Aller au contenu
Accueil » Actualité » Les îles Baléares transforment les logements publics

Les îles Baléares transforment les logements publics

La communauté scientifique l’a une nouvelle fois souligné lors de la 27e Conférence des Nations Unies sur le changement climatique en Égypte : pour que la planète soit habitable pour les êtres humains, les émissions de CO2 doivent être réduites de 50 % d’ici 2030 et être quasiment nulles d’ici 2050. Cela empêcherait la planète de se réchauffer de plus de 1,5°C d’ici la fin du siècle, ce qui éviterait les pires scénarios de la crise climatique. Un engagement établi à la fois dans la législation espagnole et dans les îles Baléares, pionnières dans la prise en compte, dès 2019, des directives européennes qui allaient dans le sens d’engagements climatiques et environnementaux mondiaux.

Cela oblige les institutions publiques à entreprendre une profonde transformation de l’économie et des secteurs productifs, ce qui, dans le cas des îles Baléares, commence à se voir dans les logements publics conçus par l’Institut du logement des Baléares (Ibavi), qui doivent respecter les nouvelles réglementations environnementales. « Les maisons doivent avoir une très faible consommation d’énergie », explique Carles Oliver, l’architecte d’Ibavi, dans des conversations avec elDiario.es. « Ceci est fait dans le but de rendre les appartements très confortables, pour éviter la pauvreté énergétique et comme mesure d’adaptation au changement climatique », dit-il.

Les techniciens d’Ibavi, une agence du département gouvernemental de la mobilité et du logement, conçoivent de nouveaux lotissements publics afin qu’ils puissent mieux s’adapter aux conditions climatiques que les scientifiques prévoient pour les prochaines décennies. Pour atteindre leurs objectifs, dit Oliver, ils conçoivent les bâtiments en utilisant une combinaison de plusieurs procédures. Tout d’abord, ils choisissent des matériaux ayant une faible empreinte CO2 (en privilégiant les matériaux locaux). Par exemple, les pierres de marèsLes matériaux sont en terre ou en céramique enduite de chaux – tous des matériaux lourds, ce qui est important, souligne Oliver – avec lesquels ils atteignent une « inertie », c’est-à-dire des matériaux qui offrent une résistance au réchauffement en été.

À lire également  Départs et retours de vacances : des bouchons fréquentés sur les routes, qu'est-ce que les espèrent du week-end ?



Sommaire

Des logements adaptés au changement climatique

« La meilleure chose est que le bâtiment n’a pas besoin d’énergie : il n’y a pas besoin d’utiliser la climatisation en été. Il existe toute une série de conditions de conception qui permettent le refroidissement, de manière « passive », c’est-à-dire sans frais. Avec les outils mêmes que cet espace vous offre, il ne fait pas chaud en été et pas froid en hiver », souligne l’architecte Ibavi. L’une des caractéristiques du climat méditerranéen et insulaire est la forte humidité, qui fait que la sensation thermique est plus élevée en été et plus faible en hiver que ce qu’indique le thermomètre. En ce sens, les matériaux utilisés pour ces bâtiments servent également à réguler l’humidité.

Après avoir choisi les bons matériaux, ajoute Oliver, d’autres types de techniques sont utilisés pour atteindre l’objectif final. « Par exemple, la ventilation croisée : il faut que les appartements aient deux façades avec deux orientations différentes, vers les brises de mer, de sorte qu’elles entrent par une fenêtre et sortent par une autre. Cela permet également de refroidir « passivement » l’appartement », explique Oliver. Il s’agit donc d’un mélange de facteurs : donner du poids à la maison, une ventilation adéquate, de l’ombre au moyen de stores, de porches ou de pergolas… Et, dans la mesure du possible, de nombreuses plantes sont plantées pour remplir une fonction bioclimatique. « Lorsque cela ne suffit pas, nous installons également des ventilateurs sur les toits. C’est un moyen de refroidissement beaucoup plus efficace que la climatisation. Le ventilateur de plafond ne change pas la température, mais il change le refroidissement éolien », explique l’architecte.

Laura García, architecte spécialisée dans l’efficacité énergétique des bâtiments et conceptrice de maisons passives avec près de neuf ans d’expérience à Eivissa et Formentera, explique à elDiario.es que les logements sociaux d’Ibavi sont conçus selon des critères bioclimatiques afin d’exploiter au mieux les ressources naturelles. « En hiver, le rayonnement solaire chauffe la maison et en été, nous profitons de la ventilation croisée. Les maisons sont disposées de manière à ventiler la maison : le vent entre par une fenêtre et sort par une autre. C’est une solution « passive » : vous n’avez pas besoin de trop de chauffage en hiver et pas trop de refroidissement en été », explique García.

Techniques d’isolation

En plus de ces méthodes, il existe différentes techniques pour isoler les bâtiments : une dizaine de centimètres sur la façade et entre vingt et trente centimètres sur le toit. « Cette isolation peut être naturelle, par exemple en utilisant les feuilles mortes de posidonie sur la plage », explique Oliver, pour laquelle un permis doit être demandé, car il s’agit d’une plante protégée, considérée comme le poumon de la Méditerranée – pour son effet oxygénant sur la mer et sa capacité à absorber le CO2.



« Si nous parvenons à bien gérer la posidonie et à n’utiliser que les couches supérieures, qui sont celles qui sont les plus propres en sable, nous n’affectons pas le système dunaire et nous utilisons un isolant avec moins d’énergie intrinsèque que ce que nous pouvons trouver sur le marché », explique Oliver. L’utilisation de feuilles mortes de posidonie comme matériau de construction est un processus très complexe, explique García, car il nécessite « des expérimentations et des tests qu’ils ont dû réaliser pour savoir comment il se comporte thermiquement ». « Ce n’est pas la même chose que d’acheter des matériaux manufacturés avec des caractéristiques définies. Ils ont dû faire un gros travail de recherche », dit l’architecte.

Les logements sont également organisés dans une perspective de genre. Cela implique, par exemple, que la cuisine doit être ouverte sur le salon, afin de rendre visibles les tâches domestiques liées à la nourriture. D’autre part, il rompt avec le schéma familial traditionnel, selon lequel il y avait généralement une chambre double pour les parents et des chambres plus petites pour les enfants. Avec le nouveau design, toutes les chambres sont les mêmes. « La répartition des chambres peut se faire de nombreuses façons, voire même changer l’utilisation des espaces, les adapter à différentes organisations de familles ou de personnes vivant ensemble », explique Oliver.

Maisons avec organisation féministe

D’un point de vue féministe, la cuisine cesse d’être un espace résiduel et devient un espace central : le cœur du foyer autour duquel se déroulent de nombreuses activités, souligne García. « Il s’agit de récupérer les activités liées aux soins », explique l’architecte. Cette vision se manifeste également dans la manière dont les pièces sont conçues : l’objectif, explique García, est que les espaces ne répondent pas aux hiérarchies patriarcales. L’objectif est d’éviter d’avoir, comme c’est traditionnellement le cas, une pièce plus grande, comme celle qui a été conçue comme une suiteLa suite, destinée aux parents, dispose de sa propre salle de bains et d’une ou plusieurs pièces plus petites, conçues pour le reste de la famille. « L’objectif est d’équilibrer la surface de chaque espace et non de faire une distinction entre les personnes qui ont droit à plus d’espace et celles qui n’y ont pas droit. Plus les espaces sont similaires, plus les gens ont la liberté de décider comment ils veulent vivre », explique l’architecte.

Il s’agit d’une façon de concevoir qui, selon les mots de l’un des architectes d’Ibavi, représente un changement de paradigme, dont l’objectif ultime est d’évoluer vers un modèle capable de se passer des combustibles fossiles. « Ce n’est pas la même chose de travailler avec des céramiques fabriquées sur un terrain local, fabriquées avec de l’énergie locale, que d’importer un produit céramique de l’étranger, fabriqué avec de l’énergie fossile », insiste Oliver. Il donne l’exemple d’une usine au Pays basque qui utilise la biomasse pour fabriquer des produits qui sont importés pour la construction de nouveaux lotissements. « Ces matériaux (que nous utilisons) sont parfois locaux et parfois non, comme l’exemple de celui que nous importons du Pays basque. Cela nous permet d’expliquer qu’il existe une usine au Pays basque qui utilise la biomasse et qu’il serait intéressant que ces méthodes de production soient étendues à d’autres usines », souligne l’architecte.



Réutilisation des matériaux

La réutilisation des matériaux est une autre stratégie que l’Institut du logement des Baléares utilise pour la construction de logements publics, par exemple à partir des restes de bâtiments démolis. « Si un conseil doit démolir une maison parce qu’elle a été construite de manière irrégulière, en théorie, ces matériaux peuvent être réutilisés, au lieu d’être transférés à la décharge », explique Oliver. En bref, l’idée est de mettre en œuvre un modèle d’adaptation « dans un territoire vulnérable au changement climatique » qui puisse être appliqué « globalement » dans le reste des communautés. Ce changement de modèle, illustré par les développements d’Ibavi, n’aurait pas été possible, reflète Oliver, sans les réglementations qui le rendent possible et sans le rôle de fonctionnaires tels que Cristina Ballester, directrice générale du logement et de l’architecture du Govern, un défenseur de ces projets.

García, pour sa part, souligne que la recherche qui se cache derrière est « très admirable », car elle est axée sur « la réduction du cycle de vie de la construction du bâtiment ». En d’autres termes, « il ne s’agit pas seulement de réduire l’énergie et les émissions de CO2 inhérentes à cette énergie pendant l’utilisation du bâtiment », déclare García, mais aussi d’utiliser des matériaux naturels qui, dans leur processus de fabrication, « génèrent beaucoup moins d’impacts négatifs ». En d’autres termes, ils émettent beaucoup moins de CO2, « car ils nécessitent beaucoup moins d’énergie », insiste l’architecte. « Le fait d’utiliser des matériaux locaux signifie que l’impact des émissions de CO2 liées au transport est minimal », ajoute García.

L’architecte rappelle toutefois que pour elle « le bâtiment le plus durable est celui qui n’est pas construit ». Mme García plaide en faveur de la réhabilitation car elle estime que dans l’archipel des Baléares, on a déjà beaucoup construit. « Le principal défi que nous avons aux Baléares en termes d’atténuation du changement climatique n’est pas tant de savoir comment nous construisons de nouvelles maisons, mais ce que nous faisons avec les 80 % de ce qui est déjà construit, qui consomme trois fois plus que ce qu’il devrait. C’est pourquoi, selon lui, le modèle conçu par Ibavi pourrait également être appliqué à la réhabilitation du parc immobilier de Majorque, Minorque, Eivissa et Formentera.

Le gouvernement, par l’intermédiaire du ministère des Transports, de la Mobilité et de l’Agenda urbain, a approuvé le 5 octobre 2021 Décret royal 853/2021qui fournit une aide publique pour la réhabilitation de logements avec des fonds provenant du plan de relance, de transformation et de résilience de l’UE. La semaine dernière, Francina Armengol, présidente du Govern et Josep Marí Ribas, conseiller en charge de la mobilité et du logement, ont annoncé des subventions d’un montant total de 18,5 millions d’euros – provenant des fonds européens susmentionnés – destinées à la réhabilitation et amélioration énergétique des logementsLe projet a reçu jusqu’à présent 300 demandes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *