Aller au contenu
Accueil » Actualité » « Les déchets en mer, c’est de pire en pire », constate Anaëlle du Projet Azur, deux ans après sa première aventure

« Les déchets en mer, c’est de pire en pire », constate Anaëlle du Projet Azur, deux ans après sa première aventure

Samedi matin, sur la plage (dans les roches) de Coco Beach, une vingtaine de personnes étaient équipées de sac et de gants pour « dépolluer le littoral ». En plus de cette équipe « terrestre », Philomène le Lay, sous l’eau, et Solène Chevreuil, sur l’eau, ont chassé égamente les déchets dans cet endroit très aprécis de Nice pour la beauté du paysage.

Ces deux « éco aventurières » sont parties de Menton la semaine dernière accompagnées par Anaëlle Marot et vont plus longtemps la Méditerranée jusqu’à Marseille en kayak et à la nage puis à vélo jusqu’à Cerbères. Le but de ce périple du collectif Projet Azur ? Sensibiliser à la protection du cycle de l’eau avec des ramassages une fois par semaine dans les « villes étapes ».

« Si on asphyxie la mer de déchets, on s’asphyxie en même temps »

« J’ai trouvé un enjoliveur et un rétroviseur », s’exclame Viviane, bénévole de l’association Nice Plogging, présentée pour aider les trois jeunes femmes. « Tu vas bientôt pouvoir faire une voiture », lui répond en riant Philomène. De son côté, elle a récupéré une espadrille et des chaussettes en plongeant. Mais ce qu’elle a retrouvé le plus, « ce sont les déchets de fin de soirée comme les mégots et les bouteilles de boissons alcoolisées », souffle cet illustrateur qui a déjà parcouru la Loire à la nage et à vélo. « J’ai eu du mal à enlever les capsules de bière ajoutées sur les oursins », raconte-t-elle.

C’est à la suite du rapport du Giec mais aussi de « tous ces événements catastrophiques » qu’elle a vraiment décidé de se lancer dans l’aventure. Avec ces actions de science participative de cette troisième édition du Projet Azur en Méditerranée, elle sensibilise ainsi à « la surchauffe de l’eau », qui a dépassé cet été 5 à 6 °C des normales de saison.

À lire également  Pour 2022, le Club de la croisière garde le cap sur la transition écologique

« En étant dans et sur l’eau, on sert aussi à la communauté scientifique à récolter des données, indique la nageuse du groupe. La faune et la flore marines sont des bio-indicateurs, elles nous donnent aussi l’état de la mer. On alors déjà contoined qu’avec le réchauffement de la Méditerranée, il y a une prolifération de méduses mais il y a aussi des espèces, comme le barracuda qui peut se retrouver dans ces eaux plus chaudes et devenir un prédateur pour d’autres poissons ».

Solène Chevreuil, éco aventurière, a ramassé les déchets depuis son kayak — E. Martin / ANP / 20 Minutes

Elle ajoute : « On ne se rend pas compte à quel point la mer est le premier poumon de la planète et qu’il faut du temps pour la régénérer. Et si on l’asphyxie avec tous ces déchets, on s’asphyxie nous-même en même temps ». En effet, 80% des déchets marins proviennent d’activités terrestrescomme l’a rappelé Guillaume de l’association Ailes de l’océan « Mission Sud également », présente lors de l’événement et qui a dépollué pendant deux mois la Côte de Sète à Nice, pour trier ensuite ce qui a été ramassé et récolter des données.

« Il faut une vraie volonté politique pour que les choses changent »

Anaëlle Marot, décédée à Nice lors de la première édition du Projet Azur, dresse un triste bilan : « C’est pire que pire en termes de déchets. C’est fou puisque’il y a de plus en plus de personnes qui ramassent et pourtant, il y a de plus en plus de déchets. Et tout ce qu’on retrouve, c’est ce qui est produit, poursuit-elle. La mer est simplement le reflet de la société de consommation. C’est alors un cri d’alarme qu’on fait. On n’a plus le temps là ! » Selon elle, « la prise de conscience, elle est là, mais il faut que ce soit une vraie volonté politique pour que les choses changent ».

À lire également  Sète : le navire-poubelle Rio Tagus, Banksy et SOS Méditerranée

« C’est super ce qu’ils font, commente Yannick, une habituée des lieux, en regardant les bénévoles trier les déchets à la fin du ramassage. On vient ici tous les jours depuis 35 ans et on fait comme eux, à notre échelle, pour que cet endroit reste beau ». Son amie Stella ajoute : « On ne supporte pas de le voir salit de cette manière. Quel endroit, sur le considere comme la prunelle de nos yeux. »

Au total, sur les 12.000 m² que représente la plage de Coco Beach, 37,4 kg de déchets ont été ramassés en deux heures dont 7.500 megots.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.