Aller au contenu
Accueil » Actualité » Le procès des manifestants contre les JO de Pékin reporté en Grèce | Grèce

Le procès des manifestants contre les JO de Pékin reporté en Grèce | Grèce

Le procès en Grèce des militants qui ont protesté contre la tenue des Jeux olympiques d’hiver à Pékin a été reporté au milieu d’accusations selon lesquelles la procédure aurait été retardée pour éviter d’embarrasser la Chine à la veille des Jeux.

L’audience très attendue devait avoir lieu jeudi dans la ville de Pyrgos, en présence d’avocats des droits de l’homme venus du Royaume-Uni et d’Athènes. Les militants, qui comprenaient un Britannique, un Américain et un Tibétain-Canadien, ont été arrêtés lorsqu’ils ont brièvement interrompu la cérémonie d’allumage de la flamme olympique en octobre.

« Nos appels au tribunal pour que l’affaire soit entendue sont tombés dans l’oreille d’un sourd », a déclaré Michael Polak du groupe d’aide juridique Justice Abroad, qui était venu de Londres au nom des accusés. « Ils l’ont poussé dans l’herbe haute pour ne pas avoir à rendre une décision avant les JO de Pékin. »

Avant de reporter le procès au 1er décembre 2022, le juge président du tribunal, composé de trois membres, Vassiliki Reppa, s’était plutôt concentré sur les affaires concernant les violations des limites et d’autres différends mineurs.

« Nous avons fait une demande expresse pour porter l’affaire, comme c’était le cas vers la fin des audiences prévues, mais la magistrature a fermement refusé de le faire », a déclaré Antonis Bachouros, un avocat local qui défend également les militants. « Ils auraient pu donner la priorité à l’affaire, compte tenu de sa sensibilité et de la gravité des accusations, mais ont choisi de ne pas le faire. »

Un responsable du tribunal a déclaré vendredi au Guardian qu’il ne commenterait pas la décision du tribunal.

À lire également  Sylvain Deroeux nous présente les plans d'aménagement de la Cafetière Catalane

Les défenseurs des droits de l’homme ont appelé à l’abandon des accusations « grotesques ».

Le trio est accusé d’avoir tenté de « polluer, endommager et déformer » un monument historique – passible d’une peine pouvant aller jusqu’à cinq ans de prison en vertu de la loi grecque. Tous les trois ont été cloués au sol avant d’être détenus dans des cellules de police pendant plus de deux jours après avoir agité un drapeau tibétain et déployé une banderole « Jeux sans génocide » lors de la cérémonie.

« La manifestation elle-même a dû durer moins d’une minute », a déclaré Jason Leith de Free Tibet, exprimant sa déception que le procès n’ait pas eu lieu. « Notre objectif n’a jamais été de causer des dommages, et il est absurde de dire que nous l’avons fait. Tout ce que nous avions, c’était un drapeau et une bannière. Nous voulions juste que notre voix soit entendue en solidarité avec tous ceux qui sont opprimés par le parti communiste chinois. »

S’exprimant depuis Londres, où il vit, l’homme de 34 ans a décrit comment il a été plaqué au sol et on lui a dit de ne pas bouger ni faire de bruit pendant que la cérémonie, filmée en direct par les médias d’État chinois, se poursuivait. « C’était totalement paisible. Nous nous étions cachés dans la colline au-dessus des ruines et quand ils nous ont vus émerger en chantant, les forces de sécurité ont bondi. J’ai eu le pied d’un policier sur le dos pendant environ 15 minutes. »

Le 17 octobre, un jour plus tôt, deux militants étudiants, un Tibétain américain et un Hongkongais américain, ont été arrêtés à Athènes alors qu’ils scandaient « Boycottez Pékin 2022 » et tentaient de draper un drapeau tibétain et une banderole en faveur de la liberté à Hong Kong. Kong Kong de l’Acropole. Eux aussi ont été placés en garde à vue pendant la nuit. Leur procès, sur la même accusation, devait avoir lieu la semaine dernière, mais a été reporté après qu’une tempête de neige a forcé la fermeture des tribunaux et d’autres parties du secteur public.

Dans les deux cas, les militants disent protester contre l’utilisation des symboles olympiques à des fins de propagande par un régime chinois responsable de crimes contre l’humanité dans les camps ouïghours, de la répression des Tibétains et de la poursuite de la répression à Hong Kong.

« Il n’y a eu ni destruction ni dommage sur les sites et l’accusation est sans fondement et sans fondement », a déclaré l’éminent avocat des droits de l’homme Alexis Anagnostakis. « Ils ont choisi l’Acropole et Olympie comme symboles de la démocratie et berceau de la civilisation occidentale… Ils méritent des éloges plutôt que des arrestations et des menottes. »

Des groupes de défense des droits ont décrit la criminalisation « disproportionnée » des personnes qui protestent contre les abus comme particulièrement inquiétante. « Ce ne sont pas des criminels », a déclaré Pema Doma de Students For a Free Tibet, basé à New York. « La communauté internationale ne doit pas permettre qu’ils deviennent des boucs émissaires à cause de l’influence croissante de Pékin dans les pays démocratiques. »

Mais les experts des relations sino-grecques affirment que les manifestations auront sans aucun doute été considérées comme un irritant inutile. Athènes a longtemps hésité à censurer le président chinois Xi Jinping et a exaspéré d’autres capitales occidentales lorsqu’elle a opposé son veto à une condamnation par l’UE du bilan de la Chine en matière de droits de l’homme à l’ONU en 2017.

La Chine est un investisseur majeur dans la nation méditerranéenne, injectant environ 1 milliard d’euros dans le pays au plus fort de sa crise de la dette débilitante, lorsqu’elle a acquis une participation majoritaire dans le port stratégique du Pirée.

« Les autorités grecques, principalement pour des raisons politiques, sont très réticentes à embarrasser la Chine », a déclaré Plamen Tonchev, qui dirige l’unité Asie de l’Institut des relations économiques internationales basé à Athènes. « Une indication de cette prudence est son abstention constante de toute déclaration – et il y en a eu beaucoup depuis 2019 – qui critiquent les politiques de la Chine à Hong Kong et au Xinjiang. »

Polak a déclaré que, malgré leur déception, les militants restaient non seulement déterminés à lutter contre « cette affaire politiquement motivée et ridicule », mais à porter l’affaire jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme. « L’État grec viole ses obligations internationales en vertu de la convention européenne des droits de l’homme en poursuivant cette affaire, quel que soit le résultat final », a-t-il déclaré, ajoutant que la liberté d’expression et de réunion pacifique était considérée comme sacro-sainte par le tribunal basé à Strasbourg. .

« La forte influence de la Chine sur les dirigeants et les institutions de la Grèce devrait inquiéter tous les Grecs, qui ont une longue histoire et une forte conviction de se dresser contre le totalitarisme. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *