Aller au contenu
Accueil » Actualité » La température monte en Méditerranée et dans l’Atlantique : « Pour de nombreuses espèces, c’est comme un feu dans la mer » | Climate & Environment

La température monte en Méditerranée et dans l’Atlantique : « Pour de nombreuses espèces, c’est comme un feu dans la mer » | Climate & Environment

La hausse des températures due au changement climatique a de graves répercussions sur les mers et les océans. Méditerranée et la Atlantique L’océan Atlantique Nord est actuellement le plus chaud depuis le début des relevés en 1980, les anomalies thermiques dépassant par endroits les 5°, selon les mesures satellitaires de sa surface effectuées par des responsables européens et américains. « Les changements se produisent à un rythme sans précédent. Le système climatique est hors de contrôle », déclare le météorologue chevronné. Francisco Martín León. Comme les vagues de chaleur terrestres, les vagues de chaleur marines sont de plus en plus fréquentes et ont des conséquences : dans les villes côtières espagnoles, le nombre de nuits chaudes a été multiplié par dix (avec des températures minimales supérieures à 25°, ce qui rend le sommeil très difficile), et dans l’eau il y a plus de méduses, de mortalité de la flore et de la faune, et beaucoup de combustible (vapeur d’eau) qui, si des tempêtes se produisent, les rendront plus virulentes, comme cela s’est produit ces derniers jours dans le centre de l’Europe. Les habitudes changent également. Yolanda, qui s’est baignée « toute sa vie » sur les plages valenciennes de la Malvarrosa et de la Patacona, l’a fait plusieurs fois cet été, de nuit. Elle a été surprise par les dizaines de baigneurs nocturnes qui ont eu la même idée. « Avant, cela n’arrivait pas, on ne voyait pas autant de monde », dit-il en essayant de se rafraîchir sur une rive à peine refroidie. « L’eau est comme un bouillon, elle devient de plus en plus chaude ».

« Ce mois de juillet, nous avons enregistré la température moyenne la plus élevée en Méditerranée depuis quatre décennies : 28,17° », explique Francisco Pastor, météorologue à la Fondation Centre pour l’étude de l’environnement méditerranéen (CEAM). L’expert note que la mesure des Service européen du changement climatique Copernicus (C3S) porte cette température à 28,84°. « Les deux séries montrent que tous les records sont battus », ajoute M. Pastor.

Dominic Royé de la Fondation pour la recherche climatique (FiClimate), indique que dans les années 1980 et 1990, de telles anomalies n’existaient pas, mais qu’à partir de 2000, la température a commencé à augmenter « et qu’il n’y a pas eu d’anomalie négative depuis 20 ans ». En 2022, la température moyenne de Mare Nostrum était déjà supérieure de 1,6° à celle de la période 1981-2012, et cet été elle va dans le même sens, confirmant qu’il s’agit d’un des milieux les plus fragiles face à l’urgence climatique.

Ces 28° sont la moyenne, mais à certains endroits, la mer peut se réchauffer. brûler encore plus. « L’année dernière, il a fait plus de 30 degrés Celsius dans certaines parties de la côte espagnole. De plus, la température maximale de l’eau est généralement atteinte à la fin du mois d’août, il est donc inquiétant que nous soyons dans cette situation si tôt. Chaque année, la mer se réchauffe plus tôt et dure plus longtemps », prévient David Díaz, chercheur à l’Institut espagnol d’océanographie (Instituto Español de Oceanografía).IEO-CSIC). Martín León ajoute : « Nous dopons l’atmosphère avec des gaz à effet de serremais aussi les mers, qui absorbent 80 à 90 % de cette énergie, surchauffent et nous en restituent une partie sous forme de chaleur.

Ce phénomène a des conséquences pour les habitants de la côte. « Les nuits sur les rives de la Méditerranée sont de plus en plus chaudes, avec des températures minimales supérieures à 25° », explique Rubén del Campo, porte-parole de l’Agence météorologique de l’État (Aemet). Et il fournit des données : Valence a connu 18 de ces nuits torrides en juillet dernier, alors qu’au cours des années 1990, elle en avait enregistré 12, soit plus ou moins une par an. À Malaga, il y en a eu 12, à Castellón, neuf et à Barcelone, quatre. « Pour situer les choses dans leur contexte, l’expert précise qu’à Barcelone, il n’y en a pas eu de 1924 à 2003 et que depuis, il y en a eu 42. Ce qui était exceptionnel est en train de se banaliser ».

À lire également  Voici les "monstres" que le réchauffement risque de créer en Méditerranée

Nuits infernales

On commence à parler de « nuits infernales » pour désigner les nuits où la température minimale dépasse les 30°, ce qui est inhabituel. À Malaga, on en a déjà connu une : le 18 juillet, la température minimale était de 31,40°C. « Ces nuits chaudes rendent le sommeil très difficile. La chaleur de la mer génère plus d’évaporation d’eau et plus d’humidité, ce qui signifie que la sueur, qui nous aide à nous rafraîchir, ne s’évapore pas. S’il n’y a pas de brise non plus, cela génère un stress thermique qui peut être dangereux pour les bébés et les personnes vulnérables », poursuit l’expert d’Aemet. Pastor (CEAM) ajoute : « Le cycle de la brise fonctionne grâce à la différence de température entre la mer et la terre. Ainsi, si la température de la mer augmente et devient égale à celle de la côte, les brises sont plus faibles et le confort thermique est perdu ».

Plage de Mavarrosa, 1er août.www.kiketaberner.com

C’est ce qui se passe à Valence depuis un mois. Javier Renovell, 24 ans, vit avec sa famille dans une maison à deux étages face à la mer. Sa chambre donne sur la promenade de la plage urbaine de La Patacona. Malgré sa situation privilégiée – « la brise marine entre directement » – il dit avoir « plus chaud qu’avant » et utilise désormais « trois ventilateurs pour dormir ». « Je le remarque également lorsque j’étudie, je suis beaucoup moins efficace », déclare le jeune homme, qui attribue les températures extrêmes et les pluies torrentielles au changement climatique. En fait, il a décidé d’étudier les sciences de l’environnement à Valence et de commencer un master en études climatiques aux Pays-Bas lorsqu’il a vu que l’allée devant sa maison était inondée par les tempêtes de plus en plus fréquentes. « Il arrive un moment où l’on confond l’eau de la promenade avec l’eau de la mer », dit-il en regardant le rivage, à une centaine de mètres de là. Renovell, qui travaille au Centre de recherche sur la désertification (CSIC-Université de Valence), préfère se baigner dans la mer hors saison, en hiver, pour éviter la foule et parce que l’eau est plus fraîche.

Canicules marines

Dans ce contexte de réchauffement climatique, les vagues de chaleur marine se succèdent. « Ce sont des périodes où les températures sont très supérieures à la moyenne. Autrefois exceptionnelles, elles sont désormais très fréquentes », explique Joaquim Garrabou, chercheur à l’Institut des sciences de la mer (ICM-CSIC). Ces épisodes affectent la faune et la flore. Garrabou estime que l’année dernière, ils ont eu un impact sur une cinquantaine d’espèces – coraux, éponges, algues, posidonies, mollusques, etc. « Si les choses ne changent pas, on assistera à un nouveau phénomène de mortalité de nombreuses espèces qui ne peuvent pas se déplacer », affirme l’expert. « Pour elles, c’est comme un feu de forêt dans la mer.

Díaz (IEO-CSIC) ajoute : « Les coraux et les éponges ont des cycles de vie longs et sont structurants, c’est-à-dire qu’ils servent d’abri aux poissons qui y pondent leurs œufs, de sorte que si cet habitat disparaît, cela peut affecter les cycles biologiques d’autres animaux ». En outre, la chaleur favorise l’arrivée d’espèces invasives provenant d’autres latitudes – des poissons aux mollusques et des algues aux méduses – et déplace les espèces autochtones.

À lire également  The Settlers' : une dénonciation historique chilienne avec la verve d'un wéstern sauvage et d'une aventure pour adultes | Culture

Josep Maria Gili, expert en méduses à l’ICM-CSIC, souligne que le réchauffement progressif favorise une plus grande présence de ces organismes marins. Lorsque les années étaient froides et pluvieuses, les eaux côtières plus fraîches et moins salées constituaient « une barrière naturelle contre ces animaux », mais avec la chaleur, les eaux côtières et océaniques sont similaires et les méduses ont plus de chances de s’approcher du rivage. Selon lui, les méduses abondantes sur les plages « sont des messages d’aide que la mer nous envoie. Nous devons l’écouter.

Ambiance sur la plage de la Malvarrosa le 3 août.
Ambiance sur la plage de la Malvarrosa le 3 août.www.kiketaberner.com

Autre risque : les tempêtes. « Quand la Méditerranée est si chaude, il y a plus d’énergie et plus de vapeur d’eau, donc si les conditions sont réunies pour les tempêtes, elles peuvent être beaucoup plus violentes », résume Samuel Biener, climatologue à l’Institut de l’environnement et de la santé publique (IESP) de l’Union européenne. Météorisé. Del Campo précise : « La mer chaude ne garantit pas des pluies torrentielles, c’est une condition nécessaire mais pas suffisante, bien qu’elle puisse les rendre beaucoup plus intenses ». Royé rappelle que c’est ce qui s’est passé ces derniers jours en Europe centrale, où l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Italie et la Suisse ont subi des tempêtes extrêmes, avec beaucoup de vent et d’énormes grêlons. M. Biener précise : « C’était presque du jamais vu en Europe auparavant. Royé ajoute : « Une Méditerranée très chaude alimente ces phénomènes, mais cela ne signifie pas qu’il y a automatiquement le feu, mais que d’autres conditions doivent être réunies.

Tous ces facteurs peuvent finir par affecter le tourisme à l’avenir. « Pour l’instant, aucun chiffre ne nous dit que la Méditerranée va cesser d’être la première destination touristique au monde, et cette année se terminera même avec des chiffres records », affirme Eduardo Santander, directeur de la Commission européenne du voyage. Il admet toutefois qu' »il est clair que nous vivons sur une planète fragile affectée par le changement climatique et que nous devons nous adapter, car à l’avenir les gens pourraient changer de destination ».

Jorge Marichal, président de l’association patronale hôtelière Cehat, ajoute : « En 70 ans, la température a augmenté de 1,4 degré dans la péninsule et aux Baléares, selon Aemet, et cela peut signifier que beaucoup de gens décident de ne pas venir sur nos côtes pendant les saisons très chaudes. Mais cela signifie aussi que nous pouvons prolonger la saison touristique et l’étendre. Si nous parvenons à une plus grande flexibilité en juillet et en août, en évitant d’avoir des chambres totalement pleines – ce qui peut être moins confortable -, en améliorant l’expérience du client et en prolongeant les séjours moyens à d’autres périodes et dans d’autres zones, cela peut être positif ».

L’Atlantique Nord déconcerte les scientifiques

Pendant ce temps, la situation dans l’Atlantique Nord laisse les scientifiques perplexes. « Il s’agit de la plus grande vague de chaleur jamais mesurée dans cette zone, des phénomènes de cette ampleur n’ont jamais été observés auparavant, c’est un symptôme clair des effets du changement climatique », explique Garrabou (ICM-CSIC). Outre le réchauffement climatique, il existe d’autres causes, comme le souligne Del Campo (Aemet) : « En juin, la circulation atmosphérique a été inhabituelle, car l’anticyclone des Açores était très faible et nous avons eu un anticyclone de blocage qui a affecté le nord de l’Europe et a contribué à réchauffer les eaux. Il y a également eu moins de flux de poussières en suspension du Sahara vers l’Atlantique ».

Martín León, qui a travaillé à l’Aemet pendant plus de trente ans et qui coordonne aujourd’hui le projet Revista del Aficionado a la Meteorología (Revue de l’amateur de météorologie) (RAM), ajoute deux autres causes : « L’éruption du volcan sous-marin Hunga Tonga en 2022, qui a expulsé des millions de tonnes de vapeur d’eau dans la stratosphère, et l’arrivée d’El Niño, un phénomène naturel qui vient de commencer et qui affecte surtout le Pacifique équatorial, mais dont on estime qu’il augmentera la température globale de 0,1° à 0,2° ». Avec ces ingrédients, l’Atlantique Nord vient de surmonter ces jours-ci son record de température de 25° Celsius.dépassant le record historique établi l’année précédente, selon les données recueillies par l’université du Maine. Par rapport à la moyenne 1982-2011, qui est d’environ 23,5° à ce stade de l’année, nous avons déjà gagné 1,4°.

S’il s’agit de la tendance générale, à certains endroits précis, l’Atlantique Nord se situe entre 5° et 7° au-dessus de la moyenne. « Il s’agit d’une anomalie persistante depuis le printemps, dont on pensait qu’elle allait s’atténuer avec la circulation atmosphérique, mais ce n’est pas le cas », explique Samuel Biener, climatologue à l’Institut d’océanographie et de météorologie de l’Union européenne (UICN). Météorologie. Le météorologue Roberto Granda, de eltiempo.es, ajoute : « L’Atlantique Nord est comme une soupe. Il présente une anomalie très marquée, qui dépasse par endroits 6° ».

À lire également  Certains d'entre nous sont plus égaux que d'autres, par John Carlin

Plus chaud et aussi plus tôt : dans l’Atlantique Nord, les maxima habituels de fin août ont été atteints en juillet. Le précédent maximum – 24,9° – a été atteint le 1er septembre 2022, de sorte qu’il y a encore de la place pour de nouvelles augmentations cette année. Il en va de même pour l’Espagne : en juin, il y a eu des milliers de poissons morts de type « longueirón » et « coquina » ont été trouvés en juin -(deux coquillages) au large des côtes galiciennes, et la Xunta a incriminé les températures élevées de l’eau. Celles-ci peuvent également faciliter l’arrivée d’espèces invasives, telles que les algues et les poissons, en provenance de mers plus chaudes.

Dans toutes les eaux de la planète les records sont battus. En mai, les températures de surface de la mer ont été plus élevées qu’au cours de tous les mois de mai précédents, et elles ont continué à l’être en juin, selon un rapport publié il y a quelques jours dans le Service européen pour le changement climatique Copernicus mentionne des vagues de chaleur marine dans des zones du Pacifique nord-ouest et de la mer du Japon, du Pacifique sud-ouest au sud-est de la Nouvelle-Zélande et de l’océan Indien occidental au sud-est de Madagascar. En Floride, la mer des Caraïbes a atteint 38°. Les températures moyennes des océans dépassent 21 degrés Celsius.près d’un degré au-dessus de sa moyenne pour la période 1981-2012.

Bien que la température mesurée soit la température de surface, l’intérieur des mers se réchauffe également. « Il peut y avoir des anomalies jusqu’à 300 ou 400 mètres de profondeur. Les mers sont un grand réservoir de chaleur, et cette chaleur profonde génère ensuite des ouragans et des typhons dans la zone équatoriale, qui sont des machines à transférer la chaleur de la mer vers l’air », résume Martín León. Et Granda de conclure : « Les températures élevées des océans entraînent une perte de glace aux pôles, ce qui signifie que l’eau ne se refroidit pas à la même vitesse. Il s’agit d’un scénario sans précédent qui pourrait avoir des conséquences très graves.

Vous pouvez suivre CLIMAT ET ENVIRONNEMENT sur Facebook y Twitterou inscrivez-vous ici pour recevoir notre lettre d’information hebdomadaire

Lisez sans limites

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *