Aller au contenu
Accueil » Actualité » « Je ne comprends pas pourquoi ils nous traitent de la sorte.

« Je ne comprends pas pourquoi ils nous traitent de la sorte.

« La police nous a arrêtés à Nice. Ma femme est enceinte. Elle a été emmenée à l’hôpital parce qu’elle s’est évanouie alors qu’elle était menottée. Mon fils de deux ans et moi-même avons été emmenés au poste de la police des frontières de Menton (France). Nous avons passé la nuit dans le froid et ce matin, ils nous ont fait faire demi-tour et nous ont emmenés en Italie, mais nous n’avons aucune nouvelle de ma femme ». C’est l’histoire d’un migrant de Côte d’Ivoire à Médecins Sans Frontières.


Qu’est-ce qui se cache derrière l’état d’urgence décrété par Meloni en Italie en raison de l’immigration ?

Plus d’informations

Quelque 94 000 migrants sont arrivés en Italie depuis le début de l’année 2023, la grande majorité par la Méditerranée, mais tous ne souhaitent pas ou ne finissent pas par rester en Italie. En fait, beaucoup essaient de poursuivre leur voyage vers d’autres destinations, bien qu’il ne soit pas toujours facile de franchir la frontière italienne.

Dans la ville frontalière de Vintimille, des dizaines de personnes tentent chaque jour d’entrer en France et font l’objet d’un refoulement « systématique et aveugle », comme le dénonce Médecins Sans Frontières (MSF), qui fournit des soins de santé du côté italien, avec d’autres ONG telles que Caritas, en l’absence de ressources de la part des autorités locales.

« Les refoulements se produisent systématiquement, sans tenir compte des conditions individuelles de chacune de ces personnes, comme le prévoit la protection internationale des migrants, des réfugiés et des demandeurs d’asile, a déclaré Silvia Mancini, responsable des affaires humanitaires de MSF en Italie, à elDiario.es. « Des personnes vulnérables sont également renvoyées : des femmes enceintes, des personnes âgées, des mineurs, même des mineurs non accompagnés qui devraient être accueillis par la France.

À lire également  Covid-19: El rey Felipe VI da positivo in the prueba de coronavirus and isará a a semana aislado | Espagne


Irrégularités et manque d’assistance

En outre, Mancini raconte une série d’irrégularités qui se produisent du côté français, comme l’absence de traducteurs et de médiateurs, de sorte que « les gens ne comprennent pas pourquoi ils sont renvoyés » ; ils ne sont pas non plus « écoutés » lorsqu’ils expriment leur droit de demander l’asile. Il est fréquent que dans la notification de refus d’entrée (refus d’entrée) que les autorités gauloises délivrent aux migrants, leurs données personnelles ne sont pas correctes et, par exemple, certains mineurs sont enregistrés comme des adultes, de sorte qu’ils ne bénéficient pas des garanties de protection auxquelles ils ont droit, explique l’employée de MSF.

Ils savent que ces personnes sont nombreuses et qu’elles ne vont pas s’arrêter, alors ils ne les incluent pas dans le système d’accueil ou ne leur offrent pas de services.

« Les autorités italiennes ne s’y opposent pas, elles les laissent faire (les Français). Elles savent que ces personnes sont nombreuses et qu’elles ne vont pas s’arrêter, alors elles ne les incluent pas dans le système d’accueil et ne leur offrent pas de services : elles les laissent dormir dans la rue, abandonnés à leur sort » à Vintimille, dénonce Mancini.

Selon les données du parquet de Nice (France), recueillies en. un rapport détaillé de MSFentre janvier et mi-juin 2023, plus de 13 300 personnes ont été refoulées ou retenues à la frontière franco-italienne : soit environ 80 personnes par jour et 30 % de plus qu’au cours de la même période de l’année précédente.

Souvent, les personnes renvoyées en Italie restent à Vintimille, où elles sont contraintes de dormir dans la rue, dans des bâtiments abandonnés ou dans tout autre endroit inadapté, ce qui les expose à d’éventuels abus, aux intempéries, ainsi qu’à des risques sanitaires car elles n’ont pas accès à des installations sanitaires de base, indique l’ONG.

Selon MSF, un seul des quatre est opérationnel. points d’assistance mis en place par les autorités dans cette zone pour faire face à l’afflux de migrants, d’une capacité d’environ 15 à 20 personnes chacun, alors qu’en ce moment il y a peut-être environ 200 personnes à Vintimille, puisque les arrivées en Italie ont augmenté au cours des derniers mois.

« Ventimiglia est une zone congestionnée parce que les gens s’y entassent pour traverser, font demi-tour et restent là, ce qui crée un goulot d’étranglement. C’est un goulot d’étranglement », déplore Mancini.


La période d’attente à Vintimille affecte davantage les migrants, qui ne reçoivent des soins que dans les cliniques de MSF et d’autres organisations au point de passage de la frontière. La clinique mobile de MSF à Vintimille a traité 320 patients entre février et juin 2023 : 215 d’entre eux souffraient de pathologies aiguës, notamment d’infections respiratoires, de maladies de la peau, etc. En outre, 14 ont déclaré souffrir de pathologies chroniques ou de maladies non transmissibles telles que le diabète et les maladies cardiovasculaires.

Dans son rapport, l’organisation souligne qu’en l’absence de soins médicaux adéquats, ces pathologies peuvent s’aggraver et d’autres peuvent apparaître. De plus, les migrants portent des séquelles psychologiques après un long voyage depuis leur pays d’origine : une traversée de la mer Méditerranée souvent traumatisante et d’autres incidents subis en cours de route, comme des abus et des violences sexuelles, sans parler du fait que certains d’entre eux fuient la guerre, la pauvreté ou la persécution.

La situation à Vintimille est « emblématique », selon M. Mancini, et reflète la manière dont « l’Europe échoue face aux besoins des personnes qui quittent leur pays d’origine en raison de la pauvreté ou de situations d’extrême nécessité, qui ont vécu des situations traumatisantes et ont effectué un voyage très compliqué ». « Certains d’entre eux ont survécu à des naufrages et lorsqu’ils arrivent en Europe, au lieu d’être protégés et accueillis, ils sont exposés à davantage de risques », ajoute-t-il.

Maltraitance des plus vulnérables

« La police nous a arrêtés dans le train à Menton. Ils nous ont forcés à passer la nuit dans un conteneur (de marchandises), mais ma sœur était terrifiée : elle a 10 ans et est handicapée. Elle a subi des violences dans notre pays, alors j’ai décidé de l’accompagner. Je me sens responsable de ce qui lui arrivera et je ne comprends pas pourquoi nous sommes traitées de la sorte. J’espérais qu’en Europe, les personnes handicapées recevraient plus d’aide », déclare un migrant de Guinée Conakry.

J’espérais qu’en Europe, les personnes handicapées recevraient plus d’aide.

L’homme fait référence aux conteneurs de marchandises installés du côté français de la frontière, qui servent d’hébergement aux migrants arrêtés le soir et retenus pour la nuit jusqu’à leur expulsion le lendemain, comme l’explique MSF dans le rapport. Ces personnes sont privées de liberté pendant des heures, enfermées dans les conteneurs, avec peu ou pas de nourriture ou d’eau.

« La France ne respecte pas un certain nombre de normes internationales en matière de protection des réfugiés », déclare M. Mancini.

Pour sa part, l’avocate Anna Brambilla, de l’Association pour les études juridiques sur l’immigration, a déclaré (ASGI, pour son acronyme italien) déclare à elDiario.es qu' »il y a des tentatives de contourner les règles et des applications erronées des règles » par les autorités des deux pays.

Dans le cas des mineurs, « la loi française n’interdit pas le retour, mais celui-ci doit être assorti de certaines garanties, qui ne sont souvent pas remplies », explique l’avocate. Elle dénonce le fait que, ces dernières années, « la France a écrit dans la refus d’entrée la date de naissance d’un adulte » afin de ne pas devoir respecter ces garanties et de ne pas avoir de problèmes lors du retour des mineurs en Italie.

« Les Français renvoient également des personnes qui ont déjà demandé l’asile en Italie, ce qui constitue une autre irrégularité. le règlement de Dublin« , ajoute M. Brambilla. De leur côté, les policiers italiens qui accueillent les migrants à leur retour « ne se rendent souvent même pas compte qu’il s’agit de demandeurs d’asile » lorsqu’ils vérifient leurs coordonnées.

Si, comme c’est souvent le cas, ils ont quitté le centre d’accueil où ils étaient entrés dès leur arrivée en Italie pour franchir la frontière française, ils ne se présentent pas comme demandeurs d’asile, mais en situation « irrégulière » et sont traités comme tels.

Il s’agit d’une chaîne de violations qui commence souvent à partir du moment où ils débarquent en Italie et se poursuit jusqu’à ce qu’ils passent dans l’autre pays.

L’avocat de l’ASGI, association présente à Vintimille depuis 2015, estime que  » la responsabilité incombe aux deux parties (Italie et France). Il s’agit d’une chaîne de violations qui commence souvent dès le débarquement en Italie et se poursuit jusqu’à la traversée vers l’autre pays ».

Refoulement fondé sur la loi

Cependant, Brambilla précise que les refoulements ont une base légale et qu’elle doit être recherchée dans l’accord bilatéral de réadmission de 1997 entre l’Italie et la France, et dans les règlements frontaliers de l’espace Shengen. Selon ce dernier, la France a réintroduit le contrôle aux frontières en 2015 pour des raisons de « sécurité nationale », après que l’Italie et la France se soient engagées à respecter les règles de réadmission de l’espace Shengen. les attentats terroristes du 13 novembrequi ont fait 130 morts et des centaines de blessés.

« Ces contrôles peuvent être mis en place dans des cas exceptionnels et pour une durée maximale de deux ans », précise-t-elle, mais ils ont été renouvelés jusqu’à présent, en invoquant à la fois le risque terroriste et la crise migratoire. L’avocate souligne qu’ils sont « légitimes » et protégés par le Conseil d’État français (la plus haute juridiction administrative du pays).

Après plusieurs années, les contrôles aux frontières sont désormais effectués « de manière plus ou moins systématique, mais ce sont des contrôles basés sur l’ethnicité et donc discriminatoires », c’est-à-dire que si une personne racisée tente de passer la frontière, « elle est automatiquement arrêtée » par les agents français, explique M. Brambilla, qui a récemment fait ce voyage.


« Le problème, c’est que beaucoup de gens vont en France parce que, pour l’instant, il est difficile d’entrer dans la procédure d’asile en Italie », déplore l’avocat. « A Vintimille, il y a souvent des personnes qui sont en Italie depuis peu de temps et qui, après être arrivées par mer ou par terre, sont reparties (à la frontière) ou, après un mois dans un centre d’accueil, sont reparties. Il est clair que leur objectif est de rejoindre un autre pays, que ce soit la France, l’Allemagne…. Il y a aussi des personnes qui sont en Italie depuis plus longtemps et dont les raisons sont différentes : peut-être ont-elles été expulsées d’un centre, peut-être n’ont-elles pas droit à l’accueil, cela dépend du parcours de chaque personne en Italie », explique-t-il.

Toujours pour MSF, Mancini souligne que l’Italie n’est généralement pas la destination de nombreux migrants pour différentes raisons. « En fonction de leur nationalité et de la langue qu’ils parlent, ils choisissent d’aller dans l’un ou l’autre pays (…) ceux qui viennent de Côte d’Ivoire et d’autres anciennes colonies préfèrent aller en France. Non seulement à cause de la langue, mais aussi parce qu’ils ont des amis ou des parents sur qui compter », ajoute-t-il.

Le travailleur humanitaire explique que beaucoup affirment que la langue est un obstacle majeur et se plaignent de ne pas recevoir de cours d’italien à leur arrivée en Italie, ce qui les empêche d’interagir et, plus tard, de trouver un emploi : « La langue est importante, ils ne se sentent pas les bienvenus en Italie, ils ne voient pas de perspectives d’emploi concrètes, alors qu’ils espèrent que dans d’autres pays, les offres sont plus nombreuses et, enfin, ils comptent les liens avec leur famille et leurs amis restés à l’étranger ».

Mais c’est surtout le rêve ou l’objectif qu’ils se sont fixés lorsqu’ils ont décidé d’émigrer qui pèse : « Chaque personne qui part et quitte son pays a un projet migratoire déjà imaginé et, si beaucoup d’entre eux ont imaginé un projet qui les mènera en Europe du Nord, ils vont essayer de le réaliser ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *