Aller au contenu
Accueil » Actualité » Le navire mauricien amène un équipage scientifique dans les îles Chagos contestées Îles Chagos

Le navire mauricien amène un équipage scientifique dans les îles Chagos contestées Îles Chagos

Un navire d’étude affrété par l’île Maurice, transportant les îles Chagos déportées de sa patrie il y a 50 ans par le gouvernement britannique, a quitté les Seychelles mardi pour capturer le Territoire britannique de l’océan Indien (BIOT).

Le voyage de 1 130 milles marque la première fois que les Chagossiens ont été autorisés à entrer dans l’archipel éloigné – vidé de toute sa population au début des années 1970 pour faire place à la base militaire américaine de Diego Garcia – sans être étroitement sous escorte militaire britannique.

Le voyage se poursuit au milieu d’une confrontation diplomatique entre le Royaume-Uni et Maurice appartenant aux îles. À une large majorité, l’Assemblée générale des Nations Unies en 2019 a accepté un avis de la Cour internationale de justice selon lequel les îles Chagos avaient été illégalement isolées de Maurice par le Royaume-Uni lorsqu’il a accordé l’indépendance de Maurice en 1968.

L’enquête mesurera la hauteur de Blenheim Reef, l’une des îles périphériques des Chagos, afin d’obtenir des preuves pour une audience distincte devant le Tribunal des Nations Unies sur le droit maritime international. L’affaire concerne un différend sur la marginalisation des fonds marins entre Maurice et les Maldives ; Le Tribunal a statué que le Royaume-Uni n’avait aucune revendication légitime dans ce domaine.

Le navire affrété, Bleu De Nîmes, est un ancien mineur britannique reconverti. A son bord se trouvent cinq Chagossiens qui ne peuvent pas rentrer définitivement chez eux. Le chef de la délégation est l’ambassadeur de Maurice à l’ONU, Jagdish Dharamchand Koonjul.

Le professeur Philippe Sands QC, l’avocat en chef mauricien, est également de la partie, tout comme des journalistes de la BBC, du Guardian, du magazine Atlantic et des médias mauriciens. Des tentatives pour faire connaître le voyage semblent avoir été faites. Cela prendra jusqu’à cinq jours depuis les Seychelles. Le voyage a été retardé en raison d’un cyclone.

Les Seychelles étant parties au sud, Olivier Bancoult, qui a intenté une série importante d’affaires devant les tribunaux britanniques concernant le droit des Chagossiens à retourner dans leurs îles d’origine, a déclaré : « Nous sommes ravis de nous rendre dans notre lieu de naissance. .

À lire également  Zelenskiy d'Ukraine supplie le Congrès d'aider à combattre la Russie : "Je vous exhorte à faire plus" - en direct | Nouvelles américaines

“Lors des précédentes visites ‘patrimoniales’ [supervised by UK officials], nous étions toujours accompagnés par la police britannique ou l’armée. Cette fois, nous serons beaucoup moins chers. Il s’agit de la première visite organisée par le gouvernement mauricien.

« J’ai donné des certificats de naissance à ma mère, à mon père et à ma famille. Je fêterai mes 58 ans le 15 février. J’ai quitté ma belle île, Peros Banhos, quand j’avais quatre ans. Nous vivions comme une grande famille; C’était le paradis. j’ai jeté [decades] en exil.

« Je n’ai pas arrêté d’engager des poursuites judiciaires parce que je crois que notre lutte est une cause juste. Mon rêve est de pouvoir m’installer dans ma ville natale. Le plus vieux survivant de nos exilés a aujourd’hui 100 ans. »

Bancoult a déclaré qu’il soupçonnait que traiter les Chagossiens équivalait à du racisme. « Le gouvernement britannique dit qu’il est en faveur des droits de l’homme mais qu’il fait la différence entre le traitement des Malouines, par exemple, et celui des Chagossiens », a-t-il déclaré. « Sommes-nous si noirs ?

Sur le quai avant le départ, Sands a déclaré au Guardian : « Je suis étonné. J’ai été embauché en 2010 alors que j’étais en vacances et j’ai reçu un appel du premier ministre mauricien. Il voulait concevoir une stratégie juridique pour restaurer les îles Chagos.

« Si vous m’aviez dit il y a 10 ans que Maurice aurait remporté trois jugements internationaux [against the UK], je ne serais pas trop optimiste. Si vous disiez que nous irions aux Chagos en 2022, je serais très surpris. Je le crois quand nous avons posé le pied sur Blenheim Reef, Salomon et Peros Banhos Islands [in the Chagos]. »

Le voyage devait initialement commencer aux Maldives, qui ne sont qu’à 500 milles – un jour et demi par rapport aux cinq jours requis par les Seychelles.

Sands a expliqué : « Début décembre, Maurice a informé le Royaume-Uni qu’il se rendrait dans l’archipel des Chagos, pour poursuivre une affaire devant le Tribunal de droit maritime international. Il a demandé confirmation au Royaume-Uni qu’il ne bloquerait pas la visite.

À lire également  Supoptique reçoit 20 millions d'euros de la région Aquitaine

« Le gouvernement mauricien a clairement indiqué que si cette information n’est pas reçue d’ici le 20 décembre, de nouvelles poursuites seront lancées contre le Royaume-Uni. Le Royaume-Uni a explosé et a renvoyé une note disant qu’il ne bloquerait pas le voyage.

« Les habitants des Maldives ont d’abord dit qu’ils n’auraient aucun problème avec le voyage, mais ont ensuite informé Maurice qu’ils exerceraient un droit de veto sur la délégation et ont précisé que les journalistes ne seraient pas autorisés. On peut supposer que le Royaume-Uni a joué un rôle en encourageant les Maldives à prendre des mesures pour réduire la participation. »

Sands pense que le Royaume-Uni a une résistance acharnée car il craint de créer un précédent pour la perte des Malouines et de Gibraltar si le BIOT était remis. « Mais », a-t-il dit, « il n’y a pas d’autre Royaume-Uni [territory] concernant une affaire de [territorial] démembrement [before independence]. »

En quittant le navire, l’ambassadeur Koonjul a déclaré : « Nos relations avec le Royaume-Uni continuent d’être excellentes. Nous sommes d’accord pas d’accord. Mais nous ne comprenons pas comment le Royaume-Uni peut prétendre moralement et légalement que c’est leur territoire. »

Le ministère des Affaires étrangères a été invité à commenter.

Question et A sur le contexte du différend des îles Chagos :

Où sont les îles Chagos ?

Il s’agit d’un archipel éloigné de l’océan Indien occupé par le Royaume-Uni sous le nom de Territoire britannique de l’océan Indien (BIOT). La plus grande île, Diego Garcia, est louée aux États-Unis comme base militaire stratégique.

Qu’est-il arrivé aux personnes qui y vivaient ?

Ils ont été expulsés de force des atolls au début des années 1970 pour assurer une place à la base américaine. La plupart vivent à Maurice, aux Seychelles ou au Royaume-Uni. Il y a une grande communauté d’exilés à Crawley, West Sussex. Sur le marché américain, le Royaume-Uni a reçu une remise sur le coût d’un missile Polaris pour ses sous-marins nucléaires.

À lire également  Divulgation: les grands partisans du mensonge de Trump travaillant comme responsables électoraux à travers la Géorgie Donald Trump

Quelqu’un d’autre revendique-t-il les îles Chagos ?

Le gouvernement mauricien a remporté une affaire historique il y a trois ans devant la cour de justice internationale de La Haye, qui a conclu que la Grande-Bretagne avait illégalement séparé les îles de Maurice avant de lui accorder l’indépendance en 1968. Cette décision a été entérinée par l’assemblée générale de l’ONU plus tard. Le gouvernement britannique n’accepte pas la décision – qui appelait la Grande-Bretagne à restituer les îles – affirmant qu’il ne s’agissait que d’un « avis consultatif ».

Qu’est-il advenu des îles depuis que les habitants ont été déplacés ?

En 2010, le dernier gouvernement travailliste a déclaré que les mers autour de l’archipel des Chagos étaient une aire marine protégée. C’est l’un des plus grands au monde. Les Chagossiens pensent que la décision a été prise pour les empêcher de retourner dans leurs maisons et leurs anciens lieux de pêche.

Pourquoi les îles font-elles la une des journaux maintenant ?

Une équipe mauricienne d’enquête océanique doit examiner certains des hatolls controversés, notamment Blenheim Reef, afin de recueillir des preuves pour le Tribunal du droit maritime international. Le bateau transporte un certain nombre de Chagossiens exilés qui retourneront dans leurs eaux natales pour la première fois et non sous le contrôle des autorités britanniques. Le gouvernement britannique a déclaré qu’il n’entraverait pas ses travaux de recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.