Aller au contenu
Accueil » Actualité » La méduse donne au crabe une progéniture : ‘foresia’ au cœur de la mer Tyrrhénienne

La méduse donne au crabe une progéniture : ‘foresia’ au cœur de la mer Tyrrhénienne

La méduse donne une « passe » au crabe. Qui l’utilise pour coloniser de nouveaux espaces. Et au cœur de la mer Tyrrhénienne, au large de Caserte, est créé le cas du badge « foresia », un terme qui désigne zoologiquement une sorte d’interaction qui voit un organisme en exploiter un autre dans le but exclusif de voyager. L’interaction entre le Liocarcinus vernalis, communément appelé crabe des sables, et le Rhizostoma pulmo, une espèce pélagique très répandue en Méditerranée, racontée dans une vidéo unique du photographe sous-marin Pasquale Vassallo, dont le travail a déjà été consacré à la documentation de la biodiversité marine italienne (en 2020 il a été reconnu Photographe sous-marin de l’année enfiler conservation marine). « J’ai souvent vu des scènes similaires, en particulier dans la mer des Champs Plégréens – dit Vassallo – lorsque je nageais immergé dans une étendue de méduses et réalisais que de nombreux crabes leur sautaient dessus, les utilisant comme s’ils étaient des taxis « . Par rapport aux types de symbiose, très répandus dans la vie animale, la forésie (du grec phèrein, carry) – introduit en 1896 par Lesne, qui étudia le scarabée, Céroptères Rufitarsis, qui porte des coléoptères coprophages – l’espèce transportée a clairement un avantage distinct (techniquement défini comme « foronte »). « Cependant, il n’est pas toujours possible de localiser avec certitude que le déménagement est recherché et non par accident », explique Vassallo, qui poursuit depuis des années un chemin de récupération de méduses dans l’imaginaire collectif : « Parfois – a-t-il dit – la soudaine leçons de biologie marine des plages, à partir de deux hypothèses : peu d’espèces sont très rustiques et c’est surtout nous qui envahissons leur habitat ».

À lire également  Peste noire : le mystère de son origine résolu six siècles après avoir décimé l'Europe, grâce à l'ADN

par Pasquale Raicaldo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.