Aller au contenu
Accueil » Actualité » Le 21 décembre, le Conseil des ministres a approuvé le déploiement de troupes espagnoles en Europe de l’Est Espagne

Le 21 décembre, le Conseil des ministres a approuvé le déploiement de troupes espagnoles en Europe de l’Est Espagne

Le commandant du 31e escadron de surface de la marine espagnole, Gonzalo Leira, est apparu à l’arsenal militaire de Ferrol pour détailler les mesures prises par la frégate Blas de Lezo lors du déploiement à partir de ce vendredi.kiko caol (EFE)

La participation des troupes espagnoles (unités mécanisées, avions de combat et navires) aux opérations de l’OTAN en Europe de l’Est pour désamorcer la Russie a été approuvée par le Conseil des ministres le 21 décembre, aboutissant à un processus annuel. A cette époque, Washington avait déjà prévenu que Moscou avait plus de 100 000 soldats à la frontière avec l’Ukraine pour lancer une invasion « début 2022 ».

L’accord approuvé par le gouvernement, auquel EL PAIS a accès, stipule : « L’Espagne maintient son engagement en matière de dissuasion et de défense collective, et renforce ses liens avec le reste des pays de l’Alliance, rejoignant des unités terrestres et aériennes. dans les activités du Better Presence Forward dans les républiques baltes […] et la police aérienne de l’OTAN, aidant les alliés avec une défense aérienne insuffisante », faisant référence à la République balte et aux Balkans orientaux. « Dans le même sens », dit-il, « nous poursuivons notre implication dans les groupes navals permanents de l’OTAN, à la fois des navires d’escorte (SNMG) et de lutte contre les mines (SNMCMG), suivant le schéma et l’attribution des ordres des groupes conçus par l’OTAN », a-t-il ajouté. .

Chaque fois que l’OTAN lance une nouvelle opération, elle fait une soi-disant célébration conférence de génération de force, dans laquelle les pays précisent les contributions qu’ils sont prêts à apporter. Lorsque l’OTAN a lancé la mission Enhanced Forward (EPP) en 2017, qui comprenait le déploiement de quatre groupes de combat multinationaux dans les trois républiques baltes et en Pologne, le gouvernement espagnol (le PP à l’époque) a décidé d’ajouter 350 soldats au bataillon en Lettonie. . et ils sont toujours là. Cependant, dans la mission de police aérienne en mer Baltique (qui protège l’espace aérien des anciennes républiques soviétiques des invasions russes) et dans les flottes de l’OTAN (il y en a quatre, deux frégates et deux chasseurs-cueilleurs), les pays tournent et ne font pas toujours . les mêmes qui obligent. Par conséquent, il est décidé chaque année quels alliés fourniront des avions ou des navires l’année suivante.

À lire également  Le monde de la Mutualité réuni à Marseille pour faire entendre sa voix et sa différence

La Défense a proposé de déployer un contingent de chasseurs en Lituanie pendant quatre mois en 2022 (comme elle l’a fait l’année dernière et sept fois auparavant) et de fournir deux frégates, un navire de ravitaillement, une mine de débris et un Marine Action Ship (BAM). périodes. , aux flottes de l’OTAN. De plus, il a proposé d’envoyer un autre détachement de combattants en Bulgarie, comme il l’avait fait en 2021 pendant deux mois en Roumanie. Toutes ces contributions doivent être approuvées par le Conseil des ministres, car elles sont financées par le Trésor public à partir du Fonds de prévoyance et non du budget de la Défense.

L’Espagne est l’un des principaux contributeurs aux missions de l’UE et de l’OTAN. De cette manière, selon des sources diplomatiques, il neutralise les critiques sur leurs faibles dépenses de défense (il se situe dans le bas de l’Alliance, avec 1 % du PIB) et affiche sa solidarité avec les alliés d’Europe de l’Est, en attendant un soutien réciproque pour entrer en jeu. . cas de problèmes dans le sud.

La participation à chaque mission individuelle est volontaire et dépend de la disponibilité et des capacités militaires de chaque allié mais, en fin de compte, il s’agit d’une décision politique. Preuve en est que l’Espagne, avec une batterie de missiles Patriot, est le seul participant à une mission de l’OTAN à la frontière turco-syrienne, ce qui en fait un point gagnant contre Ankara. Ce que l’Espagne, ou toute autre alliance, ne pourrait pas faire, c’est participer à une opération ou s’empêcher si un partenaire de l’OTAN demandait l’article 5 (engagement de défense commune), mais ce n’est pas le cas actuellement.

À lire également  Météo : un nouvel épisode méditerranéen attendu sur l'Hérault et le Gard dans la nuit de vendredi à samedi

C’est la chose qui influence le plus la chose la plus proche. Pour ne rien rater, abonnez-vous.

enrôler

Suite aux attentats du 11 septembre 2001, les flottes permanentes de l’OTAN se sont engagées à garantir la sécurité méditerranéenne face à la menace juive. Cependant, après la connexion de la Russie à la Crimée en 2014, ils opèrent de plus en plus fréquemment en mer Noire. Pour cette raison, bien que son parcours ne soit pas précisé dans l’accord du Conseil des ministres, son sort était facile à mesurer. Seul changement, le Comité militaire de l’OTAN, réuni à titre extraordinaire, a décidé, à titre préventif, de réduire les délais de recrutement de sa force de réaction et de compléter sa flotte avec tous les navires proposés, ce qui l’a obligé à anticiper les un événement. de Blas de Lezo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *