Aller au contenu
Accueil » Actualité » Huit sont jugés en France pour l’attaque d’un camion le 14 juillet à Nice | Attaque de camion le jour de la Bastille

Huit sont jugés en France pour l’attaque d’un camion le 14 juillet à Nice | Attaque de camion le jour de la Bastille

Sept hommes et une femme ont été jugés pour l’attentat du 14 juillet 2016 à Nice, lorsqu’un homme armé a conduit un camion lourd à grande vitesse dans une foule rassemblée pour regarder des feux d’artifice sur le front de mer de la Riviera, tuant 86 personnes et en blessant plus de 400.

L’attaque – le deuxième massacre le plus meurtrier en temps de paix en France – s’est produite huit mois après les attentats de Paris contre des bars, des restaurants, le stade national et la salle de concert du Bataclan, qui ont fait 130 morts et ont été revendiqués par l’État islamique.

L’agresseur de Nice a été abattu par la police et les personnes jugées sont accusées de l’avoir aidé.

L’attentat reste un traumatisme national pour la France. Des milliers de personnes s’étaient rassemblées sur le boulevard du front de mer de la ville méditerranéenne pour le feu d’artifice du 14 juillet lorsqu’un camion lourd a été délibérément conduit à grande vitesse dans la foule, zigzaguant et accélérant vers les gens sur 2 km le long de l’esplanade, transformant une atmosphère de festival en carnage.

Le nombre d’enfants tués et blessés était plus élevé que dans tout autre massacre européen de ces dernières années. Quinze ont été tués et beaucoup ont été grièvement blessés, endeuillés ou traumatisés. Certains sont morts avec leur mère ou des proches, les plus jeunes ayant deux ans. Parmi les morts figuraient également des retraités et des touristes – 33 étaient des étrangers. Une famille niçoise locale a perdu six personnes dans l’attaque. Un tiers des personnes tuées étaient musulmanes.

À lire également  Erdogan House adopte un couple de touristes pour photographier Israël - Turquie Tensions | International

Le procès, qui se déroule dans la même salle d’audience spéciale construite pour les attentats de Paris, durera jusqu’en décembre et sera complexe. Le conducteur du camion, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, âgé de 31 ans, né en Tunisie, a été abattu par la police alors qu’il commençait à tirer avec une arme semi-automatique sur des agents depuis la cabine du camion.

L’État islamique a revendiqué la responsabilité, mais a attendu deux jours pour le faire, n’offrant aucune preuve que l’agresseur, qui avait des antécédents de violence domestique et de délits mineurs, avait eu un contact direct avec le groupe.

Les procureurs allèguent que les huit personnes jugées, qui pourraient encourir des peines allant de cinq ans à la prison à vie si elles sont reconnues coupables, ont aidé Lahouaiej-Bouhlel à obtenir des armes, à louer le camion ou à inspecter la route. Trois des accusés seraient des amis proches de l’agresseur et sont accusés d’avoir participé à une association criminelle terroriste pour l’aider à obtenir des armes et le camion. Cinq autres sont accusés d’avoir aidé indirectement à travers le trafic d’armes, mais pas le terrorisme.

Les survivants et les proches des victimes insistent sur le fait que de nombreuses questions subsistent sur ce qu’ils considèrent comme un manque de sécurité adéquate pour protéger les célébrations de la Bastille ce jour-là. Beaucoup aimeraient voir des responsables interrogés sur d’éventuelles failles de sécurité. Mais le procès n’abordera pas les questions de sécurité ou d’organisation de l’événement.

Anne Murris, qui a perdu sa fille Camille de 27 ans dans l’attentat, et dirige une association de victimes, le Mémorial des Anges, fait partie des nombreux endeuillés et survivants qui parleront devant le tribunal des ravages de cette nuit-là.

À lire également  La France divisée : que signifie le vote fracturé pour le second mandat de Macron ? | France

Murris a déclaré qu’elle raconterait l’histoire de sa fille au tribunal « pour la présenter, et pour que les personnes sur le banc des accusés entendent non seulement notre souffrance, mais la nature inhumaine de ce qui s’est passé et des vies qui ont été volées. La vie de ceux qui sont morts a été prise, mais, par ricochet, une grande partie de ma vie a également été volée, en tant que mère dont la famille est maintenant endeuillée. Il est important que le maximum de personnes comprennent le grand gâchis de cette perte de vie ».

Elle a ajouté: « Il y a une volonté de donner des noms et des visages à toutes ces personnes qui ont été tuées, afin qu’elles ne soient pas simplement cachées derrière un chiffre – 86 morts – et qu’elles ne soient jamais oubliées. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.