Aller au contenu
Accueil » Actualité » Le moddon de dotation Maison Mode Méditerranée (MMM) cherche ses créateurs

Le moddon de dotation Maison Mode Méditerranée (MMM) cherche ses créateurs

Dans la continuité de la première promotion des créateurs réalisée de 2020 à 2021, le dvd Maison Mode Méditerranée (MMM) dévoile son appel à projets 2022-2023. Avec une dotation globale de 135 000 euros de la Maison Chanel, Kaporal ou du groupe LVMH, quatre bourses solliciteront les de la mode à la construction de leurs projets professionnels et deux prix seront demandés : le « Tajima fashion Tech Prize » et le nouveau «Prix Fragonard, patrimoines et modernité». Pour candidatr, chaque créateur devra constater ses influences avec la culture méditerranéenne et une volonté de faire rayonner ce territoire et ses savoir-faire dans son projet artistique. Clôture de l’appel à projet le 7 mars.

Maryline Bellieud-Vigouroux (Crédit : MMM)

Actif une trentaine d’années, la maison mode méditerranée (MMM) n’est aujourd’hui plus un lieu physique de formations et d’expositions de mode. En 2020, la MMM est transformée en repère par Maryline Bellieud-Vigouroux,à l’origine de la création du Musée de la Mode à Marseille en 1988 au château Borély, a repris la présidence. «Toutes les missions du musée de la mode étaient remplies : le rayonnement d’un cursus de licence, l’émergence de créateurs marseillais, l’aide de jeunes marques à se sédentariser à Marseille… Avec nos partenaires, nous nous sommes demandés ce que nous pouvions faire de plus. La réponse a été de créer un fonds. » detaille à Gomet ‘la présidente qui avait laissé en 2018 la co-direction de la MMM à sa fille Aurélie Vigouroux et à l’entrepreneur Jocelyn Meire. Depuis, il a fondé son réseau de mode Fask destiné à aider les créateurs de la région sud.

À lire également  Le pape François est venu en Grèce - Chronique

Fortes de l’expérience du terrain, Maryline et la chargée de missions Savéria Mendella, médecin spécialiste linguistique spécifique à la mode, ont mesuré les besoins de financement des créateurs pour accélérer leur marque. Cependant, le nombre de lauriers devait être modélisé pour 2022-23, passer de 13 à 6 artistes lauriers, parallèlement à une augmentation de 100 000 euros à 200 000 euros. « Nous souhaitions proposer une offre plus qualitative. Nous vous proposons que les créateurs avaient un minimum de 20 à 30 000 euros pour développer leur projet. » raconte Mme. Bellieud Vigouroux.

Quatre bourses pour developper la mode en Méditerranée

Chaque lauréat sera suivi sur deux années consécutives. «C’est ce qui différencie notre fonds vis-à-vis d’autres appels à projets dans la mode, car la plupart accompagnent les artistes sur une année seulement» explique la présidente. Les deux bourses des principales importations utilisent les marques développées (de plus de 2 ans) qui possèdent déjà des points de ventes physiques ou en ligne. La première bourse «Marque de mode mondiale»,distributeurs de 50 000 euros pour achever la commercialisation mondiale de leurs propres matériels numériques, technologiques ou mathématiques. La deuxième bourse de 35 000 euros « Artisanat & soins » sera consacré au projet de développement d’une production qui démontre une «Volté de collaboration étroite avec des artisans de pays méditerranéens »Détail l’appel à projets.

Collection Alexandre Quoï, lauréat 2020-21 (Crédit : MMM)

Deux autres bourses de 20 000 seront destinées à la transmission des savoir-faire artisanaux et la recherche scientifique. D’une part, la «Bourse héritage & restitution» aider un professionnel du secteur de la mode pour jugé « Un mode de circulation innovant du mode à la fois technique et immatérielle » souligne l’appel à projets. D’autre part, la « Bourse de recherche scientifique » aider un.e doctorant.e spécialisé.e en recherche de mode pour « Se consacrer à sa recherche sans devoir travailler à côté pour financer sa thèse » explique la présidente.

À lire également  Conseil municipal - midilibre.fr

La Maison Fragonard comme nouveau mécène

La Maison Fragonard s’est associée au fonds MMM pour accompagner un jeune créateur dans les savoir-faire provençaux. Si elle est mondialement connue pour son parfum à Grasse, elle l’est moins pour la mode. « La Maison possède la plus riche collection de costumes provençaux du XVIIIe » nous apprenons Maryline Bellieud-Vigouroux. Le lauréat (e) de ce prix pourra être accueilli en résidence pour travailler avec les équipes scientifiques des musées Fragonard et être formé aux techniques traditionnelles de broderies en « Boutis » (coutures matelassées) aussi appelée « Piqure de Marseille ». A l’issue de sa résidence, l’artiste présentera deux pièces qui intégreront le fonds contemporain de mode des musées Fragonard.

Une partie du long parcours entre MMM et Tajima

Création de la grecque Mellissanthi Spei (Crédit : MMM)

Basée à la Ciotat pour diffuser la production dans le Sud de l’Europe, le groupe japonais de machineshaute technologie industrielle Tajima, reconduit son prix pour la broderie. C’est une manière de « Faire évaluer le monde industriel pour que les machines correspondent aux besoins des nouveaux créateurs. Le créateur apprendra de la maison mais il transmettra également des pistes de recherches. » synthétise Maryline Bellieud-Vigouroux. L’année dernière, lauréate grecque Mellissanthi Spei a fini son prototype dans une usine Tajima à Milan, réservée pour sa création pendant 48 heures, avant de retourner dans son pays natal pour développer sa marque.

[Document source] Appelez le projet MMM

Lire la suite:

> Aurélia Vigouroux : « La mission de MMM est l’ancien de la nouvelle génération de mode
> [Textile] Fask Academy : un évangéliste confédéral du savoir-faire
> postulant dans l’une des bourses MMM

À lire également  Camargue : quand le port des Saintes-Marie de la mer dominait la Méditerranée occidentale…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.