Aller au contenu
Accueil » Actualité » La start-up a tout l’impact social et la croissance économique

La start-up a tout l’impact social et la croissance économique

L’appât de la croissance des start-up est connu, connu et reconnu pour leur impact écologique, et la gestion intermédiaire de salariés.

A lire aussi :
La French Tech a marqué les esprits dans une licence

L’impact est le nouveau cheval de bataille de nombreuses start-up : comment améliorer l’effet de leur activité sur l’environnement, mais également s’assurer du respect des principes d’égalité salariale, mixité, inclusion dans leur effectif. Un vrai défi pour les entreprises tech, afin de s’assurer que leur gouvernance et leur plan d’actions soient le plus vertueux possible, tant sur leurs effets externes (climat), que sur leur gestion interne.

« Dans l’écosystème, il est très difficile de poursuivre l’hypercroissance de l’activité attendue des start-up, et de s’assurer que du respect des problématiques d’impact quand l’activité d’une société n’est pas en rapport avec ces attentes (comme ça peut être le cas de Back Market, dont l’objectif est d’agir sur l’environnement)  » expose Kat Borlogan, ancienne directrice de la French Tech, qui vient d’intégrer la licorne Carré de contenu comme l’une des premières responsables françaises de l’impact dans le secteur de l’innovation.

« C’est d’autant plus difficile qu’il n’y a pas vraiment d’attente sur ces sujets, et qu’ils peuvent créer de vrais défis, ajoute-t-elle. La régulation, par exemple sur la mixité, est très différente selon les pays. Ce qui complique fortement la tâche de sociétés qui ont une activité internationale ».

Un programme de suivi en région

Ce souhait d’amélioration de son impact, en particulier sur le climat, ne s’applique pas seulement aux plus grosses start-up et aux licornes, valorisées plus d’un milliard d’euros. « Plus l’on se met à traiter ces sujets tôt, plus il est facile de l’intégrer à ses méthodes de production »rassure Mus Rezzoug, directeur général de la start-up montpelliéraine Sereema. Il pilote, avec Cécile Franc, PDG de la start-up nîmoise Sets Solution, le nouveau programme Impact You. Lancé par la French Tech Méditerranéeil a pour but d’initier les start-up de l’Hérault, du Gard, et du sud Aveyron aux problématiques écologiques, dans un premier temps.

À lire également  Pyrénées-Orientales : "Espérons que le projet d'aménagement de la RN116 ne finit pas au placard"

L’impact des start-up est, peu après leur création, une vraie motivation d’évolution pour celles-ci, quelle que soit leur taille. « Quand nous avons lancé ce programme, nous pensions avoir une dizaine de sociétés volontaires sur nos territoires, nous avons reçu au final 23 dossiers. »

Concrètement, la French Tech Méditerranée permet aux start-up d’agir sur leurs émissions de carbone, en leur finançant un an d’abonnement à la plateforme montpelliéraine Mobeetip, qui vient évaluer celle d’une activité. « Chaque entreprise se donne des objectifs chiffrés ou décide de changements dans son quotidien. Certaines quantifient les émissions de leur production, mais peuvent également intégrer celles de leurs sous-traitants, ou de leur propre gouvernance. »

L’association organise également une journée par mois, au cours de laquelle les start-up présentent la progression de leurs actions avec Mobeetipet assistant à des conférences d’autres sociétés ou grands groupes, qui viennent partager leur expérience dans ce domaine.

La Tech Tech Méditerranée ne compte pas arrêter sa formation des start-up à leur influence climatique : leur impact dans le secteur des ressources humaines et de leur gouvernance est prévu pour les prochaines éditions du programme.

Les start-up lauréates du programme Impact You.
RD – RD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.