Aller au contenu
Accueil » Actualité » Le gouvernement saisit la justice après un rapport accablant l’IHU quand il était dirigé par Didier Raoult

Le gouvernement saisit la justice après un rapport accablant l’IHU quand il était dirigé par Didier Raoult

C’est un nouveau coup dur pour Didier Raoult. Les ministres de la Santé et de la Recherche ont saisi ce lundi la justice au vu d’un nouveau rapport sur l’IHU de Marseille, qui a confirmé des « graves dysfonctionnements » lorsque cet institut était sous la professeur.

Ce rapport administratif définitif, publié ce lundi, « met en lumière des dysfonctionnements graves de l’IHU », et « multieurs éléments » sont « susceptibles de constituer des délits ou des manquements graves à la réglementation en matière de santé ou de recherche », François Braun et Sylvie Retailleau le déclarent dans un communiqué.

Pratiques médicales « inappropriées »

Ils précisent avoir saisi le procureur de la République de Marseille. A la lumière de ce document accablant, les ministres rappellent « certaines pratiques médicales et scientifiques inappropriées prévalentes » au sein de l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée infection (IHU-MI) créé en 2011, et dirigé par le Pr Didier Raoult jusqu’à à fin août

Sont pointées des pratiques « ne respectant pas la réglementation et pouvant générer un risque sanitaire pour les patients, notamment au cours des protocoles de recherche », des « dérives dans les pratiques de gestion, pouvant générer du harcèlement et mal-être au travail », des « dérives dans la gouvernance, qui ne respecte pas strictement les règles encadrant les fondations de coopération scientifique », précise le communiqué. Une dégradation progressive de la situation financière de l’établissement est également évoquée.

Contacté par 20 Minutes, l’avocat de l’IHU et de Didier Raoult, Brice Grazzini indique que « le directeur de l’IHU n’a pas été informé officiellement d’une quelconque démarche judiciaire ». Et d’agouter « S’il y a une enquête ouverte par le parquet, mon client se tient évidemment, comme toujours, à la disposition des enquêteurs ».

À lire également  Références historiques | Aérodrome de Tunis : Le temps des pionniers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.