Aller au contenu
Accueil » Actualité » Frontignan : une pétition de plus de 400 signatures contre le dépôt sauvage de l’ex-Foir’Fouille

Frontignan : une pétition de plus de 400 signatures contre le dépôt sauvage de l’ex-Foir’Fouille

Dans le cadre d’une lutte contre la décharge sauvage de l’ex Foir’Fouille à Frontignan, une pétition qui a recueilli plus de 400 signatures.

Midi libre se fait réguillet l’écho de l’existence d’un dépôt sauvage devant le portail d’accès à l’ancien magasin Foir’Fouille, avenue de la Méditerranée à Frontignan. Une décharge qui, au gré des apports successifs, peut présenter de l’ameublement ainsi que du vieux matériel Hi-fi pendant une période avant de devenir un site à déchets verts.

A minima la pose de caméras

Les riverains, eux, en ont plus qu’assez de vivre dans cette partie de l’avenue qu’ils ont appelé No man’s land et demande une intervention efficace des pouvoirs publics et a minima la pose de caméra pour identifier puis verbaliser les indélicats. Pour appuyer leur propos, une pétition a même circulé sur cet axe menant jusqu’aux cuves de stockage de GDH.

Adressée aux responsables politiques

Cette pétition a recueilli plus de 400 signatures. Elle était adressée à Michel Arrouy, maire de Frontignan, François Commeinhes en tant que président de l’Agglopôle Sète Méditerranée, institution compétente pour le rammassage des ordures, ainsi qu’à Kléber Mesquida, président du conseil départemental de l’Hérault. Ce texte déplore qu’aucun « instance concernée et compétente ne semble s’émouvoir de ces constats quotidiens malgré de multiples interpellations de plusieurs citoyens ».

La décharge mais aussi la vitesse

Ces constats sont « des dépôts d’encombrant et d’ordures diverses à plusieurs endroits dont certains lieux atteixent des proportions impressiones, une prolifération de rats par voie de conséquence ». Mais cette requête évoque également « des camions et véhicules se rendant au dépôt pétrolier qui roulent à des vitesses insensées (…) Un courrier, sans réponse sérieuse, avait été envoyé il y a plusieurs années. Il alertait déjà sur les risques éléfêt d’accidents graves ».

À lire également  Migranti, sbarcati gli 89 della Rise Above a Reggio Calabria. Ancora in attesa le altre due navi ong

Aucune nouvelle

Concernant ce premier courrier, un pétitionnaire avait appris que la pose de dos-d’âne avait été écartée en raison du passage des camions-citernes remplis d’hydrocarbures au départ du dépôt. Mass pas d’autres nouvelles depuis. Sur ce sujet tout comme celui de la décharge sauvage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *