Aller au contenu
Accueil » Actualité » Les chasseurs-cueilleurs méditerranéens de la péninsule aimaient aussi les fruits de mer.

Les chasseurs-cueilleurs méditerranéens de la péninsule aimaient aussi les fruits de mer.

Il y a 9 500 ans, sur la côte méditerranéenne de la péninsule ibérique, différents groupes de chasseurs-cueilleurs luttaient pour leur survie. Ils se disputaient la nourriture avec d’autres grands prédateurs tels que le loup, le renard, la hyène des cavernes, aujourd’hui disparue, le chat sauvage, le lynx et même le lion.

La chasse étant une activité dangereuse, les humains se sont également tournés vers les ressources végétales… et les produits marins. Le poisson et les fruits de mer constituaient un élément essentiel de leur régime alimentaire, selon de nouvelles recherches qui réfutent toutes les croyances précédentes.

La Méditerranée, une mer improductive

La théorie classique indiquait qu’en raison de sa faible productivité biologique, la mer Méditerranée n’aurait pas été en mesure de soutenir des économies de pêche pendant le Mésolithique (il y a 10 000 à 5 000 ans), similaires à celles qui existaient dans d’autres régions d’Europe comme l’Atlantique et la Baltique.

Des chercheurs de l’Université de York ont toutefois étudié les ossements de 11 individus enterrés à El Collado (Valence), l’un des plus anciens sites funéraires mésolithiques de la Méditerranée, et ont découvert que les tribus de cette région qui vivaient il y a entre 9 500 et 8 500 ans avaient une forte économie côtière et atteignaient des niveaux élevés de consommation de protéines aquatiques.

Le cimetière d’El Collado est l’un des plus anciens de la Méditerranée.

Actes de la Société royale B

« Nos résultats remettent en question l’opinion traditionnelle selon laquelle les chasseurs-cueilleurs préhistoriques méditerranéens consommaient moins de poisson que leurs contemporains de l’Atlantique. Les preuves montrent que la baisse de la productivité dans le bassin méditerranéen n’a pas eu d’impact majeur sur les ressources exploitables qui constituaient le régime alimentaire des individus d’El Collado », déclare le Dr Maria Fontanals-Coll, auteur principal de l’étude de l étude publiée dans la revue Proceedings of the Royal Society B.

À lire également  Les débiteurs proverbiaux déversent leur distance, même à l'étranger

La nouvelle recherche a utilisé des techniques biomoléculaires à haute résolution, telles que l’analyse isotopique spécifique, pour discriminer plus précisément les animaux terrestres et marins, ce qui est crucial pour évaluer le changement de régime alimentaire associé à l’introduction de plantes et d’animaux domestiqués avec l’avènement de l’agriculture.


Lire aussi.

David Ruiz Marull

Les restes humains de la Cova des Pas à Minorque.

« La mesure dans laquelle les humains dépendaient des ressources côtières dans le passé est essentielle pour comprendre non seulement le développement social et économique à long terme, mais aussi pour évaluer la santé humaine et l’impact des chasseurs-cueilleurs sur l’environnement », ajoute M. Fontanals-Coll.

André Colonese, chercheur à l’Universitat Autònoma de Barcelona (UAB), qui a également participé à cette étude, souligne que ces résultats « s’ajoutent au consensus croissant selon lequel les zones côtières étaient cruciales pour les sociétés humaines depuis la préhistoire ». « Les fondements de la pêche en Méditerranée peuvent être retracés jusqu’à ces premiers pêcheurs », conclut-il.

Lire aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *