Des gens en mer sans gilets de sauvetage, des centaines encore en panique sur le bateau déjà submergé. Si les volontaires de Sea-Eye et Mission Lifeline n’étaient pas arrivés à temps, il y aurait peut-être eu plus de morts en Méditerranée aujourd’hui. Pendant la nuit, dans la zone de recherche et de sauvetage maltaise, des équipes d’ONG allemandes ont secouru 400 personnes qui ont répondu aux signalements des téléphones d’alarme. « Ils dérivent et prennent de l’eau – le message d’avertissement était – ils disent qu’ils ont appelé tous les garde-côtes : personne ne les aide. Le Deep Discoverer le plus léger est à quelques kilomètres. » Mais il n’a jamais failli aider. « Malte a ignoré les rapports d’alarme téléphonique de l’urgence en mer, même si le bateau se trouvait dans une zone de recherche et de sauvetage maltaise. »

C’est la plainte qui vient de Sea Eye, qui se rend désormais à Lampedusa après une opération de sauvetage très sensible. Au moment où l’équipage a atteint les complexes, le chariot maritime sur lequel ils voyageaient prenait déjà de l’eau, la panique était rompue à bord et beaucoup d’entre eux avaient déjà fini en mer. Ils ont tous été secourus, une personne a été réanimée avec succès et personne ne manquerait à l’appel. Vers minuit, ils étaient tous en sécurité sur Sea Eye 4, où l’histoire est désormais compliquée. Plus de 800 personnes ont été secourues à bord lors d’une série d’interventions au cours des trois derniers jours. Au moins cinq mais le jour du 1er novembre. La vie de 153 enfants et adolescents voyageant à bord de diverses chartes maritimes a été sauvée.

« Maintenant, ils sont entre les mains de nos sauveteurs attentionnés », ont indiqué les ONG sur leurs pages, suivis de rapports en provenance de l’Alarm Phone, qui a également répondu au Mediterranean Break Viking Ocean. Actuellement, 245 personnes à bord de l’ONG ont été secourues lors de trois interventions différentes, et 85 autres personnes qui ont fui la Libye – qui alerte toujours un téléphone d’alarme – sont à bord du navire marchand VosApollo au large des côtes tunisiennes. « Ce pays n’est pas un endroit sûr pour les réfugiés. Il faut les amener en Europe », est l’appel lancé il y a 11 heures sur Twitter. Personne n’y a encore répondu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *