Aller au contenu
Accueil » Actualité » Fitch Ratings abaisse la note souveraine de la Tunisie de « B – » à « CCC »

Fitch Ratings abaisse la note souveraine de la Tunisie de « B – » à « CCC »

L’Agence de notation « Fitch Ratings » vient de réviser à la baisse la note souveraine de la Tunisie de « B – » avec perspectives négatives à « CCC ».

L’agence a indiqué, dans un communiqué publié vendredi, que l’abaissement de la note reflétait « des risques de liquidité budgétaire et externe accrus dans le contexte de nouveaux retards dans l’accord sur un nouveau programme avec le Fonds monétaire international », après les changements politiques de juillet 2021, ce qui est nécessaire pour accéder à la plupart des créanciers officiels ».

Fitch a rappelé qu’elle n’attribue généralement pas d’Outlook (perspectives) avec une notation de « CCC » ou moins. Elle a souligné que l’opposition sociale enracinée et les frictions permanentes avec les syndicats, limitant la capacité du gouvernement à adopter des mesures d’assainissement budgétaire fortes, conforme les efforts visant à sécuriser le programme du FMI.

Déficits et besoins en financement importants

« Parallèles aux tracas des prix des produits de base, le ralentisseur de la mise en œuvre des réformes pourrait conduire à une situation où la restructuration de la dette est nécessaire pour la viabilité de la dette, même dans le cadre d’un programme avec le FMI », a ajouté Fitch Ratings.

«Cependant, le gouvernement a déclaré qu’il n’envisageait pas une restructuration de la dette et la Tunisie ne s’est jamais engagé avec le Club de Paris», a souligné Fitch.

La notion d’estimation estime que la dette de l’entreprise a été réduite à 8,5 % du PIB en 2022, en hausse de 7,8 % en 2021.

« Nous prévoyons que les revenus s’amélioreront en 2022 avec l’expansion de l’économie et l’expiration des mesures d’exonération fiscale, mais cela sera largement compensé par l’augmentation des subventions aux prix du carburant, du gaz et des céréales et par une charge d’intérêts croissants ».

À lire également  filet de liaison pour récupérer les déchets à la source

« Les salaires et les intérêts absorberont près de 70 % des revenus et continueront de limiter considérablement, la flexibilité budgétaire malgré un gel des embauches ».

Elle prévoit que le déficit se réduira à 6,9% du PIB en 2023, en grande partie grâce à la baisse des dépenses de subventions énergétiques et alimentaires. « Nous prévoyons que la dette extérieure atteindra 84% en 2022 et 84,7% en 2023 ».

Les finances du financement de l’État sont dues à la raison de l’important déficit et des échéances de la dette qui s’établissentont à 9,2% du PIB en 2022 et 8,9% en 2023.

Un accord avec FMI reste essentiel pour le financement extérieur

Pour l’Agence de notation, un accord avec le FMI qui succèdera au programme qui a expiré en 2020 reste essentiel pour le financement extérieur, car la Tunisie a perdu l’accès aux marchés internationaux. Bien que l’engagement des créanciers publics extérieurs à aider la transition démocratique de la Tunisie et à contenir les flux migratoires à travers la Méditerranée reste fort, le soutien financier de nombreux partenaires est lié à un accord avec le FMI.

L’Agence a rappelé que le budget de la Tunisie pour l’exercice 2022 suppose qu’un programme du FMI soit mis en place d’ici le milieu de l’année et que la Tunisie reçoive environ 4 milliards de dollars de financement extérieur, sur la d’un accord avec le FMI portant sur un prêt de 700 millions de dollars.

« Notre scénario de base suppose un accord sur un programme du FMI au deuxième semestre de 2022, avec des décaissements conditionnés à l’adoption de certaines réformes », a indiqué Fitch Ratings. « Cela entraînerait probablement des retards supplémentaires dans les décaissements des fonds des créanciers officiels par rapport au budget, outre les risques d’exécution », at-elle ajouté.

À lire également  Arrivée d'air polaire : épisode méditerranéen et neige attendus en Languedoc-Roussillon à partir de mardi prochain

«Nous nous attendons à ce que la Tunisie continue de compenser le faible financement extérieur en empruntant massivement auprès de sources nationales».

« Malgré les progrès réalisés pour combler la divergence de positions entre le gouvernement et le syndicat sur le programme de réforme, il existe une forte opposition sociale aux réformes fiscales et peut-être des événements politiques controversés à venir, tels que le référendum de juillet 2022) et élections législatives (décembre 2022). Cela signifie qu’un accord pourrait ne pas être atteint et que le gouvernement pourrait avoir du mal à mettre en œuvre les réformes convenues adaptées pour les décaissements prévus du FMI.

Dans un schéma solide, le Tunisien s’est finalement considéré financièrement comme un non-facilitateur du Club de Paris pour le rendre abordable pour un financement du financement de l’offre FMI, avec des implications pour les références du secteur privé.

Constatant que le portail-parole du FMI, Gerry Rice déclare, jeudi, lors d’une conférence de presse tenue à Washington, qu’une équipe réduite des services du Fonds Monétaire International (FMI) se rendra, fin mars courant, en Tunisie , afin de poursuivre les discussions avec les autorités, concernant un nouvel accord de financement en faveur du pays.

Le porte-parole a affirmé que les discussions vont se baser sur les « bons progrès » déjà réalisés dans les négociations avec les autorités tunisiennes sur les politiques de réforme, décidé que le FMI est et reste un partenaire « solide » de la Tunisie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.