Aller au contenu
Accueil » Actualité » Le prix des transports baisse de 52% en un mois et atténue les pressions inflationnistes Entreprises

Le prix des transports baisse de 52% en un mois et atténue les pressions inflationnistes Entreprises

Le Baltic Dry Index est un indice qui mesure le coût du transport des céréales sur 20 routes maritimes principales.. C’est l’un des plus anciens indicateurs des coûts de transport dans le monde et il est largement utilisé comme précurseur du développement de l’activité économique. En 2021, il avait monté en flèche, en raison des goulots d’étranglement causés par la réactivation post-Covid, mais le mois dernier, il a chuté de 52%, en attendant la normalisation des prix.

La pandémie a provoqué un gel des exportations à travers la planète en 2020 pendant plusieurs mois. Des milliers de marchands attendaient de nouveaux contrats, des centaines de compagnies maritimes ont fait faillite et près d’un million d’équipages de navires ont perdu leur emploi.

Lorsque le succès des vaccins a été annoncé en novembre 2020, l’activité a commencé à reprendre, mais ensuite de nombreuses plateformes et infrastructures ont été bloquées : elles n’étaient pas préparées à la réactivation soudaine du mouvement.

Les fabricants et exportateurs de marchandises se sont alors lancés dans la course pour obtenir des tarifs de fret pour leurs produits, ce qui a fait grimper les coûts.

Club avec 198 ans d’histoire

Un groupe d’importateurs à Londres en 1823, dans le pub d’Anvers, a mis en place un panel pour négocier et convenir des coûts de transport des navires marchands naviguant à travers la mer Baltique. Actuellement, le Baltic Dry Index (BDI) comprend les prix moyens de transport des céréales sur 20 routes principales dans le monde : de la Chine au Brésil, de la Méditerranée au Japon, de la Chine du Nord à l’Afrique du Sud. L’indice a atteint un niveau record en mai 2008, juste avant le début de la crise de Lehman Brothers, lorsqu’il a atteint 11 793 points. À peine six mois plus tard, le BDI avait perdu 94% de sa valeur, tombant à 663 points. Au cours de la dernière décennie, il s’est négocié dans une fourchette comprise entre 500 et 2 500 points, jusqu’au début de cette année, il a de nouveau tiré.

À lire également  “Las sanciones a Rusia harán más daño en Italia” | Économie

Le Baltic Dry Index (BDI), qui n’avait pas dépassé les 2 600 points en 12 ans, a grimpé à 3 000 en avril et a dépassé les 5 500 points en octobre. Au cours des quatre dernières semaines, cependant, il a baissé de 51,8 %.

Après avoir grimpé de plus de 301% en 2021, l’indice se négocie désormais à des niveaux prépandémiques (septembre 2019) et pourrait baisser d’autant plus que les 2 770 points qu’elle négocie actuellement restent à un niveau très élevé pour son évolution historique.

Cependant, les investisseurs et les experts en logistique s’inquiètent de la forte baisse du BDI. L’indicateur ne montre l’évolution des taux de fret des céréales sèches que de certaines manières. Les autres taux de fret n’ont pas baissé de manière aussi significative.

L’indice Shanghai Export Containment Freight (qui est le plus grand indicateur utilisé pour montrer les coûts d’exportation de la Chine) n’a corrigé que 2,4% par rapport aux pics atteints le 4 octobre.

« L’indice Baltic peut nous donner une idée que le coût du fret est au plus haut et, désormais, tous les transports internationaux deviendront progressivement moins chers », explique un gestionnaire de fonds spécialisé sur le marché asiatique.

Le SI transgresser dans les chaînes d’approvisionnement et augmentation du coût du transport de marchandises Mac deux des principales raisons pour lesquelles les prix ont grimpé en flèche dans le monde. En Espagne, les dernières données d’inflation, correspondant à octobre, ont montré que Hausse des prix de 5,5% sur un an, un niveau jamais vu depuis 29 ans.

L’augmentation des prix du fret explique principalement l’augmentation du coût des matériaux de construction, des matières premières agricoles, du gaz naturel, du pétrole et de l’électricité.

À lire également  « Les coûts d'assistance doivent être pris en compte avant la disparition des plages » | Climat et Moyen Ambiente

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *