Aller au contenu
Accueil » Actualité » Le pape François est venu en Grèce – Chronique

Le pape François est venu en Grèce – Chronique

Le pape François est venu en Grèce, le deuxième pays visité lors de sa 35e tournée internationale. L’avion du Pape, venu de Chypre, a atterri à l’aéroport international d’Athènes, où le ministre des Affaires étrangères, Nikos Dendias, accueille François. Après la réception officielle à l’aéroport d’Athènes, le Pape François se rend au Palais présidentiel, où il rencontrera le Président de la République grecque, Ekaterini Sakellaropoulou, puis le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis, puis les autorités du pays et la société civile, qu’il adresser son discours.

Après la réception officielle à l’aéroport d’Athènes, le Pape François se rend au Palais présidentiel, où il rencontrera le Président de la République grecque, Ekaterini Sakellaropoulou, puis le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis, puis les autorités du pays et la société civile, qu’il adresser son discours.

Voici les points principaux du discours de François

Il y a un renversement de la démocratie

« La démocratie est née ici. Le berceau, des milliers d’années plus tard, est sa maison, une grande maison pour les communautés démocratiques : je pense à l’Union européenne et au rêve de paix et de fraternité qu’elle représente pour beaucoup de gens ». « Cependant, on ne peut que constater avec inquiétude que le déclin de la démocratie se fait aujourd’hui, pas seulement sur le continent européen ». Elle requiert « la participation et la participation de tous et demande donc effort et patience. Elle est complexe, même si l’autorité est rapide et les affirmations faciles offertes par une république semblent trompeuses ».

La polarité augmente la démocratie, plus de participation

Afin de « vraiment partager le bien », les « groupes les plus faibles » doivent recevoir une attention prioritaire, a déclaré le pape. « La direction à suivre, qu’a montrée le père fondateur de l’Europe (De Gasperi, ndlr), c’est comment résister à la démocratie avec les polariseurs qui vivifient la démocratie mais qui sont en danger d’être libérés ».

À lire également  Sète : un chalutier se mobilise "pour la survie"

« Il y a un besoin de changement de rythme en ce sens, et, si la communication virtuelle s’en fait, la peur se répand chaque jour et des théories sont élaborées pour aller à l’encontre des autres ». Au lieu de cela, vous devez « passer du point de vue de la participation ; de vous engager à vous soutenir à participer à l’avancement de tous ».

L’UE, séparée par les nationalités, est bloquée et non coordonnée

« Parfois, la Communauté européenne, tiraillée par l’identité nationaliste, plutôt que par le moteur de la solidarité, est bloquée et non coordonnée ». Donc le Pape. « Si des contrastes idéologiques empêchaient la construction de ponts entre l’est et l’ouest du continent – a-t-il dit – aujourd’hui la question du trou migratoire entre le sud et le nord s’est ouverte. Une vision communautaire globale en face. Sur la question des migrations. encourager l’attention de ceux qui en ont le plus besoin afin que, selon les possibilités de chaque pays, ils soient accueillis, protégés, promus et intégrés dans le plein respect de leurs droits humains ».

La mort doit être acceptée, pas administrée

« Le droit aux soins et aux soins de tous doit toujours être privilégié, afin que les plus faibles, notamment les personnes âgées, ne soient pas toujours détruits : les personnes âgées ne sont pas les privilégiés de la culture consommatrice. accepté, non administré ».

En parlant de la pandémie, François l’a qualifiée de « grand soupçon ». « Cela nous a permis de redécouvrir les faibles et les nécessiteux des autres », a-t-il souligné. « Même dans ce pays, c’est un défi pour des interventions appropriées de la part des autorités – je considère la nécessité de la campagne de vaccination – et pas quelques sacrifices pour les citoyens ». « Cependant, au milieu de tant d’efforts – a poursuivi le Pontife – un sens important de la solidarité a émergé, sur lequel l’Église catholique locale est heureuse de continuer à s’appuyer, dans la conviction que c’est l’héritage de ne pas être perdu pour le soulagement lent de la tempête ». « Certains mots du serment d’Hippocrate semblent avoir été écrits pour aujourd’hui, tels que l’engagement de « réguler le niveau de vie au profit des malades », « s’abstenir de nuire et d’offenser » envers les autres, de toujours protéger la vie, en particulier dans l’utérus ».

À lire également  C'est déjà l'été dans le sud ! Plus de 28 degrés dans l'Aude et 26°C à Perpignan ce 29 avril

Pour les séductions, l’autoritarisme correspond à la démocratie

« Je vous exhorte à promouvoir ce pays pour l’ouverture, l’inclusion et la justice. De cette ville, du berceau de la civilisation, un message a été soulevé et continue d’être soulevé qui se concentre sur le Haut et vers l’autre ; tromperie de l’autoritarisme avec la démocratie ; cette indifférence individuelle au souci de l’autre, des pauvres et de la création crée des pierres angulaires essentielles pour une humanité renouvelée, dont notre temps et l’Europe ont besoin « . Le pape François a donc prononcé son discours devant les autorités et la société civile grecques au palais présidentiel à Athènes.

Mise en œuvre des engagements sur le climat, les mots d’action suivent

« J’espère que les engagements pris dans la lutte contre le changement climatique seront de plus en plus partagés et qu’ils ne seront pas superficiels, mais sérieusement mis en œuvre. Les actes suivront les paroles, pour que les enfants ne paient pas pour l’hypocrisie umpteanes de leurs pères » .

Se référant au paysage grec et méditerranéen en général, le pape François a souligné qu’« il est triste de voir brûler des oliviers centenaires, qui sont souvent consumés par des incendies causés par des conditions météorologiques défavorables et causés par le changement climatique. « Face au paysage blessé de ce pays magnifique – a poursuivi le Pontife -, l’olivier peut symboliser la volonté de lutter contre la crise climatique et ses ravages. » « Après le cataclysme primordial récité par la Bible – a-t-il dit -, le déluge, un pilier rendu à Noé portant ‘une tendre feuille d’olivier dans son bec’ (Gn 8,11) « . la force était de commencer par changer de mode de vie, renouvelant les relations humaines avec le Créateur, les créatures et la création », a-t-il déclaré.

À lire également  Erdogan a poursuivi la relation avec l'OTAN à l'annonce d'une nouvelle intervention militaire en Syrie | International

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.