Aller au contenu
Accueil » Actualité » Le Turkménistan veut éteindre le cratère connu sous le nom de ‘Portes de l’Enfer’ : « Il nuit à l’environnement et à la santé »

Le Turkménistan veut éteindre le cratère connu sous le nom de ‘Portes de l’Enfer’ : « Il nuit à l’environnement et à la santé »

Après 50 ans, le Turkménistan il veut fermer la porte à l’enfer. Gourbangouly Berdymoukhamedov, président de l’une des dictatures les plus puissantes du monde, a ordonné à son gouvernement de trouver un moyen de éteindre le feu des cratères de Darvaza, qui brûle un mélange de méthane et d’autres gaz depuis 1971.

L’incendie s’est déclaré alors que le Turkménistan faisait encore partie de laUnion soviétique, dont elle a toujours été l’un des plus gros fournisseurs combustibles fossiles. Non loin du village de Porte (à Darvaza de Russie), un plate-forme de forage soviétique il s’agissait d’une cavité souterraine, qui s’est ensuite effondrée pour faire un trou profond, de près d’une centaine de mètres de diamètre, d’où s’échappaient des gaz toxiques.

Pour éviter le danger, je allumage au gaz, croyant qu’ils seraient brûlés dans quelques jours. Pourtant, quelques années plus tard, le puits brûle toujours : le gaz naturel continue de traverser le cratère à un rythme important, suffisant pour alimenter les incendies. D’où le surnom de cratères de Darvaza »Portes de l’enfer« , et est maintenant une destination touristique parmi les Dessert Kara-Kum. Un site que peu d’étrangers peuvent visiter, puisqu’il est quasiment impossible d’obtenir un visa pour entrer au Turkménistan.

Vérifier les faits

États n’estimant pas les données sur les émissions réelles de CO2 : enquête

de Carlo Canepa – « Rapport politique »



Ce n’est pas la première fois que Berdymukhamedov annonce qu’il élimination des émissions de l’origine des incendies. En 2010 Le président a déclaré qu’il voulait résoudre le problème car des combustibles précieux brûlaient désormais inutilement dans le cratère, selon le journal d’État. Turkménistan neutre, est Berdymukhamedov soucieux de l’environnement et de la santé des citoyens de Darvaza.

À lire également  La police chypriote est invitée à réenquêter sur le viol collectif d'une femme britannique | Nouvelles du Royaume-Uni

Ces dernières années, il a été difficile pour la dictature du Turkménistan d’estimer dans quelle mesure le cratère a contribué aux émissions mondiales. « Il nous est simplement venu à l’esprit alors Cinzia Chiriacò, chercheur de Centre euro-méditerranéen sur le changement climatique, un expert sur le rôle des écosystèmes i atténuation du changement climatique on peut supposer que le pari émis quantité importante de gaz à effet de serre ou de leurs précurseurs et avec des effets néfastes sur le changement climatique. » Non seulement cela : « Il y a probablement aussi un problème de santé publique autour du cratère – dit le chercheur – car ils pourraient se propager dans l’air résidus ou fumées de combustion dangereux, ou encore il y a des explosions et des incendies ».

Le rapport

La technologie a déjà les outils pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de 60%

avec la déclarante Anna



Le problème avant tout est de comprendre comment le Turkménistan entend éliminer ces émissions. « Des informations sur comment vous comptez éteindre ces incendies et comment il est prévu de continuer à gérer les émissions de gaz est la clé – voir Chiriacò – Dans les années 70, il n’y avait pas de technologies comparables à celles actuelles. Par exemple, aujourd’hui, il pourrait être conçu système d’exploitation des gaz sortie du cratère, un moyen d’utiliser cette évasion à des fins énergétiques, évitant ainsi de nouveaux forages. Cependant, sans données plus précises sur l’accident et l’état actuel du cratère, seules des hypothèses peuvent être faites. Bien sûr, nous avons maintenant les technologies pour réduire ou optimiser les émissions de gaz à effet de serre, mais cela dépend aussi des ressources économiques que le Turkménistan utilisera pour trouver la solution la plus adaptée ».

À lire également  Cette nuit de dimanche à lundi a été la plus froide depuis 1947 pour un mois d'avril, selon Météo France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.