Aller au contenu
Accueil » Actualité » Hérault Méditerranée : les taux d’imposition conservés

Hérault Méditerranée : les taux d’imposition conservés

Le dernier conseil communautaire a permis d’enteriner cette décision. Les budgets primitifs pour l’année 2022 n’ont été votés que cette année.

S’il fallait illustrer l’attrait démographique du territoire Hérault-Méditerranée, le nouveau quartier de Marche Gay, à Pomérols, serait tout indiqué. Avec son lotissement plutôt bien ficelé et sa rutilante salle polyvalente, cette commune de 2 300 habitants a su prendre le virage de la modernité sans perdre pour autant son âme de village viticole.

Pas feu fier, le maire Laurent Durban accueillait lundi dernier ses collègues dans la nouvelle salle, justement. « C’est l’occasion pour tous ceux qui n’avaient pu venir à l’inauguration de découvrir ce bel équipement »appréciait le président Gilles D’Ettore, qui a mené les débats tambour battant, une heure montre en main, lors d’une séance légère au niveau du contenu, même si plusieurs points ont permis que l’on s’y attarde.

1. Taux d’imposition : le statu quo

Après deux années de pandémie et un impact non négligeable sur le budget de la collectivité, ne serait-ce qu’au regard des exemptions de taxes et des aides accordées au secteur économique, une hausse des taux d’imposition aurait très bien pu être actionnée par l’agglo Hérault-Méditerranée. Il n’en sera rien. L’assemblée communautaire a en effet voté lundi le maintien de ces taux pour l’année 2022.

Cela vaut pour la cotisation foncière des entreprises (à 33,40%), la taxe foncière sur les propriétés non bâties (3,45%) ou la si décriée taxe d’enlèvement des ordures ménagères, dont le taux reste à 2,75 %, même si au niveau de la collectivité, on ne cache pas certains doutes. « Dans le cas de la gestion des ordures ménagères, avec le nombre de camions qui circulent au quotidien, on espère vraiment que le prix du carburant va verser »a commenté Gilles D’Ettore.

À lire également  Alerte à la houle sur le littoral méditerranéen : Pourquoi il faut se méfier de ce phénomène très dangereux

Concernant les taux d’imposition sur les titres étrangers, importants sur ces territoires touristiques, avec taux fixé en 2019, soit 10,88%, reste encore figé cette année. Mais la CAHM « retrouvera son pouvoir de taux à partir de 2023. » Avec une hausse à prévoir ?

2. Budget primitif : on investit !

A l’issue du vote des différents budgets directeurs du budget principal, la nécessité de l’agglomération sur la résolution de leurs objectifs volontairement demesne en termes d’investissements. Ainsi, comme l’a annoncé le grand argentier de l’assemblée, le maire de Bessan, Stéphane Pépin-Bonet, 34 millions d’euros seront mobilisés cette année pour mener à bien de nombreux projets sur le territoire.

Citons pêle-mêle la réhabilitation du domaine du Grand Clavelet, sur la réserve du Bagnas (722 000 €), le parc du château Laurens (977 000 €), le centre aquatique de l’Archipel (1 M €) ou la piscine communautaire de Pézenas, le grand chantier de 2022, avec une enveloppe de 5,8 millions € sur ce seul exercice budgétaire.

3. Capucière : trois terrains vendus

À Bessan, la commercialisation de la zone de la Capucière touche à sa fin. Trois nouveaux lots viennent d’être cédés, dont deux pour l’enseigne Café Étienne, qui va notamment installer son atelier, un pôle formation, un showroom et des bureaux.

Budget : enfin de la pédagogie

Lors du vote du budget primitif vote, lundi soir, Stéphane Pépin-Bonet, vice-président aux finances, a su faire œuvre de pédagogie en dévoilant des visuels qui expliquent très simplement les grandes orientations budgétaires de l’aggété Hérault Hérad en basant sur 100 €. Ainsi, on apprend que 38 € sont gagnés au cadre de vie, 21 € à l’eau et l’assainissement, 11 € à tout ce qui touche à l’économie, au tourisme, à l’emploi ou l’agriculture, 9 € pour la culture et le sport, 8 € pour l’environnement, 6 € pour les transports publics et les mobilités, 5 € pour l’habitat et le cœur de ville et enfin 2 € pour le patrimoine et l’archéologie.

À lire également  Agglo : Bruno Arbouet succède à José Cohen à la tête du Conseil de développement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.