Aller au contenu
Accueil » Actualité » Le groupe centriste de Macron va perdre la majorité absolue au parlement, selon les résultats projetés | France

Le groupe centriste de Macron va perdre la majorité absolue au parlement, selon les résultats projetés | France

Le groupe centriste d’Emmanuel Macron a perdu sa majorité absolue au parlement, au milieu des gains d’une nouvelle alliance de gauche et d’une poussée historique de l’extrême droite, selon les résultats projetés lors des élections de dimanche.

Après cinq ans de contrôle incontesté du Parlement, Macron récemment réélu, connu pour son approche descendante du pouvoir, entame maintenant son deuxième mandat face à l’incertitude quant à la manière dont il mènera sa politique intérieure, comme le relèvement de l’âge de la retraite et la refonte prestations de l’Etat. Ses centristes devront trouver des compromis et élargir les alliances au parlement pour pouvoir faire avancer ses propositions de réduction d’impôts et de modifications du système de protection sociale.

Graphique gardien

L’Ensemble de Macron (Ensemble) reste le plus grand groupe parlementaire, mais il a subi des pertes importantes dans ce que les médias ont qualifié de « défaite écrasante » et de « tremblement de terre ». Les analystes politiques ont qualifié les résultats d' »échec grave » pour l’alliance centriste de Macron, qui a largement raté la majorité absolue, contrairement à sa victoire écrasante il y a cinq ans.

Les projections des sondeurs Ipsos, basées sur des résultats partiels, ont montré que les centristes de Macron gagneraient environ 230 sièges – bien moins que les 289 nécessaires pour avoir une majorité droite à l’Assemblée nationale.

Une alliance historique de partis de gauche, dirigée par le parti d’extrême gauche France Insoumis de Jean-Luc Mélenchon avec les socialistes et les verts, a augmenté ses sièges pour devenir le plus grand groupe d’opposition, sur le point de remporter environ 149 sièges.

Mais le résultat le plus frappant de la nuit est venu pour le parti d’extrême droite du Rassemblement national anti-immigration de Le Pen, qui devait augmenter ses sièges de huit en 2017 à environ 85 – un sommet historique pour un parti qui dans le passé a lutté faire des gains dans le système de vote parlementaire uninominal à un tour.

À lire également  Du château à l'aqueduc - midilibre.fr

Les gains d’extrême droite ont montré que le parti de Le Pen s’était étendu depuis son cœur traditionnel du Pas-de-Calais à travers une bande du nord et du nord-est, et s’était étendu depuis son cœur du sud-est le long de la côte méditerranéenne.

De manière significative, l’extrême droite a innové dans l’ouest de la France avec une étoile montante du parti, Edwige Diaz, 34 ans, remportant un siège en Gironde près de Bordeaux, dans une région où les manifestations anti-gouvernementales des gilets jaunes avaient été très fortes. Le nombre élevé de sièges du parti permettra à Le Pen, qui a été élue dans le Pas-de-Calais, de former un grand groupe parlementaire et de bénéficier d’une plus grande visibilité et d’un financement important pour son parti, qui fait face à des dettes.

Le Pen a prononcé un discours victorieux depuis le nord de la France, affirmant que son parti avait remporté son plus grand nombre de députés dans l’histoire. « Nous serons une opposition ferme », a-t-elle déclaré. Son chef de parti par intérim, Jordan Bardella, l’a qualifié de « tsunami ».

Les 89 députés de l’extrême droite pourraient être plus importants que le nombre du parti France Insoumise de Mélenchon. Le parti de Mélenchon dirige désormais une coalition de gauche plus large, connue sous le nom de Nupes, ou Nouvelle Union populaire écologique et sociale. Dans les 149 sièges projetés par l’alliance de gauche, le parti des Verts a augmenté sa présence à environ 28 sièges et les socialistes à environ 22. Clémentine Autain, une proche alliée de Mélenchon, a qualifié le résultat de la gauche unie de « percée ».

À lire également  Benzina, ecco come sanzioni al petrolio russo e Opec + si stanno mangiando il bonus del government

Les centristes de Macron ont insisté sur le fait qu’ils étaient toujours en tête, même si l’ambiance au siège du parti était qualifiée de sombre.

« C’est une première place décevante, mais c’est une première place », a déclaré Olivia Grégoire, porte-parole du gouvernement à la télévision française. Elle a déclaré que le gouvernement s’allierait aux « modérés » qui voulaient « faire avancer les choses », mais n’a pas précisé comment le groupe de Macron éviterait l’impasse sur la législation.

Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a qualifié les résultats de « choc démocratique » qu’il a définis par une forte poussée de l’extrême droite. Il a déclaré que les résultats reflétaient les « grandes inquiétudes » de l’électorat français mais que les plans politiques de Macron pouvaient encore être repris comme « travail, sécurité, Europe, climat ».

Le Maire a déclaré que Macron était la seule personne à avoir la « légitimité démocratique » pour décider de ce projet et à tendre la main aux autres au parlement pour « avancer ». Il a dit qu’il ne croyait pas qu’il y aurait un chaos au parlement et que les résultats étaient décevants mais « pas une défaite ».

Macron, qui a été réélu président en avril contre l’extrême droite Le Pen, avait plaidé pour une « majorité solide » au parlement afin d’avoir les mains libres pour mener à bien la politique intérieure comme le relèvement de l’âge de la retraite et la refonte des prestations de l’État.

Mais son parti, La République En Marche, qui sera bientôt rebaptisé Renaissance, a subi plusieurs défaites symboliques lors de l’élimination de personnalités clés du cercle de Macron. Parmi eux, Christophe Castaner, l’ancien chef du parti de Macron au parlement. Richard Ferrand, architecte du mouvement centriste de Macron et ancien chef du parlement français, a été expulsé de son siège breton.

À lire également  Mattarella est arrivé au Vatican pour faire ses adieux au Pape - Politique

Le parti du président sera désormais plus dépendant que jamais de ses alliés centristes, dont le nouveau parti de l’ancien Premier ministre Édouard Philippe, Horizons. Le gouvernement pourrait s’orienter davantage vers la droite s’il a besoin de courtiser les législateurs de droite.

Macron sera contraint de remanier son gouvernement dans les prochains jours, après que la nouvelle ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon, a été battue par l’extrême droite dans le nord, et que d’autres ministres craignaient de perdre leur siège. La première ministre, Élisabeth Borne, a été élue en Normandie, mais son résultat a été plus serré que prévu.

L’élection a été marquée par l’apathie des électeurs, moins de 50% des électeurs se sont rendus aux urnes.

Le parti de droite Les Républicains, qui était au pouvoir sous Nicolas Sarkozy, a subi des pertes mais devait encore conserver environ 78 sièges. Une performance considérée comme respectable après son score catastrophique à l’élection présidentielle, lorsque sa candidate Valérie Pécresse a pris moins de 5 %. La droite et ses alliés de centre-droit, l’UDI, pourraient désormais être courtisés en tant qu’alliance parlementaire potentielle pour le gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.