Aller au contenu
Accueil » Actualité » Le traité du Quirinal et la feuille de route – Politique

Le traité du Quirinal et la feuille de route – Politique

L’Italie et la France concluent une alliance renforcée qui comprend, entre autres, un sommet intergouvernemental sur une base annuelle et la participation d’un membre du gouvernement d’un pays au Conseil des ministres de l’autre, au moins une fois tous les trois mois. C’est le cadre dans lequel opère le Traité du Quirinal, divisé en 12 introductifs et articles, accompagnés d’une feuille de route (ou agenda) par laquelle les accords sont mis en œuvre.

* AFFAIRES ÉTRANGÈRES – Porter les priorités identifiées par le Traité au niveau mondial, et en particulier : la lutte contre le terrorisme, le crime organisé, le renforcement des violations des droits de l’homme, y compris la traite des êtres humains, les trafics illicites et l’espace de cyber-coopération, ainsi que la lutte contre la prolifération des armes de destruction massive. Défendre une réforme ambitieuse de l’OMS en tirant les leçons de la crise du Covid-19 ; soutenir le leadership européen dans la réforme de l’OMC; consolider la coopération sur la stabilité de la zone Méditerranée, Afrique, Moyen-Orient et Indo-Pacifique. Renforcer la coordination des réseaux diplomatiques respectifs, en renforçant les consultations.

* SÉCURITÉ ET DÉFENSE – Le principe d’assistance mutuelle en cas d’attaque armée sur leurs territoires respectifs, en vertu des traités de l’OTAN et de l’UE ; la relance du Conseil franco-italien de défense et de sécurité par les ministres des Affaires étrangères et de la Défense ; nouvelle coopération entre les groupes aéronautiques respectifs.

* ESPACER – Renforcer la stratégie spatiale européenne et consolider la compétitivité et l’intégration de l’industrie spatiale des deux pays. Dans le domaine de l’accès à l’espace, les parties soutiennent le principe de priorité européenne à travers le développement, l’évolution et l’utilisation coordonnés, équitables et durables des lanceurs institutionnels Ariane et Vega ; soutien à la base de lancement européenne de Kourou, en Guinée française.

À lire également  Guerre en Ukraine: des avions empéchés d'atterrir en raisons de perturbations GPS

* AFFAIRES EUROPEENNES – Promouvoir la citoyenneté européenne ; soutenir les travaux de la Conférence sur l’avenir de l’Europe ; encourager la constitution de listes transnationales pour les élections européennes ; des consultations régulières entre les organes de contrôle compétents respectifs et entre les représentations permanentes respectives à Bruxelles en vue de convenir de positions communes.

* PRINCIPALES POLITIQUES – Approfondir la coopération au sein de l’UE pour préserver la libre circulation en Europe, renforcer l’intégrité de l’espace Schengen et améliorer son fonctionnement et améliorer sa gouvernance ; un engagement à travailler ensemble pour une réforme en profondeur de la politique européenne de migration et d’asile, fondée sur les principes de responsabilité et de solidarité. Promouvoir des partenariats stratégiques avec les pays d’origine et de transit des flux migratoires. Les ministères des Affaires étrangères et de l’Intérieur ont mis en place un mécanisme de consultation renforcé, avec des réunions périodiques sur l’asile et la migration.

* COOPÉRATION ÉCONOMIQUE, INDUSTRIELLE ET NUMÉRIQUE – Créer un forum annuel de concertation économique avec les ministres de l’Économie, des Finances, du Développement économique pour un dialogue régulier sur les politiques macroéconomiques et industrielles et pour rapprocher le tissu économique des deux pays, notamment dans des secteurs stratégiques comme les infrastructures cloud, les batteries électriques, la pharmacie ou les semi-conducteurs . Soutien aux initiatives de coopération transfrontalière et transnationale entre les zones de défense italienne et française respectivement ; un objectif de faire de la Méditerranée une mer propre et durable ; promouvoir le respect de l’Accord de Paris. Grâce aussi à des programmes de financement de projets innovants, en soutien aux start-up et PME, en signant une convention entre la Caisse d’Epargne Italienne et la BPI de France.

À lire également  Escale à Sète : Jacques Rohaut et les peintres officiels de la Marine, un partage de passionnés

* JEUNESSE, ÉDUCATION, UNIVERSITÉ – Une fonction publique partagée, à partir de 2022, pour 150 jeunes volontaires à travers le pays ; la création d’un conseil des jeunes italo-français ; le développement de l’Esabac qui permet aux lycéens d’acquérir le bac français et les bagages italiens : d’ici 2025 chaque académie en France aura au moins un article dédié ; promouvoir la mobilité des étudiants et des enseignants ; créer un forum biennal avec les ministres de l’enseignement supérieur et les acteurs de la vie universitaire.

* CULTURE – Renforcement des échanges entre industries culturelles et coopération renforcée en faveur de la protection du patrimoine ; soutien à la traduction italien-français pour favoriser les échanges littéraires ; une évaluation des moyens de créer un « Grand tour » contemporain permettant aux artistes européens de se diffuser dans les deux pays, en s’appuyant notamment sur l’Institut franco-allemand de Palerme, les Institutions culturelles respectives et la Villa Médicis.

* COMPOSITION ET POLICE TRANSFRONTALIERS – Création d’un comité de coopération transfrontalière, impliquant également les réalités locales et régionales ; l’amélioration des liaisons transfrontalières, notamment la poursuite de la coordination de la réalisation des travaux Turin – Lyon en vue de la pleine exploitation du tunnel et de ses accès et dans la gestion des tunnels du Fréjus et du Mont Blanc ; négocier un accord transfrontalier sur la coopération sanitaire et la protection civile ; la certification de la brigade mixte de police des frontières et la création d’une unité opérationnelle conjointe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *