Aller au contenu
Accueil » Actualité » Immobile, le lézard rouge a perdu de sa splendeur

Immobile, le lézard rouge a perdu de sa splendeur

Les pluies torrentielles de 2017 ont gravement endommagé la voie ferrée. Avec un taux de travaux de réparation et d’aménagement avoisinant les 80 %, la remise en état de la ligne ferroviaire était prévue pour octobre dernier, mais les dernières nouvelles ont été repoussées à début 2022.


Je m’excuse auprès du producteur de l’émission culte de la chaîne française d’avoir utilisé le titre. Train pas comme les autres, le lézard rouge est désormais un train touristique qui serpente les gorges de la Shelja sur une distance de 43 km qui sont également empruntées par les trains miniers, pour laisser un canyon digne du Far West incontournable. Les cinéastes occidentaux ont même surpris le même célèbre Sergio Leone. Construit dans les ateliers de Rouvain en 1910 par la société Dyle et Bacalan (France), il fut offert au Bey de Tunisie lors de la défense.

Ce n’est qu’en 1922 qu’il a été adapté au réseau ferroviaire tunisien et le service a été repris en 1974 pour créer une étape touristique bien nécessaire pour les amateurs de nature changeant de décor avec une carte postale envoyée aux quatre coins du globe. Elle a longtemps été une icône touristique unique en son genre et a laissé les visiteurs sans voix. Il est remis en service en 1984 mais sur le tronçon qui relie Redeyef à Metlaoui, il est pris d’assaut par les visiteurs et touristes de toutes parts. Mais les images sont tuées par les usines de phosphate à cause des eaux de ruissellement de la laverie automatique qui ont été déversées dans un nid de Wadi Shelja autrefois connu sous le nom de site Ramsar.

À lire également  El calor extremo afloja en el oeste y el centro pero arrecia en el este | Espagne

Cet état morose explique en grande partie la baisse de l’activité touristique qui pourrait faire une place à ces régions au soleil dans la gota des circuits à prévoir pour les visiteurs de la Tunisie. Abandonnée et ignorée des décideurs, elle a perdu de sa splendeur, et les pluies torrentielles de 2017 ont apporté la dévastation par évacuation à la gare de Metlaoui.

Et pour cause, le rail usagé est lavé. Le retard des travaux, et le laxisme des responsables, ont porté un coup, non seulement à ce joyau beylical mais aussi au transport des phosphates sur la route N°15 reliant Moularės, Redeyef au Kef Eddour ; le plus grand site à ciel ouvert du bassin minier en raison de la quantité de phosphates extraits chaque jour. Avec un taux de travaux de réparation et d’aménagement avoisinant les 80 %, la réfection de la ligne ferroviaire était prévue pour octobre dernier, mais les dernières nouvelles ont été repoussées à début 2022.

Pendant les vacances de cet hiver, le lézard rouge peut être une étape incontournable pour les visiteurs du Sud-Ouest, en particulier pour ceux qui viennent de et d’autre côté de la Méditerranée, y compris ceux qui veulent faire un voyage dans le temps et l’espace dans un aperçu de l’importance historique de la découverte, en 1886, par le géologue français Philippe Thomas des gisements de phosphate dans les gorges de l’oued Shelja. Non seulement le lézard rouge a perdu sa carrière touristique, mais il est pour l’instant critiqué pour son silence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.