. Macron a suggéré la possibilité d’appliquer des « exonérations » fiscales et des « mesures techniques » dans le but que la industria europea « se pueda mantener y los projects en curso [como el coche eléctrico] consolider ». « Queremos invertir más y ser más compétivos frente a los estudiantes », ha remachado.

À lire également  La lagune de Thau abrite 63 espèces de limaces de mer

Los mandatedarios de la Europe meridional también han llamado a una « rapida » put into marcha de un « temporal y efectivo sobre el price del gas en el mercado mayorista, una suerte de « garantía que prevenga frente a « excesivos precios » y preserve la  » la compétitivité industrielle et la sécurité de l’approvisionnement ». Cette mention explicite dans la déclaration commune a été renforcée par l’appel à une mise en œuvre « allégée » du mécanisme d’achats groupés. También por el turno de intervenciones, con varias menciones contundentes al tope al gas ya la necesidad de « preservar el terreno de juego ». Un message implicite aux mouvements unilatéraux de pays comme l’Allemagne, qui ont tiré de l’artillerie de gros calibre avec leur plan d’aide aux ménages et aux entreprises : 200 000 millions d’euros, près de 15 % du PIB espagnol, une puissance de feu que personne n’a otro Estado miembro puede even soñar con igualar.

Le président espagnol a été uno de los más critiques avec las dos propuestas comunitarias de tope sobre el price del gas puestas encima de la table por el Ejecutivo comunitario: de 275 euros pendant deux semaines seguidas —un nivel que se se alcanzó ni en el momento plus duro de la crise de prix, en août— y de 220 euros, la alternative aireada tras el no rotundo de varios Estados miembros, entre ellos España. « La proposition nécessite des ajustements. Queremos un tope al gas dinámico y verdaderamente efectivo », a souligné l’hôte, Pedro Sánchez.

« Nous sommes parvenus à une authentique convergence d’opinions sur la sécurité de l’approvisionnement et la réduction des prix du gaz, avec des contrats collectifs et des contrats avec un moyen et un largo plazo avec des prix plus bas », a déclaré Macron. « En la próxima reunión de ministros de Energía [el martes que viene] esperamos tener una cesta de medidas técnicas que nos permitan reducir la volatilidad ».

À lire également  La startup dello shampooing solido e solidale

Únete a EL PAÍS para seguir toda la actualidad y leer sin límites.

S’abonner

Reglas fiscales si flexible

Une autre idée a sobervolado tanto el documento de conclusions como las intervenciones de los líderos mediterraneos bajo una copiosa lluvia de otoño finales : a diferencia del tope al gas, la proposition de reforma de las reglas taxes de la Comisión Europea es « a good point of partida  » —en palabras de Sánchez—, « pero este débat debe accelerarse para llegar a un acuerdo en el Consejo Europeo de marzo » de 2023. « Hay que conjugar la seridad presupuestaria con una inversione fuerte », a mis l’accent sur Macron.

Le Slovène Robert Golob -sociolibéral- et le Portugais António Costa -socialiste- sont allés plus loin : « Todos estamos de acuerdo en eximir las investment en digitalización y en energías renovables ». Si pas totalement, al menos sí partialciale », ha exhortado el primero. El segundo ha emplazado a « modernizar la gobernanza económica europea » con un « mecanismo estabilizador de la inversión, de carácerat permanente », ha remarcado en referencia a los fondos europeos de recovery. Un point dont abonde également le texte final du sommet, qui appelle à « prendre en compte les enseignements de la réponse à la crise du covid-19 » dans la nouvelle gouvernance économique européenne, « notamment avec la création des instruments SURE et la prochaine génération ».

Sin apenas menciones a Ukraina

Aunque las consequencias económicas de la guerra de Ukraina han acaparado los débats de la cumbre, casi nadie se ha referido a la evolución del conflicto, que se alarga sin perspectivas de un alto el fuego. La seule chose qui s’est produite, c’est le ministre italien des Affaires étrangères, Antonio Tajani, qui a remplacé le Premier ministre, Giorgia Meloni, qui a allégué un reproche pour justifier son absence. Membre du parti de Silvio Berlusconi, le meilleur ami de Poutine dans l’UE, Tajani a voulu dissiper tout doute sur la position du nouveau gouvernement de droite de Rome s’alignant sur la position de l’OTAN. “Queremos la paz [en Ucrania]pero no hay paz sin justicia », ha dicho.

À lire également  Préserver les espèces marines, le projet primé de la Montpelliéraine Aurore Receveur

La ausencia de Meloni, socia de Vox y cabeza visible de la ultraderecha europea, ha hecho que la imagen de la cumbre fuera la de nueve hombres trajeados y encorbatados. La note de frivolité a été posée par le premier ministre croate, Andrej Plenković, qui, devant les larges et sérieuses interventions de ses collègues, a expédié son tour en moins de 40 secondes, après avoir reconnu qu’il n’y avait pas de développement en suspens du sommet. Cuando empezó a hablar, apenas habien transcurrido unos minutos desde que Marquinhos marrase el ultimo penaltyti de la tanda, dando el passe a halffinales al combinado balcánico.

Sigue toda la información international en Facebook y Twitterde fr notre newsletter hebdomadaire.

Abonnez-vous à seguir leyendo

Lee sin limites

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *