Aller au contenu
Accueil » Actualité » « La Catalogne pourrait avoir assez d’énergie avec l’éolien offshore » Catalogne

« La Catalogne pourrait avoir assez d’énergie avec l’éolien offshore » Catalogne

Le gouvernement estime que le moment est venu pour l’éolien offshore. D’ici 2030, selon l’objectif approuvé par le Conseil des ministres en décembre dernier, l’Espagne doit atteindre une capacité installée avec des moulins en mer entre 1 et 3 gigawatts (GW) – équivalent à 1 000 et 3 000 mégawatts (MW). Actuellement, le pays ne compte qu’une seule éolienne, à Gran Canaria, d’une puissance de 5 MW. « Cela nous est simplement venu à l’esprit à ce moment-là. Je ne sais pas si c’est réaliste. Pour y parvenir, nous devons commencer maintenant », déclare Climent Molins (Barcelone, 1965), vice-recteur de l’Université polytechnique catalane (UPC) et l’un des principaux universitaires espagnols dans cette technologie. La Catalogne a la clé, car c’est sur sa côte que se trouve la meilleure ressource éolienne de la péninsule ibérique.

Avec 28 GW, l’Espagne est le cinquième pays au monde avec le plus d’énergie éolienne installée, et uniquement sur terre. La Catalogne est cependant à l’arrière-plan, avec seulement 1,2 GW installés. L’impact des moulins sur le territoire est la principale raison pour laquelle de nombreux projets sont rejetés par la Generalitat et les communes. Cependant, la mer a de meilleurs vents, plus d’espace libre et moins d’obstacles. Mais la technologie pour installer des moulins marins est deux fois plus chère, calcule Molins. Lors d’un panel d’experts organisé en février dernier par une association de communes de Catalogne, Joaquim Coello, ancien doyen du Collège officiel des ingénieurs navals et océaniques, a estimé que le coût d’entretien d’une éolienne marine était cinq fois plus élevé.

Depuis le boom de l’éolien offshore en Europe du Nord il y a deux décennies, la technologie a favorisé et réduit les coûts d’installation. Feuille de route gouvernementale, rapport d’objectifs approuvé en décembre, estime que les coûts d’installation pourraient être divisés par deux en 2030. Il existe deux zones au large des côtes espagnoles qui permettent un amortissement plus rapide des investissements : la Costa Brava entre le Cap de Creus et le golfe de Roses, et la ligne maritime proche du delta de l’Èbre. « Ces zones ont un facteur de capacité proche de 50 %, soit environ 4 300 heures capables de fonctionner à leur puissance nominale par an. Dans une zone ventée de Catalogne, cette capacité est d’un peu plus de 30% », explique Molins.

À lire également  Top 14 - USAP : Piula Fa'asalele un Samoan -Catalan

80% de l’énergie éolienne offshore installée en Europe a une base fixe. En effet, les profondeurs sont plus importantes en Europe du Nord que sur les côtes espagnoles et méditerranéennes en particulier. Les moulins ne vont pas avec des structures qui atteignent le fond à plus de 40 mètres. Plus profondément, les moulins doivent être élevés sur des plates-formes flottantes qui, à leur tour, sont attachées au fond par des chaînes.

Plus la profondeur est profonde et plus la distance par rapport à la côte est petite, plus le projet est économique, souligne le gouvernement. En Angleterre, il y a plus d’usines en mer que sur terre, souligne le vice-ministre de l’UPC en charge des transferts, de l’innovation et de l’entrepreneuriat. « Ils les ont même mis sur la plage, mais je comprends que nous ne le faisons pas ici parce que nos plages sont plus encombrées. » Pour les parcs éoliens flottants, la profondeur moyenne actuelle est de 200 mètres, mais cet expert rappelle qu’il s’agit encore d’une zone inactive et estime que les éoliennes pourraient être installées dans des zones jusqu’à 1 500 mètres de profondeur dans 10 ans.

Molins a voulu que la Catalogne soit pionnière dans ce domaine comme elle l’était il y a plus d’un siècle dans l’énergie hydroélectrique. Pour le moment, la situation n’est pas très prometteuse. Il y a dix ans le projet Zèfir était enterré. Piloté par l’Institut de recherche énergétique de Catalogne (IREC), ce serait un parc marin pionnier en Europe du Sud. « C’était une perte énorme, une perte d’une occasion en or », regrette Molins. Les Zèfir ont dû monter par marches devant L’Ametlla de Mar (Tarragone). Il a été acquis par opposition des citoyens, des partis politiques locaux et des professeurs de pêcheurs. Lorsque l’opposition locale a commencé à l’accabler, la Generalitat, due à la crise économique, a oublié le projet.

À lire également  La musique de los Premios Goya: de un Sabina redivivo a ese Tangana al que casi no se le vio el pelo | Culture

C’est ce qui compte le plus. Pour ne rien manquer, abonnez-vous.

S’abonner

Molins pense qu’il y a aujourd’hui plus de sensibilisation à l’urgence climatique, il est donc convaincu qu’une opportunité comme Zèfir ne sera plus manquée. Pour la Catalogne et l’Espagne, il estime essentiel de développer l’éolien flottant dans le golfe de Roses. En 2021, une alliance formée par l’entreprise basque Sener et l’américain BlueFloat Energy, l’un des leaders du secteur, a dévoilé les détails du parc éolien du golfe de Roses, Tramuntana Park. Le projet, dont Molins rappelle qu’il nécessiterait un investissement minimum de 3 000 millions d’euros, envisageait initialement deux phases d’extension jusqu’à atteindre 1 GW de puissance installée avec 80 éoliennes. Le projet a été rejeté à l’unanimité dans la province de Gérone et ses promoteurs ont limité leurs perspectives de proposer une phase de test avec trois moulins.

Le vice-président de l’UPC considère que les promoteurs du Parc Tramuntana auraient dû commencer à lever la phase de test, afin de convaincre l’opinion publique. L’une des critiques les plus importantes du parc était qu’il déformerait le paysage de la Costa Brava. Molins souligne que l’impact visuel serait faible : les éoliennes sont situées à environ 20 kilomètres au large. La zone de parc proposée éviterait les sentiers de fruits de mer, les zones de pêche et la protection spéciale des oiseaux. Néanmoins, les entités environnementales avaient besoin de plus d’études pour garantir qu’il n’y aurait pas d’effets négatifs sur l’écosystème. « Cela a été analysé de haut en bas au Danemark, en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Angleterre, en Suède », dit Molins, « ne nous inquiétons pas de quelque chose qui ne pose pas de problème. »

Les Canaries, en avance

Molins dirige l’équipe UPC qui a conçu Windcrete, un prototype d’éolienne flottante équilibrée par une poignée alimentaire en béton et fixée sur le fond marin avec trois chaînes. Windcrete est en attente d’un financement européen. Lorsqu’il peut être testé en mer, son CTO sait où aller : à Gran Canaria. Il y a le Plocan, une zone d’expérimentation marine gérée par un consortium public. Plocan s’est imposé comme une référence dans le secteur : « Vous avez les autorisations sans problème, ils vous envoient le câble de masse, ils stockent toutes les données. Cela ne peut pas se faire en Catalogne ».

À lire également  Sedigas : Le gasista calcula que el biometano podría cubrir la tercera parte de la demanda en España | Économie

La Catalogne a une sensibilité environnementale élevée, reconnaît-elle Molins, mais les gens semblent oublier que la plupart de l’électricité consommée en Catalogne est d’origine nucléaire, provenant de Vandellós, d’Ascó et aussi de l’électricité obtenue de France. « Il y a des jours au Danemark où ils couvrent la demande intérieure d’énergie éolienne et les obligent même à exporter de l’électricité. Nous disons que nous voulons être comme le Danemark, parce que nous devrions aussi être de l’énergie ».

Molins estime que la Catalogne ne peut pas manquer cette opportunité si elle veut respecter les engagements de l’Union européenne en matière de réduction des émissions polluantes. « Et si on voulait se passer de l’éolien offshore, il faudrait commencer par remplir le pays de panneaux photovoltaïques. » Interrogé sur le potentiel des énergies renouvelables offshore, le vice-président de l’UPC est clair : « La Catalogne pourrait-elle avoir assez d’énergie avec l’éolien offshore ? Ressources potentielles de la frontière sud du golfe du Lion [Costa Brava] ils sont de 10 GW, c’est sûr ». La puissance totale de production d’électricité installée en Catalogne en 2020 était de 11,8 GW, selon Red Eléctrica de España.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *