Aller au contenu
Accueil » Actualité » L’Afrique, la nouvelle destination de croisière à la mode pour échapper au froid si vous avez déjà visité les Caraïbes.

L’Afrique, la nouvelle destination de croisière à la mode pour échapper au froid si vous avez déjà visité les Caraïbes.

Les croisières en Méditerranée sont une attraction mondiale. Des voyageurs du monde entier embarquent à Barcelone, Athènes ou Rome pour visiter les ports d’Espagne, d’Italie, de France, de Grèce, les côtes de l’Adriatique ou des pays comme l’Égypte, le Maroc et la Tunisie. Les excursions en bateau dans le nord de l’Europe sont de plus en plus populaires, que ce soit dans les capitales nordiques, les fjords norvégiens, l’Islande ou les îles britanniques. Les voyages en bateau vers les Caraïbes, destination classique, sont également très demandés. Les voyages durent de trois jours à deux semaines au départ de ports tels que Miami, Port Canaveral ou Fort Lauderdale, les principaux ports du monde.

À mesure que le secteur des croisières se développe, de plus en plus de pays deviennent la cible des compagnies de croisières : les marchés asiatiques, l’Océanie, les îles éloignées du Pacifique et aussi l’Afrique, un marché exotique pour le voyageur européen, américain ou asiatique. Ce continent se positionne comme une destination de vacances et de tourisme et les compagnies de croisières proposent de plus en plus de ports africains dans leurs catalogues de voyages, profitant du printemps et de l’été austral.

Sommaire

Du jamais vu

À mesure que l’industrie des croisières se développe, de plus en plus de pays deviennent des cibles pour les compagnies de croisières.

Norwegian Cruise Line est la dernière à s’être emparée de cette tendance. Dans sa catégorie des voyages extraordinaires, elle propose pour la première fois des croisières en Afrique australe, avec des voyages de deux semaines vers des ports d’Afrique du Sud et de Namibie, des itinéraires très intéressants dans le cadre desquels Magazine a pu voyager à bord du Norwegian Jade, le navire avec lequel NCL voulait se positionner en Afrique. Voici comment se sont déroulés les appels et à quoi ressemble ce navire.

Le Norwegian Jade effectue un voyage circulaire au départ du Cap et retourne à son port d’attache après deux semaines. Le point de départ ou d’arrivée permet de disposer d’un groupe de jours pour découvrir la deuxième ville d’Afrique du Sud et l’une des plus attrayantes du continent. Pour se faire une idée de sa situation géographique, une visite de ses deux points de vue s’impose. Le premier est Table Mountain, une montagne plate de quatre kilomètres de long. On y accède par un téléphérique spectaculaire ou, si l’on dispose de plus de temps, à pied. Le second point de vue est Signal Hill, une montagne que l’on peut atteindre en voiture et dont on descend d’une manière originale : en parapente jusqu’à l’océan. Le faire au coucher du soleil est à couper le souffle.


Front de mer du Cap

Javier Ortega Figueiral

Toute la nature qui entoure la ville vous attire, en particulier le fait d’atteindre le mythique Cap de Bonne Espérance par voie terrestre, un point que nous contournerons deux fois au cours de ce voyage. La ville possède trois endroits très spéciaux pour le voyageur : Long Street avec la meilleure architecture victorienne, Greenmarket Square, où il y a un marché presque tous les jours, et le Waterfront Victoria & Alfred, la zone la plus ancienne du port, convertie avec goût en zone de divertissement. C’est un peu un cliché, mais le concept de « vibrant » définirait très bien cette ville.

À lire également  "Trop de sang galicien coule dans nos veines".

La première étape est le petit port d’une ville de 100 000 habitants située sur la Garden Route, un tronçon de 300 kilomètres entre les montagnes et l’océan Indien, doté d’un climat qui ne descend jamais en dessous de 10ºC et ne dépasse jamais 28ºC, et considéré comme une réserve de biosphère par l’Unesco. Après avoir débarqué des bateaux, vous traverserez des paysages à couper le souffle pour vous rendre à trois endroits : une fabrique de fromage et de bière, les plus anciens vignobles de la région et un centre de production d’aloès.

Le Cap vu du front de mer

Le Cap vu du front de mer

Javier Ortega Figueiral

Bien que la région ne soit pas éminemment viticole comme Stellenbosch ou Franschhoek, certaines caves ont un charme particulier et sont entretenues avec amour pour que les visiteurs en tombent amoureux. Des visites et des dégustations y sont organisées, notamment de vins provenant de tout le pays, le plus grand producteur de vin d’Afrique. Les bières artisanales de la région sont également produites dans les fermes et les fromageries. Dans les jardins de ces fermes et fromageries, des dégustations sont également proposées à des tables sous les arbres, où le seul problème, si vous en cherchez un, est que le bateau continue son voyage et que vous ne pouvez pas passer toutes les heures que méritent des endroits comme celui-ci.

La deuxième étape nous amène à la ville qui s’appelle officiellement, et depuis 2021, Gqeberha en raison du mouvement de restauration des noms locaux au détriment des noms coloniaux. L’architecture et l’esthétique générale de la ville portent encore une grande empreinte de cette époque, mais aujourd’hui nous nous concentrons sur la visite d’Addo, le troisième plus grand des 20 parcs nationaux du pays. Fondé en 1931, il s’étend sur 3 600 kilomètres carrés et comprend des îles, des zones côtières, une biodiversité étonnante et une variété d’animaux sauvages allant de l’antilope au rhinocéros noir, en passant par le lion et le buffle.

Les éléphants du parc d'Addo

Les éléphants du parc d’Addo, le troisième plus grand des 20 parcs nationaux du pays.

Javier Ortega Figueiral

Mais le plus important est le nombre considérable d’éléphants qui vivent dans la région : environ 700, un chiffre remarquable si l’on considère que le parc a été créé pour protéger les 31 qui restaient dans la province il y a 90 ans. Parcourir les sentiers du parc en 4×4 ouvert, en mode safari photo, est absolument passionnant. Même le guide, amoureux du lieu et des animaux qui y vivent, ne sait pas ce que l’on va trouver au prochain virage, de l’autre côté de la vallée ou dans les lagunes où la vie s’écoule, apparemment calme et impressionnante, pour tous les animaux, même si la vedette reste les immenses groupes d’éléphants qui se promènent, mangent ou se baignent. Les observer est hypnotique… et une fortune.

Durban est la troisième ville la plus peuplée d’Afrique du Sud et l’un de ses ports les plus importants.

La troisième escale du Norwegian Jade est officiellement Durban, la troisième ville la plus peuplée d’Afrique du Sud et l’un de ses ports les plus importants. Tellement important qu’il n’y a pas eu de postes d’amarrage disponibles pendant plusieurs jours et que le navire a été détourné à une centaine de milles au nord vers Richards Bay, le principal port d’exportation de charbon d’Afrique du Sud, qui traite également d’autres minéraux et produits de base tels que l’aluminium, le bois et, curieusement, le maïs. Même en dehors des horaires prévus, il était intéressant de s’amarrer dans un port industriel aussi actif.

À lire également  La Coupe de l'America : des marins qui sont des machines

Un navire de passagers totalement entouré de montagnes noires et d’énormes cargos, c’est tout un contraste. Il était également remarquable de voir la beauté de l’industrie en mouvement continu et de constater de visu que, dans d’autres pays, le charbon décrié alimente toujours le monde en énergie. En ce qui concerne les visites terrestres, il restait la possibilité de visiter Durban, une ville côtière très attrayante, ainsi que l’offre de visiter le parc national de la zone humide d’iSimangaliso, l’un des huit sites du patrimoine mondial de l’UNESCO pour sa beauté débordante, une considération qui n’est pas exagérée.

Jusqu'à la fin du siècle dernier, Lüderitz était le seul port sur toute la côte du pays et, au XIXe siècle, la Namibie était une colonie connue sous le nom de Sud-Ouest africain allemand.

Jusqu’à la fin du siècle dernier, Lüderitz était le seul port sur toute la côte du pays et, au cours du XIXe siècle, la Namibie était une colonie connue sous le nom de Sud-Ouest africain allemand.

Getty Images

Après deux jours de navigation vers l’ouest puis vers le nord après avoir doublé le Cap de Bonne Espérance pour la deuxième fois, nous avons changé de pays pour atteindre la Namibie. Lüderitz était jusqu’à la fin du siècle dernier le seul port sur toute la côte du pays et conserve ce nom car au 19ème siècle, la Namibie était une colonie connue sous le nom de Sud-Ouest africain allemand. Lorsque vous voyagez, il est bon de savoir certaines choses pour replacer ce que vous visitez dans son contexte, par exemple que cette période de colonisation a été caractérisée par la brutalité et l’oppression de la population indigène namibienne, et qu’après la fin de la Première Guerre mondiale, le territoire a été administré par le Royaume-Uni puis par l’Afrique du Sud jusqu’à ce que la Namibie lutte pour son indépendance et l’obtienne dans les années 1990.

Malgré cela, la sensation que l’on éprouve en se promenant dans la ville est curieuse : l’architecture et l’urbanisme sont indubitablement d’Europe centrale, construits à des milliers de kilomètres de leur lieu d’inspiration, et l’un des sites les plus intéressants, voire inquiétants, est Kolmapskop, à quelques kilomètres à l’intérieur des terres : un ancien site minier, aujourd’hui abandonné mais visité, où la découverte de diamants l’a transformé en attraction commerciale. La cupidité qui a été dévorée par les dunes donne matière à réflexion.

Le désert du Namib, l'un des plus anciens et des plus secs du monde, s'étend le long de la côte et couvre une superficie considérable.

Le désert de Namibie est l’un des déserts les plus anciens et les plus secs du monde. Il s’étend le long de la côte et couvre une superficie considérable.

Javier Ortega Figueiral

La deuxième étape en Namibie a été un atterrissage dans l’extrême beauté du pays. Le port de Walvis Bay, une ville côtière à l’esthétique moderne située dans le nord du pays, qui fut d’abord hollandaise, britannique puis sud-africaine. C’est le point de départ de l’une des plus belles excursions que vous puissiez faire dans cette partie du continent : visiter la zone où le désert du Namib (d’où le nom de cet État indépendant jeune et peu peuplé) atteint l’océan. Ce désert est l’un des plus anciens et des plus secs du monde. Il s’étend le long de la côte sur une superficie considérable : quelque 2 000 kilomètres du sud au nord et une centaine de kilomètres à l’intérieur des terres jusqu’à l’Atlantique. Ce qui pourrait être considéré comme un handicap est devenu l’un des grands attraits du pays.

À lire également  Vol MH370 : "Il sera trouvé": la recherche du se poursuit avec des experts et des amateurs.

Depuis le port et en direction du désert, la route passe devant une lagune géante, la lagune des flamants roses. Des milliers d’entre eux y vivent en saison. Un régal pour les yeux, comme pour se perdre dans le désert le long de la plage : sur des pistes différentes et avec un guide qui ne cesse de vous fasciner alors que vous avancez à bonne vitesse et en toute sécurité, l’immensité de l’océan est d’un côté. De l’autre, les dunes, hautes de 100 mètres, que l’on peut escalader en 4×4 et même descendre à pied, où le guide vous attend avec un pique-nique que vous n’oublierez jamais, tout comme vous n’oublierez jamais le retour au bateau au coucher du soleil, en traversant à nouveau la plage, les dunes et le beau désert.


Lisez aussi

Magda Bigas

Un des bâtiments recouverts de sable à Kolmanskop, une ville fantôme en Namibie.

Un bateau, deux noms

Le Norwegian Jade est un navire de 93 500 tonnes, ce qui, selon les normes actuelles, peut être considéré comme un navire de croisière de taille moyenne. Il mesure 294 mètres de long, a une capacité maximale de 2 400 passagers et un équipage de 1 035 personnes. Il s’agit là de données techniques et de chiffres pour un navire qui a eu une vie antérieure. Lors de son lancement en 2006, il a été baptisé le Esprit d’HawaïL’idée initiale était de l’utiliser pour la division 100% américaine de Norwegian Cruise Line, avec des navires battant pavillon américain en raison de l’impératif légal de Washington de battre son pavillon si vous voulez faire une croisière sans quitter le pays, ce qui est le cas pour les voyages qui ne font escale que dans les îles de l’archipel qui est considéré comme le 50e État depuis 1959.

Enfin, en 2008, la NCL a réservé une seule unité au marché hawaïen, le Pride of Americaet a décidé que la Fierté d’Hawaï était consacré aux voyages dans le reste du monde, il a donc été renommé en Norwegian Jade et battant pavillon des Bahamas comme le reste de la flotte, qui compte actuellement 19 navires. Il se distingue par un bon ratio d’espaces extérieurs, une offre de divertissement généreuse et des espaces où vous pouvez vous déconnecter complètement du reste des passagers si vous le souhaitez.

Gastronomie en haute mer

Buffets et restaurants de spécialités

L’offre gastronomique à bord est plus que généreuse : 16 options différentes : d’un immense buffet aux horaires étendus au room service, deux restaurants généraux, dont l’un donne sur le sillage arrière, et sept restaurants de spécialités : un restaurant oriental, un bar à sushis et à saké très fiable et un bruyant teppanyaki, où la préparation des plats fait partie d’un spectacle chorégraphié. Le restaurant français est plus sobre, avec une gamme intéressante de vins, dont beaucoup d’Afrique du Sud. Le restaurant italien est délicieux, et pour les amateurs de viande, il y a deux offres : un restaurant à la française et un restaurant à l’italienne. steak house dans un style très proche de celui d’un country club et une churrascaria dans le style du Brésil et de l’Argentine.

Lisez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *