Aller au contenu
Accueil » Actualité » Le philosophe Xavier Rubert de Ventós meurt à 83 ans, l’ironie de la pensée | Culture

Le philosophe Xavier Rubert de Ventós meurt à 83 ans, l’ironie de la pensée | Culture

Dans l’impulsion originelle, il y avait déjà un naturel posé et parsemé d’ironie et de perspicacité avec un titre formidable, L’art égocentrique. Il l’a écrit à l’âge de 24 ans et l’a dédié de manière passionnante et décomplexée à « Als de casa » (À ceux qui sont à la maison) : cette forme ne disparaîtra de presque aucune de ses œuvres, entre l’insoumission et la prière de la modernité, pas plus que l’ironie ou l’humour ou la détranscendantalisation de la philosophie morale et de l’esthétique. Le très jeune Xavier Rubert de Ventós est mort ce samedi à Barcelone à l’âge de 83 ans, mais il était à l’époque pratiquement le seul héritier d’une sorte de tradition cultivée, libérale et modernisatrice détruite par le régime de Franco et qu’il a découverte chez lui.

Appartenant à une famille d’Indianos qui s’est enrichie à Porto Rico au XIXe siècle, son grand-père paternel est rentré en Espagne et s’est installé dans la partie supérieure de Barcelone et a acheté des terres dans l’Empordà. Le lien de la famille Rubert de Ventós avec le village classique d’Empúries est fondamental. Son père Juan Juanín Rubert Lopez de Tejeiro, marié à Conxita Xita Ventós était l’un des étudiants universitaires privilégiés qui assistaient aux réunions, à la fin des années 1920, autour du professeur de philosophie Joaquim Xirau. Il s’agissait d’Eduard Nicol, Josep Calsamiglia, un autre très jeune homme, Josep Ferrater Mora, et sans doute Jordi Maragall – fils du poète et père du maire. Le régime de Franco a avorté la continuité d’une école de philosophie catalane et ce groupe s’est dispersé dans le secteur de l’édition ou en exil. Xavier Rubert de Ventós, né en 1939, était un enfant de ce monde et un esprit qui, pendant vingt ans, a pu survivre dans l’intimité ou dans des redoutes minoritaires de résistance.

Le jeune Rubert était un habitué du foyer Maragall, où le catholicisme progressiste, l’intérêt pour la philosophie et, de plus en plus, pour la politique étaient dans l’air, avec certains des fondateurs du Front Obrer de Catalunya, l’aile catalane du FLP, comme Narcís Serra et José María Urenda. Dans ses mémoires, Maragall se souvient qu’il imprimait des tracts de protestation ou peignait des slogans révolutionnaires la nuit tandis qu’il écrivait ce premier essai le jour : L’art égocentrique.

À lire également  Une DANA "record" affectera toute la péninsule ibérique et les îles Baléares ce week-end.

Le livre, écrit après avoir terminé sa licence à Madrid sous l’enseignement de José Luis López Aranguren, concentre de multiples clés pour comprendre le développement de sa carrière et, en même temps, pour comprendre quels ont été les mécanismes qui ont permis la refondation d’une tradition philosophique en Espagne synchronisée avec la modernité. Il a été publié par la maison d’édition Ariel, une redoute de ce monde familier et intellectuel où il avait grandi et qui l’identifiait comme son continuateur. Il est paru dans la collection Zetein, dirigée par le grand penseur marxiste Manuel Sacristán. Il a été préfacé par le poète José María Valverde, un prestigieux professeur d’esthétique. Et il a remporté le prix de l’essai de la ville de Barcelone, le premier des nombreux prix que Rubert allait remporter au cours de sa prolifique carrière intellectuelle. Sur la jaquette se trouve une photo de lui : lunettes à monture de corne, look de garçon, pas de cravate. C’est le visage d’une nouvelle époque que, dans la rédaction et dans la culture espagnole, Rubert incarnera mieux que quiconque. Ce n’est pas un hasard si l’une des phrases promotionnelles reproduites sous sa photo est celle du chanteur-compositeur Raimon. Tous deux étaient des exemples prototypiques de l’évolution des temps.

Dans le numéro d’avril 1968 de l’hebdomadaire Destino, qui s’ouvrait sur une grande photo de Martin Luther King pour lui rendre hommage après son assassinat, Rubert, après avoir lu Galbraith et Marcuse, publiait un court essai sur l’esthétique qui construisait déjà la critique soixante-huitarde de l’espoir de ces temps nouveaux : le changement de sensibilité qui devait conduire à un changement de vie ne se produirait pas parce que le capitalisme ne pouvait le permettre. « Ils sont incompatibles avec un système économique qui a produit une énorme augmentation du bien-être collectif, mais qui ne peut être entièrement au service de l’homme, puisqu’il doit utiliser une bonne partie de ses ressources et de ses conquêtes dans la manipulation de ceux qui sont à l’intérieur et dans l’exploitation, l’oppression ou la destruction de ceux qui sont à l’extérieur ». Une partie de la post-modernité émergera de cette rupture, et c’est dans ce territoire que Rubert élaborera sa pensée.

À lire également  "L'Espagne ne reconnaît pas son passé esclavagiste et colonial parce qu'il est taché de sang.

Cours à Berkeley

La première manifestation de cette philosophie peut être lue en 1968, lorsqu’il publie une partie de sa thèse. Teoria de la sensibilitat, qui a été publié par Edicions 62, où son ami Josep Maria Castellet était responsable, et un an plus tard, la version espagnole est parue avec une préface de López Aranguren. Si Aranguren enseignait aux États-Unis après avoir été expulsé de sa chaire à Madrid en 1965 (avec la solidarité d’un autre ami de la maison, José María Valverde), au début des années 1970, Rubert a également traversé l’Atlantique pour enseigner à la faculté de Berkeley. hippie puis à Harvard : il y deviendra un Santayana Fellow, du nom de l’Espagnol Jorge/George Santayana. L’année où il a été nommé professeur d’esthétique à Barcelone, il a gagné avec un livre d’époque, L’esthétique et ses hérésies, le prix de l’essai Anagrama, en 1973. Rubert avait trouvé sa maison d’édition, faite pour le hooliganisme moderniste, toujours avec Franco dans cette vallée de larmes et sans cesser l’exploration continue des formes de l’art par un professeur hétérodoxe, brillant, insaisissable. Ce n’est pas une coïncidence si la critique la plus sévère contre le livre a été écrite en Triumph Fernando Savater, un autre jeune homme, tout aussi décomplexé et brillant, qui entamait alors une brillante carrière d’essayiste.

Xavier Rubert de Ventós photographié à Barcelone, en 1996.Joan Sánchez

À trente ans, il est un maître incontesté de la nouvelle philosophie. En 1976, il a publié Essais sur le désordre et il a fondé le Col-legi de Filosofía avec Eugenio Trías, Antoni Vicens et Jordi Llovet, et peu après il a publié son hypnotique Ofici de Setmana Santala première démonstration d’une autre des dimensions de son travail : les tentations narratives déguisées en notes de journal ou notées avec sens. En 1979, il a promu la Chaire Barcelone-Nova York et en 1980, il n’a pas manqué la constitution de la Societat Catalana de Filosofía de l’Institut d’Estudis Catalans. La chronique que Rosa María Pereda a écrite ici de la présentation de Sur la modernité de la Faculté des Lettres de la Complutense de Madrid le dépeint avec perspicacité et grâce, avec son « air de séminariste appliqué, faisant des études spéciales à Louvain, de jésuite avancé et quelque peu sophistiqué, avec des tentations de départ repoussées par une certaine capacité d’ironie ».

À lire également  La langoustine, au bord de l'extinction en Galice à cause de la surpêche

Rubert aimait jouer avec la pensée et voulait aussi jouer avec la politique, lorsqu’il était membre du parlement et député européen, à l’époque où le félipisme construisait notre État culturel. Il a raconté son expérience de cette période dans El cortesà i el seu fantasma. Sa centralité dans la conception culturelle et politique du maragallisme a été visualisée le 13 juin 1992. Ce jour-là, la flamme olympique arrive de Grèce, qui, quelques semaines plus tard, allumera la vasque du stade olympique. La flamme est arrivée à Empúries et Rubert a conçu un acte basé sur les concepts de port, porte, pacte et pont. Six ans plus tard, il écrit un livre polémique, presque culte au sein du mouvement indépendantiste qui commence à émerger du testimonialisme : Catalogne. De la identitat a la independència. Il a été préfacé par Pasqual Maragall, qui construisait son alternative au Pujolisme. Javier Pradera et Savater l’ont commenté ici, le premier comme une proposition de Seconde Transition et le second comme une dérive du nationalisme. Il s’agit d’un ouvrage de référence pour comprendre le changement de paradigme du nationalisme catalan.

Rubert est l’un des rares essayistes et penseurs de la modernité depuis les années soixante – et ce, jusqu’à ce qu’un livre de crudité, d’humour et de nudité comme Démons intimesde 2012, dans Anagrama, comme beaucoup de ses meilleurs livres, ainsi que ses plus exorbitants, comme dans El laberinto de la hispanidad– qui a échappé à la voie de l’autoprotection retranchée et rancunière contre les changements dans la vie de l’Occident, et l’un des très rares qui n’a pas fait de la rancune un mode de vie dégradé. Peut-être aidé par un énorme héritage familial, il est né comme un écrivain contre les bougres il y a soixante ans et n’a jamais bougé de là.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *