Aller au contenu
Accueil » Actualité » Habib Ben Younes lance un appel SOS pour sauver le musée du Bardo et ses collections

Habib Ben Younes lance un appel SOS pour sauver le musée du Bardo et ses collections

« La fermeture du musée national du Bardo aux visiteurs pendant plus de trois mois nuit à l’image du pays, sans parler du manque à gagner après près de deux ans de Covid-19. Et si l’on a tenté de comprendre cette mesure de fermeture au public, qui reste encore très incertaine, il est incompréhensible et même inacceptable de ne pas permettre aux salariés d’accéder au Musée au moins trois jours par semaine, sauf toutes les semaines. », a déclaré l’universitaire Habib Ben Younes, ancien conservateur général du musée du Bardo et ancien directeur de la division du développement des musées à l’Institut national du patrimoine (INP).

Dans une déclaration à l’agence TAP, il a précisé que tout le périmètre de l’assemblée des représentants du peuple et du musée est intact et que personne n’y accède depuis le 25 juillet 2021.
Et d’expliquer « Si la sécurité est assurée, les œuvres ne sont pas conservées, car le Musée possède un ancien Palais en plus du nouveau bâtiment. Il y a des exigences à son égard et le contrôle de la parabole doit être constant. Quel est l’état de l’unique Mahdia Bronze Collection, par exemple, et l’on peut multiplier la liste des belles œuvres qu’il faut contrôler : la poussière qui a dû s’accumuler sur les statues et mosaïques. C’est même une obligation de contrôler les installations électriques et autres ».

En ce sens, il a exprimé son souhait « que le ministre des Affaires culturelles Hayet Guettat Guermazi, soit sensible à cet état de fait pour l’expliquer en haut lieu ». En attendant, il a prévenu que « les feux sont au rouge et la pérennité des collections est menacée et alors c’est trop grave pour l’histoire du pays, en espérant que nous n’écrivons pas l’histoire noire du musée du Bardo ».
Collections SOS du Musée national du Bardo.

À lire également  "Le réchauffement climatique est irréversible" : le Garda est déjà en zone rouge

En effet, il est convaincu que l’ouverture du musée est une nécessité absolue pour le personnel, c’est pour préserver nombre de ses collections.

La collection Mahdia, par exemple, est unique dans sa composition méditerranéenne et mondiale. Certaines bronches sont des pièces exceptionnelles parfois uniques par rapport à tous les musées méditerranéens et européens.

Après que l’incendie ait détruit de nombreux sous-sols du musée au milieu des années 1980, la fumée a endommagé cette collection, qui souffrait déjà de conditions de conservation précaires.
Dans le cadre de la coopération tuniso-allemande, cette collection a bénéficié d’une aide financière du ministère allemand des Affaires étrangères pour sa restauration à Bonn par plusieurs équipes spécialisées.

À son retour à Tunis, les bronches ont été montrées dans des écrans où l’humidité était sous contrôle total à tout moment. Le laboratoire central effectuait des contrôles périodiques sur les déshydrateurs et les objets.

Ces écrans étaient même connectés à un générateur d’urgence qui fonctionnera en cas de panne de courant sur le monument ou la région. « Vous dites tous les efforts déployés pour sauver les bronches » se souvient-il.

Tant d’efforts pour la pérennité de ces trésors et tout l’argent, l’effort des générations, peuvent partir en fumée si l’on laisse le musée accessible au personnel.

« C’est une question de sécurité nationale et nationale et j’espère que le ministère agira en ce sens dans les plus brefs délais », a-t-il déclaré.

Il est à noter qu’aucune source n’a pu être contactée au Musée du Bardo pour obtenir tous les détails sur cette affaire.

À lire également  Aude et Pyrénées-Orientales : avertissement de vent fort, jusqu'à 120 km/h avec des rafales attendues à partir de lundi prochain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.