Aller au contenu
Accueil » Actualité » Gard : un challenge sportif et environnemental au f’eau pour le Gardois Pierre Fabrègue

Gard : un challenge sportif et environnemental au f’eau pour le Gardois Pierre Fabrègue

Le Gardois, Pierre Fabrègue se lance dans un périple de cinq semaines à vélo, en rando et spéléo de la mer Méditerranée, au Grau-du-Roi jusqu’aux glaciers de Chamonix et le gouffre du Berger dans le Vercors. Avec un retè à vélo et en canoë. Départ ce samedi 25 juin, à 7h, du phare du Grau-du-Roi.

Une paire de cinq semaines au fil de l’eau, de la Méditerranée en longeant ou traversant le Rhône, à vélo, en rando et spéléo avec un retour en canoë. Soit 1 450 km et 20 000 m de déclinaison positive dépendant de liux symboliques du cycle de l’eau. C’est le challenge personnel que s’est lancé Pierre Fabrègue, 59 ans, habitant de Cabrières et responsable comptable et fiscal du groupe BRL (Bas Rhône Languedoc) à Nîmes.

Démed ce samedi 25 juin, à 7 h, du phare du Grau-du-Roi : « Il y a quelques années j’ai lu un article sur un alpiniste, dans un magazine de montagne. Il était parti de Suède à vélo pour rejoindre l « Everest », raconte le quinquagénaire, amateur d’activités pleines nature depuis trente-cinq ans et sensibilisé à l’écologie et aux impacts de la pollution de l’eau par son environnement professionnel.

Ce périple c’est aussi un personnel de combat contre la maladie. Victime d’un AVC il y a quatre ans et atteint d’un cancer du sang, Pierre Fabrègue veut prouver qu’on peut se battre contre tous les éléments, unir le sport et éveiller sa conscience écologique avec le soutien de ses proches. Son épouse, ses enfants et des amis le rejoindront sur certaines étapes.

À lire également  Eni : Descalzi incontra Al-Sisi, focus su gas e gnl - Economia

Ce parcours, il l’a décidé il ya un mois et un demi. « J’ai posé mes cinq semaines de vacances à BRL pour pouvoir le réaliser », dit-il ce vendredi, encore au bureau jusqu’à 17 h 30.

De la mer Méditerranée au Grau-du-Roi à la neige des glaciers de Chamonix

Du Grau-du-Roi il rejoint Saint-Gingolf (Haute Savoie), à ​​l’extrémité du lac Léman, puis le massif savoyard du Chablais via le GR 5 pour arriver à Chamonix. « Si la météo le permet, je ferai l’ascension du mont Blanc. » Conceptions de 100 km en voile ou 16 à 20 km en pied. Maximum 6h par jour. Le quinquagénaire a prévu de dormir sous la tente ou dans des gîtes et de prendre trois ou quatre jours de repos à certaines étapes. Il rejoindra ensuite le Vercors et le gouffre Berger où – toujours selon la météo – il progressera dans ses méandres jusqu’au siphon de moins de 1 148 m « Je ne serai pas tout seul dans la cavité, il ya un grand rassemblement organisé par la Fédération française de spéléologie ». Le retour vers la Camargue s’effectue à vélo, puis en canoë sur le Rhône à Arles, jusqu’au Grau-du-Roi.

Ses activités pleines nature ont permis au Gardois de rendre se compte, depuis plusieurs années, le manque d’eau sur la planète : « En spéléo on passe dans des réseaux où c’était impossible auparavant et les sources sont moins alimentées. Aujourd’hui , le Gardon est sec six mois par an, alors qu’avant c’était seulement trois ou quatre mois dans l’année », regrette-t-il.

Le rôle de Pierre Fabrègue est un défi sportif, un personnel de combat mais aussi un objet environnemental pour évoquer les consciences de ce terrain résonnant ressuscité mais inexplicable.

À lire également  Russie desmiente la promesse de no emprender nuevas maniobras militares anunciada por Francia tras la reunion de Macron y Putin | International

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.