Aller au contenu
Accueil » Actualité » La pêche est-elle prête pour le changement climatique ?

La pêche est-elle prête pour le changement climatique ?

Agir pour des pêches prêtes pour le climat

L’océan a protégé notre planète des impacts du changement climatique, absorbant une grande partie du dioxyde de carbone que nous avons émis et une quantité substantielle de la chaleur de notre atmosphère qui se réchauffe. Cela a un coût. L’océan devient plus haut et plus chaud; il contient moins d’oxygène; et ça devient plus acide. Bref, l’océan devient moins familier et ses motifs moins reconnaissables.

Les espèces marines nagent dans ces eaux changeantes depuis des années maintenant, et nous commençons à comprendre ce que cela signifie pour elles. Les populations de poissons modifient leurs aires de répartition en réponse à l’évolution des températures et de la disponibilité de la nourriture, et les scientifiques prédisent que les prises mondiales potentielles pourraient diminuer de 16 à 25 % d’ici la fin du siècle.[1] Les habitats, comme les forêts de varech et les récifs coralliens, diminuent. Les mammifères marins et les oiseaux de mer ont du mal à trouver suffisamment de proies lors d’événements extrêmes comme les canicules marines.[2]

Les effets du changement climatique sur les écosystèmes marins ont un coût pour les personnes, les entreprises et les cultures. Les communautés côtières qui pratiquent la pêche dépendent profondément d’un océan familier pour maintenir leur mode de vie. Nous pouvons déjà voir les impacts du changement, car de nombreuses populations de poissons qui ont été gérées de manière durable pendant des années ont connu des déclins effrayants. En Alaska, les tribus et les autochtones de l’Alaska qui ont pêché de manière durable pendant des millénaires ne peuvent plus pêcher leurs saumons traditionnels car trop peu de poissons retournent dans les ruisseaux et les rivières. Plusieurs espèces de crabes disparaissent dans le Pacifique Nord, fermant les principales pêcheries commerciales. En Nouvelle-Angleterre, on se demande si l’eau est maintenant trop chaude pour permettre aux populations de poissons de se remettre de la surpêche historique. Des « gouttes » d’eau chaude, qui sont des vagues de chaleur marines importantes et de longue durée, hantent la côte ouest des États-Unis et ont entraîné une diminution des possibilités de pêche et une prolifération d’algues nuisibles. Les ouragans alimentés par le changement climatique et les « super tempêtes » ont dévasté les communautés de pêcheurs partout, du nord-ouest de l’Alaska au golfe du Mexique.

À lire également  Solutions océaniques pour une énergie propre

Nous savons que ces changements se produisent et nous savons qu’ils vont s’aggraver. Les modèles climatiques à grande échelle qui prédisent comment notre planète réagira aux émissions montrent des augmentations constantes des températures et des impacts mondiaux jusqu’en 2050 au moins, ce qui est le plus tôt que les efforts de réduction des émissions que nous entreprenons en ce moment changeront le cours du réchauffement de notre planète.[3] C’est parce qu’il y a tellement « inertie thermique » dans le système climatique— la chaleur absorbée il y a longtemps continue de réchauffer notre planète aujourd’hui. Alors que les États-Unis ont récemment pris des mesures climatiques audacieuses avec l’adoption de la loi sur la réduction de l’inflation, notre avenir climatique est déjà fixé pour les 30 prochaines années. Le climat se réchauffera avant de se stabiliser.

C’est pourquoi les découvertes récentes d’un rapport sur la gestion de la pêche aux États-Unis par le Government Accountability Office sont tellement choquants. Le rapport a révélé que seulement un quart des 46 plans de gestion qui déterminent les niveaux durables de pêche pour plus de 450 stocks de poissons marins d’importance critique aux États-Unis tiennent compte du changement climatique. Il a conclu que la NOAA Fisheries, l’agence gouvernementale chargée de veiller à ce que nos pêcheries océaniques soient gérées pour le bien à long terme du public, devrait identifier et hiérarchiser les opportunités pour les gestionnaires d’améliorer la résilience climatique des pêcheries fédérales.

Fondamentalement, nous devons appliquer de nouvelles approches pour changer la façon dont nous gérons la pêche aux États-Unis. Nous avons construit une base solide, car des décennies d’approches de gestion fondées sur des preuves ont contribué à réduire la surpêche, à reconstituer les stocks et à restaurer les communautés côtières. Mais si nous ne trouvons pas les moyens de nous adapter, le changement climatique nous privera d’un avenir de pêche durable. NOAA Fisheries a travaillé pendant des années pour construire une compréhension scientifique de comment[AM1] le changement climatique modifie nos pêcheries, investissant dans des efforts pour comprendre les écosystèmes marins, surveiller les indicateurs de changement et construire des modèles prédictifs avancés pour se projeter dans l’avenir. Il faut faire plus dans ce domaine, mais le rapport du Government Accounting Office montre que la science et les informations déjà disponibles ne sont pas prises en compte dans les décisions de gestion. Cela ne nous sert à rien de comprendre ce qui se passera si nous ne prenons pas les mesures nécessaires pour y répondre.

À lire également  Élection fédérale de 2022 en direct : ABC manque le dernier débat des chefs ; indépendants clés soutiennent l'appel des travaillistes pour une commission royale robodebt | Élection australienne, 2022

Nous manquons de temps, mais la bonne nouvelle est que nous avons beaucoup d’éléments dont nous avons besoin pour faire une différence. Maintenant, nous avons besoin d’un leadership audacieux de la NOAA Fisheries pour réinventer nos approches de gestion de la pêche. Une gestion des pêches adaptée au climat accordera la priorité à la durabilité, à la résilience et à l’équité afin de préserver la capacité à long terme de l’océan à fournir de la nourriture et à soutenir les entreprises, les loisirs et la culture. Nous savons que l’océan continuera de changer. Si nous ne parvenons pas à nous adapter, la pêche durable et les avantages qu’elle apporte ne seront qu’une chose du passé.


[1] Cheung, WWL, Bruggeman, J. et Butenschön, M. (2018). « Changements projetés dans les prises potentielles mondiales et nationales des pêches marines selon les scénarios de changement climatique au XXIe siècle », dans Impacts du changement climatique sur la pêche et l’aquaculture : synthèse des connaissances actuelles, options d’adaptation et d’atténuation, eds M. Barange, T. Bahri, MCM Beveridge, K. Cochrane, S. Funge-Smith et F. Poulain, (Rome : Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture), 63-85.

[2] Cooley, S., D. Schoeman, L. Bopp, P. Boyd, S. Donner, DY Ghebrehiwet, S.-I. Ito, W. Kiessling, P. Martinetto, E. Ojea, M.-F. Racault, B. Rost et M. Skern-Mauritzen, 2022 : Océans et écosystèmes côtiers et leurs services. Dans : Changement climatique 2022 : impacts, adaptation et vulnérabilité. Contribution du Groupe de travail II au sixième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat [H.-O. Pörtner, D.C. Roberts, M. Tignor, E.S. Poloczanska, K. Mintenbeck, A. Alegría, M. Craig, S. Langsdorf, S. Löschke, V. Möller, A. Okem, B. Rama (eds.)]. Cambridge University Press, Cambridge, Royaume-Uni et New York, NY, États-Unis, pp. 379–550, doi : 10.1017/9781009325844.005.

À lire également  Nasca, Moche, Wari : l'exposition du British Museum célèbre les anciennes communautés du Pérou Musée anglais

[3] GIEC, 2021 : Résumé à l’intention des décideurs. Dans : Changement climatique 2021 : La base des sciences physiques. Contribution du Groupe de travail I au sixième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat [Masson-Delmotte, V., P. Zhai, A. Pirani, S.L. Connors, C. Péan, S. Berger, N. Caud, Y. Chen, L. Goldfarb, M.I. Gomis, M. Huang, K. Leitzell, E. Lonnoy, J.B.R. Matthews, T.K. Maycock, T. Waterfield, O. Yelekçi, R. Yu, and B. Zhou (eds.)]. Cambridge University Press, Cambridge, Royaume-Uni et New York, NY, États-Unis, p. 3−32, doi : 10.1017/9781009157896.001.

Le poste Les pêcheries sont-elles prêtes pour le changement climatique ? est apparu en premier sur Littoral Info.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *