Aller au contenu
Accueil » Actualité » Joan Garí : « Si vous ne savez pas comment vous voir autour de vous, ce n’est pas la peine d’aller en Antarctique » | communauté valencienne

Joan Garí : « Si vous ne savez pas comment vous voir autour de vous, ce n’est pas la peine d’aller en Antarctique » | communauté valencienne

Le photographe Ramón Usó et le journaliste et écrivain Joan Garí, dans l’un de leurs voyages dans une image fournie par l’auteur.

« Vous pouvez et devez être cosmopolite sans oublier vos racines. On ne peut pas être citoyen du monde sans, en même temps, être hors d’un lieu tangible ». Sur cette conviction pivote Des cosmopolites avec des racines (Éditorial de l’Onada), le dernier livre de l’écrivain et voyageur Joan Garí (Burriana, 1965) qui rassemble des récits de voyage publiés dans EL PAÍS et d’autres médias écrits. Un titre qui montre, loin de sa contradiction, un couple indissociable. Un tandem similaire à celui que Garí a créé au fil des ans avec le photographe Ramon Usó, décédé en juin dernier. Avec lui, il parcourt quatre continents à la recherche des racines locales du cosmopolitisme. Des endroits comme Moscou, Tchernobyl, Jérusalem ou La Havane, où il a envisagé ce point de vue d’un point de vue valencien qu’il considère « le plus honnête » et le « seul possible ». Des destinations reliées par ces deux extrêmes : la proximité et la distance. « Le monde entier est inclus dans une rue de ma maison, qui pourrait être la Carrer la Sang », prévient-il. De Burriana, le monde attend ce voyageur et journaliste né. Il insiste sur le fait qu’il doit quitter la « cale sèche » après la mort d’Uso, mais dès qu’il le fera, il continuera à exporter des lunettes sur les cinq piliers (être, voir, entendre, partager et penser) que partagent ses deux egos : le part de l’écrivain et du journaliste.

Interroger. Vous avez été, comme vous le suggérez vous-même, 13 ans à contredire le monde « pour raconter ce que je vois dans les journaux ». En quoi la réalité qu’il touche et respire une fois arrivé à destination diffère-t-elle de la réalité dépeinte par les médias ?

Réponse. Avant d’aller dans un pays ou une ville, bien sûr, je me documente, mais j’aime aussi que la destination me surprenne. Autant cette destination est façonnée – voire revitalisée par le tourisme, autant il y a toujours un élément authentique qui vaut le détour. Ce composant est généralement dans l’élément humain. Au final, le voyage rencontre les gens dans leurs lieux d’origine, avec leurs mille histoires et anecdotes. Et ça vaut toujours le coup.

À lire également  COP26 : Investir judicieusement pour éviter le suicide collectif Réseau d'experts Planète du futur

P. Un voyageur est un point de repère de stumpa Disons que vous devez quitter la maison sous prétexte qu’il n’y a plus de fins à découvrir… N’avez-vous pas vu que vous vous êtes trompé sur l’un de vos trajets ?

R. Le monde globalisé d’aujourd’hui, que l’on peut parcourir de bout en bout en une journée en avion, semble n’inciter à aucune découverte. Mais cette « découverte » arrive tous les jours, c’est dans les yeux des voyageurs. Il faut savoir regarder sous différentes perspectives, du plus proche au plus éloigné. Maintenant, si vous ne savez pas regarder autour de vous, il vous est inutile d’aller en Antarctique. Vous ne trouverez rien que vous n’ayez pas chez vous.

P. « Seule l’apparence du lieu que vous visitez peut ajouter de l’originalité » quand il n’y a rien de nouveau à découvrir. Quel prisme recommanderiez-vous d’utiliser en voyage ?

C’est ce qui compte le plus. Pour ne rien manquer, abonnez-vous.

S’abonner

R. Aucune prothèse spéciale n’est requise. Il faut partir du concept du monde, d’un sac à dos bien fourni, avec plusieurs couches. Une fois que vous avez appris à regarder, vous pouvez aller n’importe où. Il suffit d’appliquer ce que Ryszard Kapuscinski appelait « les cinq sens du journaliste », qui sont les mêmes que les sentiments de l’écrivain : être, voir, entendre, partager et penser.

P. Pariez sur « considérer le monde avec une perspective valencienne » comme la seule option « honnête radicale et aussi la seule possible ». Que veux-tu dire?

R. Mec, je suis valencien. Le seul point de vue honnête est donc, dans mon cas, un point de vue valencien. Notre hédonisme, notre sociabilité, notre bagage culturel séculaire s’activent lorsque vous voyagez, notamment à travers la Méditerranée : il ne faut pas oublier que la Couronne d’Aragon, et au sein du Royaume de Valence, voire en Grèce, disposaient de possessions et de consulats. Dans ce domaine, nous jouons toujours à la maison.

P. Comment voyez-vous le valencien de l’extérieur ?

R. Il y a beaucoup de gens qui connaissent Valence. Nos peuples les plus cultivés appartiennent à la Catalogne par la langue. De plus, il ne faut pas oublier que le Pays de Valence reçoit des millions de touristes chaque année. Ils sont nos meilleurs ambassadeurs à l’étranger.

À lire également  Soixante ans après, la France commémore les Accords d'Evian

P. Alors, peut-on être cosmopolite sans renoncer à ses racines ?

R. Eh bien, c’est l’idée. Vous constaterez peut-être qu’il s’agit d’un oxymore (par opposition à « pluie sèche »). Je pense que c’est un faux oxymore, car on peut et on doit être cosmopolite sans oublier ses racines. On ne peut pas être citoyen du monde sans être en même temps d’un endroit tangible. L’autre, les « cosmopolites déracinés », est la formule que Staline appelait les Juifs. Et c’était très cruel, car les Juifs, avant la création d’Israël, cherchaient constamment la terre promise…

Couverture de livre.
Couverture de livre.

P. Cela garantit qu’il y a des milliers ou des milliers d’histoires dans tous les endroits possibles. Pourriez-vous en choisir trois et les liens émotionnels qu’ils entretiennent ?

R. Il me reste trois minutes : l’héroïsme d’Ivan et Maria, « les derniers de Tchernobyl », qui ont passé toute leur vie autour de la centrale nucléaire, avant et après l’accident. Vue sur la mer Morte depuis les rives d’Israël, au point le plus bas de la surface de la planète. Et le témoignage de Solomon Gonte Leiderman, le plus vieux juif de Cuba. Peut-être que le lien émotionnel est la composante hébraïque, avec laquelle je m’identifie. Je ne fais pas référence aux questions géopolitiques liées à la politique de l’État d’Israël, mais à la composante culturelle européenne et universelle que les Juifs ont eue pendant des siècles.

P. En pleine production de Cosmopolite avec des racines le photographe Ramon Usó, qui a formé un tandem professionnel et amical pendant des années, est décédé. Comment gérez-vous votre feuille de route sans elle ?

R. La mort de Ramon a été un coup dur. Ils sont ensemble depuis de nombreuses années, menaçants. Ce sera un vide difficile à combler. Plus que son partenaire, il était complice et nous avons passé un bon moment à voyager ensemble. A l’inverse, quiconque ouvre le livre (brillant édité par Onada, soit dit en passant) se rendra compte que c’était un grand photographe. En tous cas …

À lire également  Port-La Nouvelle : Un sans-abri allemand retrouvé mort mardi matin

P. Moscou, Tchernobyl, Jérusalem, Normandie, La Havane… Gardez-vous une trace des destinations visitées ?

R. Tout ce que vous dites, et un peu plus. Et ceux qui ont été laissés pour compte lorsque la pandémie a frappé : le Vietnam, l’Australie…

P. Parmi tout cela, quelqu’un vous a-t-il surpris par sa ressemblance avec votre ville natale, Borriana, et son extension à la Communauté valencienne ?

R. Je n’étais pas tellement intéressé par la ressemblance et la complémentarité, et bien sûr le contraste. Le monde entier est composé d’une seule rue dans ma maison, qui peut être la Carrer la Sang. Chaque fois que vous creusez dans n’importe quel coin de la rue, il y a des vestiges archéologiques d’intérêt (chrétiens, juifs ou musulmans). Comme je le disais à un ami américain, cette fiole a plus d’histoire que tout New York.

P. Dans le livre, il établit un parallèle entre la capitale cubaine et le quartier valencien d’El Cabanyal. Les ruines qui les unissent, l’incompétence politique, la bohème, révolutionnaire ou pas…

R. Le lien provient d’une histoire que j’ai lue sur l’acteur Andy Garcia. Lors d’une visite à Valence, ils l’ont emmené à Cabanyal. Et puis il s’est exclamé : « C’est comme La Havane ! Et à partir de là, j’ai créé un récit des multiples relations entre ces deux enceintes marines séparées par tout un bassin.

P. La déclaration en tant que BIC de la paella est inspirée d’un de ses articles pour EL PAÍS. Les paellas plates sont-elles en dehors du territoire valencien ?

R. J’en ai essayé une de qualité réglementaire à la Casa Valencia à La Havane, comme je l’ai dit dans mon livre La mémoire du goût. Et j’ai l’intention de visiter le restaurant Riz avec Quique Dacosta à Londres. Mais nous avons encore un long chemin à parcourir pour atteindre le niveau des Italiens à pizza dans le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *