Aller au contenu
Accueil » Actualité » Les forces frontalières britanniques pourraient déclencher une grève contre le plan de « refoulement » de l’immigration et des réfugiés d’asile

Les forces frontalières britanniques pourraient déclencher une grève contre le plan de « refoulement » de l’immigration et des réfugiés d’asile

Les officiers des forces frontalières pourraient déclencher une grève contre les plans « moralement prévisibles » de Priti Patel pour repousser les canots de la Manche, a déclaré un syndicat.

L’Union des services publics et commerciaux (PCS), qui représente la grande majorité du personnel des forces frontalières qui appliquerait les « pompes », s’est associée à l’association caritative pour les réfugiés Care4Calais pour demander un contrôle judiciaire de la politique, ce que les militants tactiques mettent en garde de mai mettre. la vie en danger.

Les traversées de la Manche sont désormais l’un des problèmes les plus urgents de la politique britannique, la ministre de l’Intérieur Priti Patel défendant sa réputation de la rendre « non durable ».

Au total, 28 300 personnes ont traversé le détroit du Pas de Calais à bord de petits bateaux en 2021, soit une multiplication par trois pour 2020, selon les chiffres compilés par l’agence de presse PA.

Le projet de loi controversé de Patel cherche à réduire ce nombre et, jusqu’à récemment, contenait des propositions qui semblaient criminaliser des organisations telles que le RNLI pour secourir les demandeurs d’asile dans la Manche.

Le PCS et Care4Calais ont l’intention de contester la légalité du détournement de bateaux des eaux britanniques vers la France.

Le syndicat a déclaré que la politique viole le droit international et est moralement compréhensible », et pourrait exposer les agents des forces frontalières à des poursuites.
Même si la requête en justice n’aboutit pas, le syndicat n’a pas rejeté l’action revendicative et les responsables refusent d’exercer des pressions.

À lire également  Nouvelle mobilité, quel impact : c'est le thème des Rendez-vous de l'Éco ce jeudi soir

Le secrétaire général du PCS, Mark Serwotka, a déclaré : « La légalité de la politique de refoulement est un problème majeur et le tribunal devrait décider s’il est illégal de restituer les bateaux de la Manche.

« Nous ne pouvons pas avoir une situation où nos membres peuvent être ouverts à des poursuites civiles et pénales potentielles pour mettre en œuvre une politique avec laquelle ils sont en désaccord et dont ils savent qu’elle est dangereuse.

« Bien que nous attendions une issue positive de la procédure judiciaire, les gens ne devraient pas être convaincus que PCS s’oppose à cette politique, pour des raisons morales et humanitaires, et nous n’exclurons pas une action revendicative pour l’empêcher. »

Clare Moseley, fondatrice de l’association caritative pour les réfugiés Care4Calais, a déclaré : « La politique proposée remplit l’obligation du Royaume-Uni en vertu du droit national et international de sauver des vies en mer. Ce devoir est, à juste titre, une pierre angulaire du droit maritime international. S’il est érodé, je crains qu’il ne permette au Royaume-Uni de valoriser la vie en mer.

« Il y a un danger que les portes des sites horribles que nous voyons en Méditerranée puissent être ouvertes », a-t-elle déclaré.

Un porte-parole du ministère de l’Intérieur a déclaré : « Dans le cadre de notre réponse opérationnelle continue et pour éviter de nouvelles pertes de vies humaines en mer, nous continuons de tester une gamme d’options sûres et légales pour empêcher les petits bateaux de faire ce voyage dangereux et inutile.

« Ils sont conformes à tous ces éléments et sont livrés conformément au droit national et international. Notre nouveau plan d’immigration révisera le système d’asile défaillant et réduira de nombreux facteurs d’attraction historiques. « 

À lire également  [Industrie] The Extraordinary Factory revient en immersion virtuelle

Malgré l’engagement du ministre de l’Intérieur à faire de la transition « un phénomène irrégulier » d’ici le printemps 2020, plus de 36 000 personnes ont atteint le Royaume-Uni au cours des deux dernières années.

Le gouvernement continue d’envisager diverses options pour régler le problème et a invité les entreprises à une réunion de non-divulgation, liées par un accord dans l’espoir que des « idées innovantes » seront entendues.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.