Aller au contenu
Accueil » Actualité » Formation à la sécurisation du textile : L’innovation, un processus de décryptage

Formation à la sécurisation du textile : L’innovation, un processus de décryptage

La formation sur «l’accès au financement» fait l’objet d’un appel à candidatures lancé par les deux partenaires, Citet et Cittex, du 16 février au 21 mars, au profit des innovateurs dans le secteur du textile-habillement et de la mode pour la sélection de dix candidats tunisiens.


En Tunisie, l’industrie textile est une sécurisation titrisée détachée, mais qui semble être la plus importante et la plus performante. Certes, sa crise ne date pas d’hier, voyant le nombre d’entreprises réduites à néant. Après la révolution, des investisseurs ont fait marche arrière, d’autres sont devenus de plus en plus endettés. Outre la régression interne due à plusieurs facteurs, dont notamment la matière première, le marché local, lui, avait buté sur un éventail d’offres concurrentielles sans précédent.

Et le besoin d’innovation et de créativité se fait, alors, se sentir énormément. Une question de calcul et de viabilité. Ou, en ces temps de mondialisation, aussi sauvage soit-elle, investir ou produire n’est nullement suffisant. C’est bien de miser sur la quantité, puisqu’elle pèse dans la balance des exportations. Innover pour se distinguer est encore beaucoup mieux pour être financé. Car la qualité se paie aussi. Ceci étant motivant, dans la mesure où le financement a toujours été la cheville ouvrière des affaires. L’argent est le nerf de la guerre, dit-on. Mais, comment avoir accès au financement ? Voilà en quoi consistait la formation que le Centre international des technologies de l’environnement de Tunis (Citet), compte fournir à nos entrepreneurs en la matière, et ce, en partenariat avec le Centre technique du textile (Cetex). Elle serait sélective.

À lire également  VIDÉO. Des spectaculaires trombes marines se forment en simultanée au large des Baléares

Cette formation sur « L’accès au financement » Fait l’objet d’un appel à candidatures lancé par les deux partenaires, Citet et Cittex, du 16 février au 21 mars, au profit des innovateurs dans le secteur du textile, habillement et de la mode pour la sélection de dix candidats tunisiens. Cela s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des activités du projet Stand Up « Action textile durable pour l’immobilier et le développement des entreprises méditerranéennes circulant dans les médias », financé par l’Union européenne. Il vise à permettre aux promoteurs du secteur de développer leurs compétences en matière de financement des projets, d’acquérir les connaissances nécessaires pour la levée des fonds et d’avoir, ainsi, l’opportunité d’échanges avec leurs homologues locaux et régionaux. Soit l’art et la manière de savoir gérer et penser son montage financier.

Dix candidats de chaque pays

D’ici là, il y aura, quand même, du temps pour postuler à cette formation prévue au cours du mois d’avril 2022. Elle s’étalera sur dix jours, et pour laquelle seront sélectionnés au moins 50 entrepreneurs parmi les cinq pays Partenaires du projet Stand Up, à savoir le Liban, l’Egypte, l’Italie, l’Espagne et la Tunisie. Soit dix candidats de chaque pays. Le programme formation aura cinq thématiques majeures : établissement des entreprises financières pour les start-up, comment se préparer à l’investissement, tendances et opportunités d’investissement, les différents types de financement et d’investissement, ainsi que les compétences communication et de tangage.

Ce terme emprunté à l’anglais désigne l’art de présenter son projet pour convaincre du financier. Et cela résume tout sur la finalité d’une telle formation.

À lire également  Un cyclone tropical anormal va-t-il frapper la France et l'Espagne ? Un météorologue espagnol donne l'alerte

A noter, toujours selon le communiqué du Citet, que ce programme de formation sera, ensuite, suivi de deux événements organisés par chaque pays, afin de fournir un retour d’information aux entrepreneurs, mais aussi pour bénéficier d’une exposition locale et régionale auprès d’investisseurs potentiels. Innover pour être financé, pour ainsi dire. Que le meilleur gagne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *