Aller au contenu
Accueil » Actualité » Les demandeurs d’asile de petits bateaux ne sont pas découragés par le plan rwandais, selon une enquête | Immigration et asile

Les demandeurs d’asile de petits bateaux ne sont pas découragés par le plan rwandais, selon une enquête | Immigration et asile

Il est peu probable que l’expulsion des demandeurs d’asile vers le Rwanda dissuade ceux du nord de la France qui espèrent traverser la Manche dans de petits bateaux, selon une enquête qui a révélé que les trois quarts ont déclaré qu’ils essaieraient toujours de faire le voyage.

L’enquête instantanée auprès de plus de 60 demandeurs d’asile à Calais et Dunkerque a été réalisée par l’association caritative Care4Calais, qui apporte un soutien pratique aux demandeurs d’asile dans le nord de la France et dans tout le Royaume-Uni.

Lorsque le gouvernement britannique a annoncé son intention de délocaliser certains demandeurs d’asile au Rwanda le 14 avril, les ministres ont souligné que le projet controversé aurait un effet dissuasif sur les demandeurs d’asile qui envisageaient de traverser la Manche dans de petites embarcations.

Les demandeurs d’asile qui ont parlé à Care4Calais ont déclaré qu’ils étaient toujours prêts à tenter leur chance.

« Je suis prêt à prendre le risque », a déclaré l’un d’eux. « Tout le monde a peur dans le camp mais je ne pense pas que cela les affectera [the decision to cross the Channel]. »

Beaucoup de personnes interrogées ont fui le Soudan ou le Soudan du Sud et ont été horrifiées à l’idée d’être rapatriées par avion dans un pays non loin du point de départ de leur voyage, surtout après avoir enduré les difficultés du passage par la Libye, où beaucoup ont dû faire face à des trafiquants, et faire la dangereuse traversée de la Méditerranée vers l’Italie.

« Le Rwanda n’est pas bon. C’est pour les animaux, on prend du danger pour avoir une vie sûre », a déclaré un autre demandeur d’asile qui a participé à l’enquête.

À lire également  Conjoncture économique : confiance mais prudence en Provence

Dimanche, plus de 200 personnes ont traversé la Manche dans de petites embarcations après une pause de 11 jours en raison du mauvais temps, bien que le gouvernement ait affirmé que l’absence de ces traversées était la preuve que son plan pour le Rwanda avait déjà un effet dissuasif. Les traversées les plus récentes, avant la reprise dimanche de l’activité des petits bateaux sur la Manche, ont eu lieu le 19 avril, lorsque 263 personnes ont traversé dans sept bateaux.

Les projets de délocalisation font l’objet de plusieurs contestations judiciaires dont celle de Care4Calais, PCS et Detention Action. Ils contestent la non-publication des détails de la politique et la décision du gouvernement de pénaliser les demandeurs d’asile sur la base d’une entrée irrégulière au Royaume-Uni.

Care4Calais a lancé un financement participatif pour l’action en justice et a condamné l’impact des plans sur les demandeurs d’asile des deux côtés de la Manche. L’organisme de bienfaisance est l’un des nombreux à sonner l’alarme que depuis que le gouvernement a annoncé son intention de délocaliser des personnes au Rwanda, des dizaines de demandeurs d’asile auraient disparu d’hôtels à travers le Royaume-Uni où le ministère de l’Intérieur les héberge, parce qu’ils ont peur de arrêtés et embarqués dans un avion pour le Rwanda.

Sam Jonkers, bénévole à Care4Calais, connaît des réfugiés qui ont disparu des hôtels et dit qu’elle a été inondée de SMS de demandeurs d’asile craignant d’être délocalisés.

« Les plans du Rwanda sont dévastateurs pour les personnes qui ont quitté des pays si dangereux et ont eu des voyages si difficiles pour atteindre le Royaume-Uni », a-t-elle déclaré. « J’ai reçu des centaines de SMS de demandeurs d’asile terrifiés ; ils ne peuvent pas dormir la nuit parce qu’ils sont tellement inquiets. »

À lire également  Week-end : cinéma, setimana d'attesa con tre nuovi titoli - Film

Un message indique : « Je n’ai pas pu dormir. Tellement effrayés par ce que nous attendons de nous arriver dans les prochains jours avec la décision du Rwanda. »

Un autre a déclaré: « Je pense maintenant qu’il n’y a pas de droits de l’homme nulle part dans le monde, ni en Iran, ni au Royaume-Uni ni ailleurs. »

Alors qu’environ un quart des répondants à l’enquête Care4Calais dans le nord de la France ont déclaré que l’annonce de la délocalisation au Rwanda les inciterait à envisager de rester en France et d’y demander l’asile, beaucoup ont déclaré qu’ils poursuivraient leurs plans pour rejoindre le Royaume-Uni.

Inscrivez-vous à First Edition, notre newsletter quotidienne gratuite – tous les matins en semaine à 7h00 BST

Enver Solomon, le directeur général du Conseil des réfugiés, a condamné l’impact sur les demandeurs d’asile au Royaume-Uni de l’annonce du Rwanda, déclarant : « Le gouvernement manque à son devoir de diligence envers les personnes dans le système d’asile en ne reconnaissant pas l’impact dévastateur de la menace d’être expulsé vers le Rwanda fait peser sur eux ».

Il a déclaré que le gouvernement traitait simplement les demandeurs d’asile qu’il espérait délocaliser comme une « cargaison humaine ».

Maddie Harris, du Humans for Rights Network, est également consciente que certains demandeurs d’asile ont disparu des hôtels depuis l’annonce de la délocalisation. Elle a averti que de nombreux demandeurs d’asile au Royaume-Uni pourraient entrer dans la clandestinité pour éviter d’être délocalisés.

« C’est une politique qui échange la vie humaine contre de l’argent », a-t-elle déclaré. « Cela force les gens à sortir du système d’asile dans la misère par peur d’être expulsés, ce qui augmente considérablement le risque d’exploitation. »

Un porte-parole du ministère de l’Intérieur a déclaré: «Ce partenariat mondial pour la migration et le développement économique va réviser notre système d’asile défaillant, qui coûte actuellement au contribuable britannique 1,5 milliard de livres sterling par an – le montant le plus élevé depuis deux décennies. Il n’y a rien dans la convention des Nations Unies sur les réfugiés qui empêche le renvoi vers un pays sûr. En vertu de cet accord, le Rwanda traitera les demandes conformément aux lois nationales et internationales relatives aux droits humains. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.