Aller au contenu
Accueil » Actualité » Le record de chaleur pour un mois de juin tombe en Corse

Le record de chaleur pour un mois de juin tombe en Corse

Ce n’est pas encore l’été mais le mercure s’affole déjà : un record de chaleur pour un mois de juin a été enregistré samedi au Cap Corsedans le nord de l’île de Beauté, avec 37,4 degrés, selon Météo France.

C’est d’ailleurs la première fois de 2022 que le thermomètre atteint 37°C n’importe où en France métropolitaine, du moins sur le réseau principal de stations de Météo-France, a précisé à l’AFP un porte-parole. Le premier record était de 36,6°C et datait du 30 juin 2019, précise Météo-France sur Twitter.

« Il fait une chaleur terrassante aujourd’hui »

Tous mois confondus, au Cap Corse, il s’agit de la huitième valeur la plus élevée relevée sur cette station ouverte en 1917. Les sept autres avaient toutes été relevées entre la fin juillet et début août.

« Il fait une chaleur terrassante aujourd’hui. Je reste cloîtrée à l’intérieur. Le linge sèche en cinq minutes, on est plus habitué à ces températures durant les mois de juillet et août qu’en juin », a indiqué à l’AFP Elizabeth Lembezat, retraitée dans la commune littorale de Macinaggio, à l’extrémité nord du Cap Corse.

« Le fait de battre en début de mois une valeur sur une station aussi ancienne et emblématique est époustouflant et traduit également l’anomalie chaude de surface en Méditerranée. Inquiétant pour l’été à venir », estime sur Twitter l’ingénieur prévision Gaétan Heymes.

37.1°C aussi à Ajaccio

Ajaccio, il fait 37,1°C. Quelques gouttes de pluie sont tombées dans la matinée sur la plus grande ville corse, laissant des traces de poussières marron sableuse et l’atmosphère était lourde et chaude dans l’après-midi, selon une correspondante de l’AFP.

Le Cap Corse intervient au lendemain du bilan dressé par Météo-France pour le printemps (mars-avril-mai). Pendant cette période, le déficit de précipitations a été de 45 % par rapport à la normale, se classant au troisième rang des printemps les plus secs depuis le debb du XXe siècle, derrière 2011 et 1976, année de sécheresse historique.

Troisième printemps le plus chaud en France

Il est également classé troisième printemps le plus chaud. Le mois de mai a notamment été le plus chaud jamais enregistré, avec une température moyenne de 17,8 °C, un degré de plus que le précédent record de mai 2011, équivalent à un mois de juin.

Dans un contexte de réchauffement climatique qui accentue la fréquence, l’intensité et la durée des sécheresses, Météo-France table ainsi sur un été (juin-juillet-août) chaud et sec.

Météo-France a par ailleurs placé 65 départements allant du Sud-Ouest au Nord et à l’Est en vigilance orange pour orages jusqu’à dimanche matin. « Le risque grosse grêle est important, notamment sur le Sud-ouest et le Massif central », selon l’organisme.

À lire également  Célébration aujourd'hui de la journée mondiale des migrants : 45% des jeunes tunisiens veulent émigrer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.