Aller au contenu
Accueil » Actualité » La Terre nourricière et le sexe dans les dunes, par Joaquín Luna

La Terre nourricière et le sexe dans les dunes, par Joaquín Luna

Le sexe dans Dune existe et je l’ai vu. Ou je l’ai vu. C’est une fusion entre la nature et l’instinct – ce que nous appellerions aujourd’hui un expérience ou, si vous pardonnez le jeu de mots, un événement– où des êtres humains, y compris des Teutons, ont donné libre cours à leur sexualité dans un espace naturel tel que les dunes, peut-être à cause de la chaleur, et à la vue du personnel, qui s’est joint à la fête à la moindre occasion.

Comme d’autres hivers, jeudi, je me rendais à ma place dans les dunes de Maspalomas – Gran Canaria, un endroit sauvage et tranquille à l’abri du vent de l’Atlantique – lorsque trois sifflets ont retenti, dignes du grand Mateu Lahoz le jour où il perd son sang-froid.

Ils étaient des « agents environnementaux » et portaient des lunettes de soleil.

-Vous devez suivre le chemin balisé !

Ce que le site Web du Cabildo appelle des « itinéraires recommandés » dans le cadre du « plan directeur pour la récupération naturelle de l’écosystème dunaire ». C’est parti : pour prendre le soleil et le vent en bord de mer.

Xavier Cervera

La conservation des dunes de Maspalomas limite la débauche qui est si proche de l’espace naturel.

Naturellement, je suis favorable à l’écosystème, à Don Benito Pérez Galdós et à la promotion de l’UD Las Palmas en première division, j’ai donc obtempéré, non sans un regard nostalgique vers mon coin, d’où j’avais assisté à de grandes scènes de sexe hétérosexuel dans les dunes – à ne pas confondre avec la lutte canarienne – dans lesquelles les pratiquants locaux et les dames scandinaves se distinguaient par leur performance.

Tout le monde n’a pas un tel esprit civique. Dans le même ordre d’idées, un nudiste allemand a été condamné en avril à quatre mois de prison et à une amende de six euros par jour pendant un mois parce qu’il a attrapé à la main le premier bloc de dune et a menacé de le jeter sur les agents de l’environnement, dont la réaction n’est pas consignée dans la sentence. Il n’est donc pas exclu qu’ils aient gagné l’Atlantique en un temps record de 25 secondes.

Mère Nature nous a donné le sexe, le soleil et les dunes de Maspalomas, et Mère Nature nous les enlève temporairement, même si elle aurait pu attendre quelques jours. Heureusement, ceux d’entre nous qui sont expulsés du paradis finissent par partager une modeste dune, voire une colline, où ils peuvent s’abriter du vent, prendre le soleil et réfléchir, ce qui est le contraire d’agir.

Lire aussi

À lire également  Bon chablis et 'demi-cuit' : la vie avec l'autre duchesse d'Argyll Aristocratie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *