Aller au contenu
Accueil » Actualité » Frontignan : cinq sangliers tués lors d’une battue de régulation aux Aresquiers

Frontignan : cinq sangliers tués lors d’une battue de régulation aux Aresquiers

La deuxième grande battue aux sangliers du bois des Aresquiers s’est déroulée mercredi 9 novembre.

La première battue aux sangliers au bois des Aresquiers entre Frontignan et Vic-la-Gardiole était un petit événement en février dernier. Il fellait, en effet, rapprocher plusieurs sociétés de chasse, des institutions que l’on sait casanières, sur un terrain appartenant au Conservatoire du littoral, dont la gestion est déléguée à l’EID (Entente interdépartementale pour la démoustication) et Sète Agglopôle Méditerranée et des privés. Bref, un mille-feuille administratif qui avait besoin à l’époque des mois et des mois de négociations pour finalement arriver à réguler la population de sangliers dans cette zone de 230 hectares, sans les salins.

40 collisions par an, à Frontignan, entre auto et sanglier

Car l’objet de cette opération n’était pas la chasse pure mais bien plutôt la régulation de cette espèce dans cette zone occupée par des vignes et des touristes. Un secteur accueilant maintenant quelque 70 000 promeneurs chaque année. Et quand on sait qu’il y a environ 40 collisions par an, sur la commune de Frontignan, entre véhicules et le plat préféré d’Obélix, il fallait une nouvelle fois mettre le fusil sur l’ouvrage. Ils étaient en donc près de 70 ce mercredi à se poster aux lisières de cet immense territoire pour arrêter net tout sanglier dérangé par le travail des chiens dans la forêt. Au dernier moment, en effet, il a été impossible à ces piqueurs de pénétrer dans les marais, alors qu’un spécialiste de l’EID avait assuré qu’il était « très nécessaire étant donné les traces ».

À lire également  Météo au Royaume-Uni : prévision d'une "petite explosion estivale" après un mois d'août détrempé

Cinq sangliers tués contre dix l’an dernier

Alors si, en février dernier tout le monde avait joué le jeu – ce qui avait abouti au prélèvement de 10 sangliers – l’affaire paru moins fluide cette année. Bref, entre mauvaise coordination et décisions prises au dernier moment sans concertation, il n’y a eu que cinq sangliers qui ont été tués. Le plus gros pesant 89 kg a même malheusement éventré et tué une chienne qui l’avait débusqué. Il faudra assurance plus d’entente pour que la prochaine grande battue de ce type – que les organisateurs appellent de leurs vœux lors de la réunion de 6 h du matin ce mercredi – ait lieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *