Aller au contenu
Accueil » Actualité » « J’aurais peur d’être expulsé » : les réfugiés au Rwanda répondent aux plans du Royaume-Uni | Rwanda

« J’aurais peur d’être expulsé » : les réfugiés au Rwanda répondent aux plans du Royaume-Uni | Rwanda

Mcertains ont tenté des traversées périlleuses à travers la Méditerranée pour atteindre le Royaume-Uni dans le passé. Mais les demandeurs d’asile du centre de transit de Gashora au Rwanda disent qu’ils ont maintenant trop peur pour réessayer de peur de se retrouver là où ils ont commencé.

Zemen Fesaha, 26 ans, originaire d’Érythrée, est arrivé au complexe tentaculaire d’hébergement et de loisirs en juillet. Le camp de réfugiés, à une heure et demie de route de la capitale rwandaise, Kigali, abrite 249 hommes, 125 femmes et 83 enfants, qui ont été évacués de centres de détention sordides en Libye.

Il est géré par le HCR, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, le gouvernement rwandais et l’Union africaine, et propose un hébergement à court terme aux personnes en attente de réinstallation.

Fesaha a déclaré avoir quitté l’Érythrée en 2017 dans l’espoir d’atteindre le Royaume-Uni. « Il n’y a pas de liberté en Érythrée. Il y a le service national et je ne veux pas être soldat », a-t-il déclaré. « Je voulais traverser la Méditerranée depuis la Libye pour me rendre au Royaume-Uni. J’avais des amis qui traversaient illégalement. En juillet 2019 j’ai essayé de traverser sur un bateau avec 350 personnes mais le bateau a été intercepté et j’ai été ramené en Libye. C’était très effrayant. Être coincé dans un centre de détention en Libye, c’est comme une prison. Elle est gardée par des militaires. »

L’histoire de Fesaha, reprise par d’autres, donne une certaine crédibilité à l’idée que le plan du gouvernement pour le Rwanda a un effet dissuasif sur le retour en Grande-Bretagne pour certains.

Il a dit qu’il se sentait heureux dans le camp rwandais, qui dispose d’un centre de santé, d’une aire de jeux pour enfants, d’un gymnase, d’un terrain de football, d’un terrain de basket et d’une table de billard.

« Le camp est bien, vous pouvez marcher librement et je peux sortir et me détendre », a déclaré Fesaha, qui rêve maintenant de se réinstaller au Canada. « Je ne veux pas aller au Royaume-Uni maintenant parce qu’ils vont peut-être m’expulser. J’ai entendu dire qu’au Royaume-Uni, des demandeurs d’asile sont expulsés. Je ne connais pas grand-chose au système, mais j’aurais vraiment peur d’y aller maintenant au cas où je serais expulsé. Après avoir traversé toutes les difficultés en Libye, je ne veux pas ça. »

Le mari de Rawnaq Gomaa, avec ses enfants (de gauche à droite), Amar, Dan et Ahmed, a disparu au Soudan.
Rawnaq Gomaa avec ses enfants (de gauche à droite), Amar, Dan et Ahmed. Photographie: Emine Sinmaz / The Guardian

Alors que des journalistes britanniques arrivaient pour une visite des installations du site, une femme chantait If I Ain’t Got You d’Alicia Keys dans le cadre d’un cours de musicothérapie. Les réfugiés ont accès à des télévisions et au wifi et se voient proposer trois repas par jour à la cantine, qui sert des plats tels que du ragoût de poulet, des spaghettis à la bolognaise et des frites. Ils reçoivent également une allocation mensuelle de 50 000 francs rwandais (£ 40).

Une mère de trois enfants qui a échappé à la persécution au Soudan a condamné le stratagème. Rawnaq Gomaa, 30 ans, s’est enfuie en Libye l’année dernière avec ses trois jeunes enfants après la disparition de son mari. Elle a payé un passeur 5 000 dinars libyens (856 £) pour traverser la Méditerranée sur un petit bateau afin d’offrir à ses enfants Amar, sept ans, Ahmed, quatre ans et Dan, 19 mois, un avenir meilleur au Royaume-Uni.

Retenant ses larmes, Gomaa a déclaré que son mari avait « disparu » au Soudan. Elle n’a pas donné plus de détails mais a ajouté : « Je voulais quitter le Soudan parce que c’est dangereux et qu’il y a un manque de sécurité. C’était mon objectif depuis le début d’atteindre le Royaume-Uni. J’ai décidé de monter sur un bateau depuis la Libye pour me rendre en Europe. Mais la police de la mer nous a ramenés en Libye. C’était effrayant, nous pensions que nous serions tués en Libye. »

Elle a dit que le centre de détention libyen était « comme une prison » et qu’elle était séparée de ses enfants. Elle a été évacuée vers le Rwanda il y a quelques mois, le décrivant comme « un beau pays ».

« Je ne peux pas dire qu’il y a quelque chose qui ne va pas avec le Rwanda. Mais je veux être réinstallée ailleurs pour l’avenir de mes enfants, soit au Canada, soit en Australie, soit peut-être au Royaume-Uni », a-t-elle déclaré.

Mais en secouant la tête, elle a ajouté : « Je n’accepte pas cet accord entre le Rwanda et le Royaume-Uni. Les personnes qui sont arrivées au Royaume-Uni ont traversé beaucoup de mauvaises choses, par exemple la torture et des choses qui ont menacé leur vie. Et quand ils sont à un point où ils sont en sécurité, ils sont ramenés en Afrique. »

Sur les 1 075 personnes évacuées de Libye depuis 2019, aucune n’a choisi de rester au Rwanda ou opté pour un rapatriement volontaire vers l’Érythrée, le Soudan, le Tchad et la Somalie. Mais 629 se sont réinstallés en France, en Suède et dans d’autres pays européens ou au Canada.

Il y a eu des spéculations selon lesquelles des migrants envoyés du Royaume-Uni pourraient se retrouver dans le camp, mais le gouvernement rwandais affirme que ce n’est pas le cas. Mais les habitants de Gashora pourraient être réinstallés au Royaume-Uni s’ils remplissent les conditions requises.

Entsar Tsagai, 31 ans, et sa fille de 18 mois, Sundus, et Meseret Girmy, 24 ans, et son fils de trois mois, Amin, espèrent aller dans un pays « paisible et sûr » après avoir fui l’Érythrée.

Girmy a déclaré : « Le Rwanda est bien meilleur que la Libye, mais l’Europe sera bien meilleure pour mon bébé. Je veux juste un endroit paisible. »

À lire également  L'OMS s'attaque à une nouvelle version mutante Covid IHU détectée à Marseille, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.