Il n’est pas nécessaire d’écouter les Cassandre pour prédire un avenir catastrophique. Pour décider d’agir immédiatement contre le réchauffement climatique, il suffisait de regarder ce qui s’est passé au cours de la dernière décennie, l’enchaînement des inondations, des sécheresses, des incendies et des tempêtes qui ont fait de 2021 une annus horribilis pour le climat.

Les Italiens ont encore des images de Catane sous l’eau dans nos yeux et, quelques mois plus tôt, le record européen de chaleur enregistré à Floridia, Syracuse, avec 48,8 degrés. Mais la mémoire, on le sait, en jouant des tours, est sélective et peut être trompeuse : peut-être que tout cela s’est toujours produit et nous ne nous souvenons que des derniers événements qui nous sont plus étroitement liés. C’est pourquoi la science est importante, étant donné ses chiffres et ses statistiques qui révèlent des relations de cause à effet inefficaces. Cela s’est également produit hier lorsque, juste au début de la COP26 à Glasgow, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) a présenté son rapport sur l’état du climat mondial 2021, selon lequel les sept dernières années ont été les plus chaudes de tous les temps. Un flux de données allant toutes dans le même sens : « Elles montrent comment la planète évolue sous nos yeux », a déclaré le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres. « Les événements extrêmes sont la nouvelle norme », fait écho Finn Petteri Taalas, qui dirige l’OMM. « Et il y a de plus en plus de preuves scientifiques que le changement climatique est causé par les activités humaines pour beaucoup d’entre eux. » Le secrétaire général des météorologues de l’ONU a rappelé quelques-uns des événements extraordinaires qui ont caractérisé cette année 2021 : « Il pleuvait, au lieu de neige, pour la première fois de l’histoire sur le sommet du glacier du Groenland. Une vague de chaleur au Canada a fait monter les températures à près de 50 degrés dans un village de la Colombie-Britannique. Death Valley, Californie a atteint 54,4 degrés. « 

Ensuite, il existe de nombreux autres numéros qui enregistrent la fièvre de la planète, malgré leur froideur. En 2021, la température moyenne mondiale était supérieure de 1,09 degré à celle de la période 1850-1900. Le niveau de la mer a augmenté de 4,4 millimètres par an entre 2013 et 2021, contre 2,1 millimètres par an au cours de la période 1993-2002. Le volume de glace arctique a atteint un nouveau niveau tous temps avec 4,72 millions de kilomètres carrés.

G20, appel du prince Charles : « La Cop26 est notre dernière chance de sauver la planète »


L’actualité des derniers mois ne fait donc que confirmer le scénario imaginé par les climatologues. Comment oublier les ravages et près de 200 victimes des inondations de juillet dernier en Allemagne et en Belgique. Le même mois, 382 mm de pluie sont tombés en seulement six heures dans la ville chinoise de Zhengzhou : les inondations qui en ont résulté ont fait 302 morts et 17,7 milliards de dollars de dégâts. En revanche, dans l’Ouest américain, les 20 mois de janvier 2020 à août 2021 ont été les plus secs de l’histoire. L’approvisionnement en eau du lac Mead, maintenu par le fleuve Colorado, est pratiquement vide, mettant en crise les villes et les éleveurs de l’Arizona et du Nouveau-Mexique. Plus au nord, le manque de précipitations a réduit les récoltes de blé canadien de 30 à 40 %, affectant les marchés alimentaires du monde entier. La Californie a détruit les incendies : un seul incendie fin août a réduit en cendres 70 000 hectares de forêts.

Un été de flammes et de fumée sur la Méditerranée aussi. A commencer par la Grèce, où l’incendie a également détruit l’île d’Eubée. Mais le vrai et tragique record a été enregistré en Sibérie : l’incendie qui s’est déclaré dans les forêts du nord en août a été plus grand que tous ceux du reste du monde réunis : 16 millions d’hectares brûlés, avec une colonne une fumée qui a traversé le tout l’Arctique.

Selon une étude publiée par la revue Nature Climate Change, au moins 85% de la population mondiale est déjà confrontée à l’urgence climatique, peut-être en 2021. L’appel aux dirigeants mondiaux est d’atterrir à Glasgow aujourd’hui pour commencer la Cop26, avec une dernière minute. accord, ils essaient de le changer en annus mirabilis, l’année du tournant.

C’est pourquoi la science est importante, étant donné ses chiffres et ses statistiques qui révèlent des relations de cause à effet inefficaces. Cela s’est également produit hier lorsque, alors que la COP26 à Glasgow commençait, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) a présenté son rapport sur l’état du climat mondial 2021, selon lequel les sept dernières années ont été les plus chaudes de tous les temps. Un flux de données allant toutes dans le même sens : « Elles montrent comment la planète évolue sous nos yeux », a déclaré le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres. « Les événements extrêmes sont la nouvelle norme », fait écho Finn Petteri Taalas, qui dirige l’OMM. « Et il y a de plus en plus de preuves scientifiques que le changement climatique est causé par les activités humaines pour beaucoup d’entre eux. » Le secrétaire général des météorologues de l’ONU a rappelé quelques-uns des événements extraordinaires qui ont caractérisé cette année 2021 : « Il pleuvait, au lieu de neige, pour la première fois de l’histoire sur le sommet du glacier du Groenland. Une vague de chaleur au Canada a fait monter les températures à près de 50 degrés dans un village de la Colombie-Britannique. Death Valley, Californie a atteint 54,4 degrés.  »

Ensuite, il existe de nombreux autres numéros qui enregistrent la fièvre de la planète, malgré leur froideur. En 2021, la température moyenne mondiale était supérieure de 1,09 degré à celle de la période 1850-1900. Entre 2013 et 2021, le niveau de la mer a augmenté de 4,4 millimètres par an, contre 2,1 millimètres par an au cours de la période 1993-2002. Le volume de glace arctique a atteint un nouveau niveau bas avec 4,72 millions de kilomètres carrés.

Températures en hausse

L’actualité des derniers mois ne fait donc que confirmer le scénario imaginé par les climatologues. Comment oublier les ravages et près de 200 victimes des inondations de juillet dernier en Allemagne et en Belgique. Le même mois, 382 mm de pluie sont tombés en seulement six heures dans la ville chinoise de Zhengzhou : les inondations qui en ont résulté ont fait 302 morts et 17,7 milliards de dollars de dégâts. En revanche, dans l’Ouest américain, les 20 mois de janvier 2020 à août 2021 ont été les plus secs de l’histoire. L’approvisionnement en eau du lac Mead, alimenté par le fleuve Colorado, est pratiquement vide, mettant en crise les villes et les éleveurs de l’Arizona et du Nouveau-Mexique. Plus au nord, le manque de précipitations a réduit les récoltes de blé canadien de 30 à 40 %, affectant les marchés alimentaires du monde entier. La Californie a détruit les incendies : un seul incendie fin août a réduit en cendres 70 000 hectares de bois.

Un été de flammes et de fumée sur la Méditerranée aussi. A commencer par la Grèce, où l’incendie a également détruit l’île d’Eubée. Mais le vrai et tragique record a été enregistré en Sibérie : l’incendie qui s’est déclaré dans les forêts du nord en août a été plus grand que tous ceux du reste du monde réunis : 16 millions d’hectares brûlés, avec une colonne de fumée qui a traversé tout l’Arctique .

Selon une étude publiée par la revue Nature Climate Change, au moins 85% de la population mondiale est déjà confrontée à l’urgence climatique, peut-être en 2021. Peut-être que l’appel aux dirigeants mondiaux arrive aujourd’hui à Glasgow pour lancer la Cop26 qu’ils tentent, avec un accord de dernière minute, pour le changer en annus mirabilis, l’année du tournant.

Montée des mers

Un été de flammes et de fumée sur la Méditerranée aussi. A commencer par la Grèce, où l’incendie a également détruit l’île d’Eubée. Mais le vrai et tragique record a été enregistré en Sibérie : l’incendie qui s’est déclaré dans les forêts du nord en août a été plus grand que tous ceux du reste du monde réunis : 16 millions d’hectares brûlés, avec une colonne une fumée qui a traversé le tout l’Arctique.

Faire fondre la glace

Selon une étude publiée par la revue Nature Climate Change, au moins 85% de la population mondiale connaît déjà l’urgence climatique, peut-être en 2021. L’appel aux dirigeants mondiaux est d’atterrir à Glasgow aujourd’hui pour commencer la Cop26 est, avec une dernière accord minutieux, ils essaient de le changer en annus mirabilis, l’année du tournant.

Les anomalies des précipitations

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *