Aller au contenu
Accueil » Actualité » La France veut le statut «très rapidement» sur le sort des 230 migrants de l’Océan Viking

La France veut le statut «très rapidement» sur le sort des 230 migrants de l’Océan Viking

Après trois semaines d’errance à la recherche, vaine, d’un port sûr en Italie, le navire humanitaire Ocean Viking a accosté ce vendredi matin au port militaire de Toulon, dans le sud de la France. 230 migrants qu’il a secourus en Méditerranée au large de la Libye doivent ainsi débarquer, at-on appris aupres de la préfecture maritime. Il s’agit du premier débarquement en France d’un navire ambulance portant secours aux migrants en Méditerranée.

Une procédure « très » rapide

« Notre objectif est d’engager très rapidement l’ensemble des procédures qui préparent le statut sur la situation de ces personnes », a déclaré vendredi matin le directeur général des étrangers (DGEF) au ministère de l’Intérieur, Eric Jalon, lors d’ un point presse. « Un entretien sera organisé dans un délai de 4 heures ouvrées » avec l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra) pour déterminer la pertinence de la demande d’asile de ces personnes, suite à un centre de vacances sur la presqu’île de Giens à Hyères, une commune à l’est de Toulon (sud de la France), at-il ajouté.

Cet entretien « n’a pas pour objet de statueur sur la demande d’asile mais de déterminant si celle-ci doit être considérée ou non comme manifestement infondée », a insisté la DGEF. Pour accélérer la procédure, « Ofpra a prévu de mobiliser dès ce week-end des agents de saisie pouvant réaliser jusqu’à 90 entretiens par jour », a-t-il déclaré. « Pour les personnes dont la demande d’asile se manifesterait infondée, qui présenteraient un risque sécurité, nous mettrons en œuvre (…) les procédures d’éloignement pour qu’elles reregagnent leur pays d’origine », un prévenu Eric Jalon .

À lire également  Pyrénées-Orientales : après une longue attente, le contournement d'Estagel entre en service ce vendredi

Bisbilles entre Paris et Rome

Critiquant le refus des autorités italiennes de lui accorder un port sûr, la France a accepté de recevoir un navire affréé par l’ONG SOS Méditerranée et a opéré en partenariat avec la Fédération internationale de la Croix-Rouge en vertu « d’un devoir d’humanité ». ‘, a annoncé jeudi le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin. Un médecin français a embarqué à bord, avant que le navire n’arrive à quai, a précisé Méryl Sotty, porte-parole de SOS Méditerranée.

Le chef du gouvernement italien, Giorgia Meloni, a dénoncé une réaction française « agressive, incompréhensible et injustifiée », Paris ayant annoncé des mesures de rétorsion envers Rome qui a refusé de faire accoster un navire transportant des migrants, obligeant la France à l’accueillir . Elle a cependant assuré vouloir trouver « une solution européenne » à la question migratoire. « Ce n’est pas intelligent de se disputer avec la France, l’Espagne, la Grèce, Malte ou avec d’autres pays. Je veux chercher une solution commune », a-t-elle souligné.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *