Aller au contenu
Accueil » Actualité » La coloration très verte de la 4e édition du « Smart Port Challenge »

La coloration très verte de la 4e édition du « Smart Port Challenge »

« Les enjeux de la transition sont de formidables opportunités d’innovation », introduit Marie-Laure Guidi, éléue à la chambre de commerce et d’industries Aix-Marseille Provence. La CCI AMP, le port de Marseille-Fos et Aix-Marseille Université, reconduisent le « Smart Port Challenge » pour la 4e année lors d’une matinée de lancement le 17 novembre. Ce programme vise à réunir, autour d’un challenge, une grande entreprise et une entreprise innovante pour améliorer les performances du port de Marseille-Fos et réduire son empreinte carbone. Huit défis ont été lancés par huit entreprises partenaires qui attendent maintenant, jusqu’à la date limite du 31 décembre, les candidatures des start-up bénéficiant. A la clef, une dotation financière de 15 000 euros sera versée aux start-up pour la réalisation de projets.

Pour la 4e édition, cinq nouvelles entreprises partenaires ont intégré le challenge :Air Liquide, l’industriel ArcelorMittal Méditerranée, le constructeur d’éoliennes offshore RWE Renouvelables France, la société nautique marseillaise Servaux, Bouygues Elab et Bouygues Energie et Services. Les nouveaux entrants rejoignent le groupe CMA CGM, le port de Marseille-Fos et le groupe Hammerson-Les terrasses du port et Veolia.

Hervé Martel, président de la direction générale du Grand Port de Marseille-Fos s’exprime aux côtés de Charlie Barla (AMU),Marie-Laure Guidi (CCI AMP) et Laurent Lhardit, adjoint à l’économie de Marseille (Crédit : GPMM)

Air Liquide veut optimiser l’expérience de ses stations hydrogène

Pionnier dans la mise en service de station de recharge hydrogène, Air Liquide vient de finaliser une station à Fos-sur-Mer. Le site sera pleinement opérationnel en janvier 2023 à la livraison des camions à hydrogène. Air Liquide lance le défi de « développer une application pour simplifier la vie des chauffeurs », explique Patrick Dilly, le directeur développement des mobilités H2. La demande doit indiquer « le bon moment et la bonne gare » aux chauffeurs pour faire le plein dans l’une des quatre futures stations hydrogène Air Liquide (deux à Fos-sur-Mer, une à Salon-de-Provence et l’autre à Vitrolles). Lors de son arrivée à la gare, grâce à l’outil, le chauffeur doit être guidé et informé de l’état de sa recharge.

À lire également  5e édition du Festival du cinéma documentaire méditerranéen en Tunisie - DocuMed : Chroniques méditerranéennes

Ceva Logistics veut co-créer un outil d’aide à la décision pour les gestionnaires de flottes de poids lourds électriques et hydrogène

Dans le même ordre d’idées, le défi lancé par CMA CGM, via la filiale Ceva Logistics, est de réaliser un outil d’aide à la décision pour les gestionnaires de flottes de poids lourds électriques et hydrogène. Le but est de faire correspond à deux cartographies : l’une avec les flux entrants et sortants de véhicules sur les grands axes logistiques de la région (ports, aéroports, zones logistiques…), et l’autre avec les stations de recharge électrique et hydrogène, actuelles et contrats à terme pour les transports de marchandises. Le but du projet étant d’identifier les flux à électrifier ou à passer en priorité à l’hydrogène.

Une meilleure gestion des déchets voulue par le port de Marseille-Fos

Sur les 400 hectares des bassins Est en centre-ville, le port de Marseille-Fos souhaite passer d’une gestion « linéaire et individuel des déchets » à une gestion « circulaire et systémique » pour, in fine, réduire au maximum les déchets et transportés sur site ou les transformateurs en ressources. Selon l’institution, la start-up recherchée devrait imaginer une feuille de route permettant d’identifier les facteurs clés de succès, les points de vigilance, les échelles temporelles pour chaque tâche et les priorités liées à cette transformation.

Des jardins-potagers sur les Terrasses du Port et Veolia

Optimiser les toits des Terrasses du port. Telle est l’ambition de Marie Canton, la directrice de l’établissement pour compléter une démarche holistique de développement durable du bâtiment. « Nous avons déjà 5 000m2 de panneaux solaires, nous sommes raccordés à la boucle de géothermie marine Thassalia, nous valorisons nos déchets à 80% avec Veolia… il reste les toits », explique le réalisateur. Son challenge consiste à aménager des jardins et potagers sur le toit du centre commercial, très ensoleillé, pour permettre d’alimenter les restaurateurs sur place, de réutiliser les eaux de pluie et de faire de la pédagogie aux clients.

À lire également  Perpignan : les véhicules les plus polluants interdits de séjour dès 2025 ?

Quatre autres défis du Smart Port Challenge :

ArcelorMittal Méditerranée veut améliorer la sécurité, notamment la prévention des accidents graves. Le défi lânz est le développement d’un outil, HF-Alert sécurité,qui analyse des images des caméras des planchers de coulées des hauts-furneaux, les modélise avec l’intelligence artificielle (IA) pour alerter en temps réel l’opérateur des situations de danger.

Bouygues Elab – Bouygues Energies et Services proposer de créer un jumeau numérique pour comprendre comment atteindre la sobriété énergétique de certaines activités trop énergivores.

RWE Renouvelables France veut que son binôme mette au point une application pour comprendre les métiers des ingénieurs et des constructeurs des fermes d’éoliennes en mer, que l’utilisateur se mette à sa place. L’entreprise recherche notamment une équipe qui connaît les leviers touristiques pour faire se déplacer les touristes jusqu’à Fos-sur-Mer.

Servaux souhaite créer une plateforme numérique des documents règlementaires du navire pour conserver et sécuriser les données en cas d’incendie ou de dommages.

Un expert de la coopération, le Lica, va être facilitateur

Le Laboratoire d’intelligence collective et artificielle (Lica), structure innovante de 20 personnes créée en 2017, sera le médiateur de huit duos pendant la période de co-construction d’une solution innovante. « Nous sommes là pour sécuriser le duo, la raison d’être et questionner le modèle économique, le réorienter sur l’expérience utilisateur si besoin et considérant leur pitch », explique Jérôme Gonzalez, co-fondateur de Lica. Marie-Laure Guidi justifie également l’intervention de la Lica pour faciliter les échanges « entre les start-up et les grands groupes qui ne parlent parfois pas le même langage. »

Les huit porteurs de projets sélectionnés seront annoncés lors d’une cérémonie fin janvier 2023. Après cinq mois de challenge, chaque solution innovante sera présentée en juillet 2023 dans le cadre d’un événement dédié, avec le « Smart Port Day #4 » .

À lire également  Quel est ce projet d'épicerie itinérante qui ira, en voile, de port en port, de la Camargue à la Catalogne ?

Liens utiles:

> [Innovation] Le challenge Smartport dévoile les start-up lauréates de l’édition 2021
> Le « smart port » de Marseille voit lui aussi son avenir « en grand »
> Avec placer du Smart Port Challenge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *