Aller au contenu
Accueil » Actualité » Héritage : le long du Canal du Midi, le platane disparaît invariablement du paysage

Héritage : le long du Canal du Midi, le platane disparaît invariablement du paysage

Il y a vingt-cinq ans, l’Unesco inscrivait le Canal du Midi conçu par Pierre-Paul Riquet sur la Liste du patrimoine mondial. Il y a quinze ans, le chancre coloré funky a commencé son travail désastreux sur les 42 000 mâts d’avion, presque le seul arbre situé sur le front de mer. Cette réduction de la couverture de tous les canaux par une seule maladie ne justifie guère le classement de l’Unesco, et les conséquences économiques que nous envisageons. Aujourd’hui, le platane est rapidement et fortement couché et nous le replantons.

Sous le pont de Rode, secoué par le vent, la maigre crosse se dressa. Arbre aligné, un autre, enfin pas assez. Celui-ci est « symbolique », sourit Eric Ménassi, et de différentes manières. « Trèbes a survécu à tant de malheur ces derniers temps », a déclaré son maire. L’un de ces affres était l’un des tristes affres du chancre qui colorait son paysage, renversant et détruisant les platanes dont les plaines sont parsemées depuis deux siècles.

Le combat perdu d’un chancre coloré s’est propagé

C’est ici, lors de cette arrivée entre Villedubert et le village de l’Aude, qu’un jour de 2006 les techniciens de Voies navigables de France trouvent le premier arbre malade, sans en identifier la cause. Et voilà ce jeudi, quinze ans plus tard, « à mi-parcours de l’enjeu de replanter 40.000 arbres » justifiait le directeur général de VNF Thierry Guimbaud marquant dix ans de replantation, dix ans pour les efforts et les obstacles accumulés à ce projet pharaonique. Son nombre donne le tournis, sa complexité provoque des migraines.

À lire également  Dans l'Hérault, le départ du géant Amazon laisse quelque 50 salariés serviannais sur le carreau

1/2 Le projet de replantation #CanalDuMidi dans 10 ans!
Depuis 2011 : 16 700 ? replantés à la place de ceux attaqués par le chancre coloré. La mobilisation continue pour la conservation #biodiversité lieu! https://t.co/so7gtqU6Vl pic.twitter.com/UqykOAlOjA

– VNF (@vnf_officiel) 9 décembre 2021

Émilie Collet, responsable eau et environnement de la division Sud-Ouest de VNF, n’a rien oublié depuis les premiers jours. Il s’agit d’un foyer de « puis des dizaines, des centaines dans les années 2010 et des milliers d’avions infectés », jusqu’à 3000 abattus en plusieurs années le long des berges progressivement contaminées. Le premier massacre radical, à 50 m de chaque côté du sujet malade, incompréhension publique, « combat de propagation perdu », analyse son confrère Cédric Jaffard, l’ambition émoussée de garder le champignon à l’est de Carcassonne alors qu’il existe encore en avançant vers Toulouse, les traitements expérimentaux qui sont systématiquement inefficaces. L’inévitable départ du platane de Toulouse à Marseillan.

Conférence des Grands Sites de France – Interview d’Emilie Collet ó Voies navigables françaises (VNF) ar Viméo.

40% d’avoine velue, le reste d’espèces différentes entrelacées

« En quelque sorte, le chancre a mis fin à un cycle, note Émilie Collet. Rappelons que Riquet ne plante pas le canal. Les arbres sont venus au XVIIIe siècle, pour le bois, et la plantation a bien changé avant que le platane ne se pose lui-même le 19ème siècle. »

Son unicité sur les berges lui sera fatale. 29 100 des 42 000 sujets dénombrés ont été coupés en 2006. Mais depuis 2011, les replantations ont progressé, avec déjà 16 700 arbres. « On plante plus qu’on n’en coupe maintenant, précise Thierry Guimbaud. Suite à des essais, rejet des essences jugées trop « exotiques », abandon du mât plan résistant aux essais, l’option « en 2015 chêne chêne comme jalon » a été décidée.

Le chêne est planté en grandes sections séparées par de petites parties d’autres espèces.
Midi Libre – ERIC CATARINA

Trente à cinquante ans pour que le canal retrouve sa couverture

L’idée : « Explique de grandes parties d’une espèce, entrecoupées de différentes essences, Émilie Collet. Le chêne-chêne est capable de résister, de Toulouse à la Méditerranée, à différentes conditions climatiques. Réhabilitation après plantation, vérifier nos critères de hauteur, forme à maturité , résistance à la maladie.

Entre ces lignes de chênes, si larges que le sacrifice de soi est pratiqué à l’échelle européenne, ils glisseront des parties intermédiaires de cartes planes, tilleuls, coquelicots blancs, sapins et parasols, progrès d’abattage, renforcement des berges altérées.

Il faudra encore une décennie et au lieu de « trente à cinquante » pour que le canal retrouve son élégant couvert végétal, un véritable « horizon » dans le paysage.

Budget 220 millions d’euros

L’investissement est estimé à 200 M€ dans les travaux, 20 M€ de plus pour la maîtrise d’œuvre. 79 millions d’euros ont été dépensés, et VNF ​​s’est réjouie d’un « financement sponsorisé à 10 % » jeudi. Mais « nous devons encore confirmer le financement pour la prochaine décennie ».

La collectivité territoriale, la Région, a ajouté à la cagnotte quatre divisions, créées en juillet, par VNF, la marque Canal du Midi. Le traité de plan région-État 2021-2027 négocié fixera la part du premier donateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.