Aller au contenu
Accueil » Actualité » Les bateaux de fête rejoignent la pollution comme menace pour les oiseaux marins de la Méditerranée

Les bateaux de fête rejoignent la pollution comme menace pour les oiseaux marins de la Méditerranée

Le puffin des Baléares, connu sous le nom de virot à Eivissa et Formentera, est l’oiseau de mer le plus menacé d’Europe et est classé en danger d’extinction dans l’inventaire de l Catalogue national des espèces menacées. Seuls 535 couples ont été recensés sur Eivissa et 692 sur Formentera. Cette espèce ne niche d’ailleurs que dans l’archipel des Baléares, ce qui constitue en soi un facteur de risque. C’est une espèce qui ne se reproduit qu’une fois par an, si bien que sa « mortalité due à des causes non naturelles est une véritable catastrophe », selon Cristina Amanda Tur, journaliste et écrivain, et Oliver Martínez, agent environnemental du Govern de Mallorca, dans le livre Né pour voler. Oiseaux d’Eivissa et de Formentera.

La hausse des températures provoque l’éclosion d’un plus grand nombre de tortues femelles et déséquilibre l’écosystème marin

Plus de

Comme elle, le reste des oiseaux de mer de la Méditerranée est confronté à de multiples menaces. Les plus importantes sont la pollution, la surpêche, la pêche accidentelle, l’altération de l’habitat, la pression humaine sur les écosystèmes, la prolifération des bateaux et des activités de loisirs sur les îlots, et l’introduction de prédateurs par l’homme sur les sites de reproduction.

Cette situation se produit malgré le fait que les îles Baléares constituent un territoire très riche en termes de biodiversité aviaire. Rien qu’à Eivissa et Formentera, plus de 260 espèces d’oiseaux ont été observées, un chiffre non négligeable pour un si petit territoire de la Méditerranée occidentale, sachant que dans des zones beaucoup plus vastes, comme la région paléarctique, un peu plus de 500 espèces ont été enregistrées.

À lire également  Aux Saintes-Maries-de-la-Mer, une ferveur immense autour de Sara, la patronne des gitans

« Les navires à musique font taire les colonies ».

Les oiseaux de mer dans une situation plus délicate sont le puffin cendré de Méditerranée (Calonectris diomedea) et le puffin des Baléares (Puffinus mauretanicus). Dans le cas de la première, il s’agit d’une espèce endémique et reproductrice de la mer Méditerranée, qui est récemment passée du statut de quasi-menacée à celui d’espèce en danger, selon la dernière révision de l’inventaire des espèces en danger. Llibre Vermell dels Vertebrats de les Illes Balears (Livre rouge des vertébrés des îles Baléares) de 2021. Cette espèce en régression, connue sous le nom de baldritja à Eivissa et Formentera et virot gros à Majorque et Minorque, il colonise les îlots des Pitiüses tels que Illa Murada, s’Espardell, Illa Llarga, Malvins ou els illots de Ponent.





En plus des risques mentionnés ci-dessus, les deux types de puffins sont affectés par la pollution lumineuse et le bruit de la musique sur les bateaux. « Dans les illots de Ponent, il y a beaucoup de surcharge de bateaux avec de la musique. Cela les affecte car cela réduit au silence les colonies lorsqu’elles chantent, ce qui est important pour elles », explique Amanda Tur. Dans le cas des Pitiüses, cet oiseau de mer peut être observé sur des îlots tels que Tagomago, sa Conillera, Illa des Bosc et s’Espardell, et sur les falaises de Formentera. En 2021, sa nidification a été confirmée sur es Vedranell, avec la présence d’au moins dix couples nicheurs.

Dans les illots de Ponent, il y a beaucoup de surpopulation de bateaux avec de la musique. Cela les affecte car cela réduit au silence les colonies lorsqu’elles chantent, ce qui est important pour elles.

Cristina Amanda Tur
Journaliste et écrivain

Le 19 février 2020 est entrée en vigueur la loi dite « contre le tourisme excessif », approuvée par le gouvernement pour restreindre le « binge tourism » dans certaines zones de Majorque et d’Eivissa (Palma, Calvià, Llucmajor et Sant Antoni). Cette loi (qui est valable pendant cinq ans) inclut dans son article 8 l’interdiction de faire de la publicité ou de commercialiser des fêtes (les « bateaux de fête ») et des excursions dans les zones concernées par le règlement ; de prendre ou de ramener des clients dans ces zones pour les transférer au port et pour les bateaux de pénétrer dans les eaux intérieures bordant les zones restreintes.

Les entreprises propriétaires de bateaux de tourisme ou de plaisance ne sont pas autorisées à présenter de nouvelles déclarations de responsabilité, ce qui signifie en pratique un moratoire qui les empêche d’élargir l’offre existante. Cette limitation, selon le règlement, doit être maintenue « jusqu’à ce que l’activité des fêtes ou des événements de grande envergure sur les bateaux soit réglementée ». Le même texte indique que la restriction « ne peut excéder une période de deux ans ».

Une protection marine accrue

Le shag (Gulosus aristotelis) que l’on trouve en Méditerranée – et c’est l’une de ses caractéristiques les plus remarquables – est une sous-espèce endémique, différenciée des populations atlantiques européennes et de celles qui occupent les côtes du nord-ouest de l’Afrique. Contrairement à la population européenne de l’Atlantique, qui a connu un déclin au cours des dernières décennies, la sous-espèce méditerranéenne est en bon état et sa tendance démographique est à la hausse. Malgré cela, elle est classée comme une espèce vulnérable dans l’UE. Catalogue national des espèces menacées.

Connu dans les régions de langue catalane sous le nom de corb maríest capable de descendre jusqu’à trente mètres de profondeur, pendant trois ou quatre minutes, pour chasser ses proies. Lors de ces incursions, il peut être affecté par des filets abandonnés (filets fantômes) et certains engins de pêche tels que les trémails et les filets de morue. Comme pour les autres types de puffins des Baléares, il niche souvent sur les falaises des îlots.

Le site corb maritime est souvent citée comme un exemple des effets positifs de la déclaration de certaines zones comme réserves marines et naturelles, tant pour la plus grande richesse en poissons que cela implique, que pour la réduction de la pression humaine qui en résulte. Dans ce sens, le gouvernement a récemment approuvé le plan de gestion Natura 2000 pour la côte ouest d’Eivissa, augmentant la protection des zones d’Es Vedrà-Es Vedranell, Illots de Ponent, Porroig, Cap Llentrisca-Sa Talaia et de la côte ouest d’Eivissa, qui sont désormais considérées comme des zones spéciales de conservation (ZSC). La création de deux nouvelles réserves marines a également été approuvée : ses Bledes et es Vedrans.

La protection accrue de ces zones, ainsi que la création de ces deux nouvelles réserves marines, profiteront également à l’océanite tempête européenne (Hydrobates pelagicus melitensis), dont la colonie la plus importante – dans toute la Méditerranée occidentale – se trouve sur l’îlot de s’Espartar. Considéré comme le plus petit oiseau de mer d’Europe, le fumarell partage avec les puffins sa prédilection pour les îlots et leurs falaises, utilisant les grottes comme abri. Il diffère des espèces d’oiseaux telles que les cormorans et les puffins en ce qu’il est moins capable de plonger dans l’eau (s’il le fait, il ne descend qu’à une profondeur d’un ou deux mètres). Le pétrel tempête se nourrit essentiellement de plancton et de petits poissons trouvés à la surface de la mer.

Dans le passé, il y avait une superstition selon laquelle le fumarell a apporté de mauvaises mers, sous forme de naufrages et de disparitions. En réalité, lorsqu’il y a une tempête et un orage, le pétrel tempête en profite pour s’approcher de la côte, en volant juste au-dessus des vagues. C’est peut-être la raison pour laquelle il est connu dans d’autres langues sous le nom d' »oiseau tempête ». -ocellule de tempête en catalan et ekaitz-txori txikia en basque. En fait, il ne marche sur la terre ferme que pour nicher. On estime que la sous-espèce melitense a des populations de 11 000 à 16 000 couples, réparties principalement dans les îles Baléares, à Malte et en Sicile. Cette espèce est en voie de disparition, selon la dernière révision de la Livre rouge des oiseaux d’Espagnede 2021.

Également originaire de la Méditerranée, le faucon d’Éléonore (Falco eleonorae), bien qu’il existe des colonies de cette espèce dans les îles Canaries. La plus importante colonie de la falco maritime dans l’archipel des Baléares se trouve sur l’île de sa Dragonera (Majorque), suivie par la colonie d’es Vedrà. La réserve naturelle d’es Vedrà et es Vedranell abrite une population nicheuse d’une centaine de couples. Dans le cas du Pitiüses, il ne niche pas à Formentera, bien qu’il niche dans la zone située entre le Cap Nonó et es Caló de s’Illa, respectivement à l’ouest et au sud de l’île. Une zone choisie par quelque 25 couples de Faucons pèlerins. À Eivissa, le falcó marí a également trouvé refuge sur l’îlot de Tagomago, où se trouve une population d’environ 70 couples.



Une curiosité historique. Cette espèce porte le nom d’Eleanor d’Arborea, la dernière souveraine d’une des régions occidentales de la Sardaigne, qui a déclaré la guerre à la Couronne d’Aragon pour l’indépendance de l’île. Au 14e siècle, la juge sarde a promulgué la Charte de Logu, considérée comme l’un des plus anciens exemples de constitution au monde, et, en raison de son amour de l’ornithologie, elle a dicté des règles pour la protection des oiseaux de proie. C’est pourquoi Giuseppe Gené, qui a décrit l’espèce en 1836 à partir d’un spécimen vu en Sardaigne, lui a donné son nom.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *