Aller au contenu
Accueil » Actualité » Fin de carrière pour L’Abeille Flandre qui va être déconstruit

Fin de carrière pour L’Abeille Flandre qui va être déconstruit

De nombreux marins en détresse lui doivent une fière chandelle. Après 44 ans de service et des centaines de sauvetage, le remorqueur de haute mer L’Abeille Flandre est arrivé à Brest ce vendredi pour y être déconstruit. Pour sa dernière escale, le navire affrété par la Marine nationale, navire de 63,5 mètres pour 14,4 mètres de large, a été accueilée au son du gang de Plougastel par plusieurs dizaines de curieux.

Il débute sa carrière à Brest en 1979 après son rachat par la société Les Abeilles International, armateur français spécialisé dans le remorquage offshore. Le navire a théoriquement réalisé le remorquage de la partie arrière du pétrolier Érika après son naufrage en décembre 1999 au large des côtes bretonnes. En 2005, il avait été déplacé à la station d’assistance de Toulon, avant d’y céder sa place, le 17 juin dernier, à L’Abeille Méditerranée, l’un des remorqueurs les plus puissants au monde.

La déconstruction comme « seule issue »

« La déconstruction s’est révélée être la seule issue raisonnée en l’absence de projet mémoriel viable », souligne Samira Draoua, présidente des Abeilles International. C’est la société Navaleo à Brest qui a été choisie pour assurer sa déconstruction. Chez le jumeau, L’Abeille Languedocest également en cours de déconstruction à Brest depuis août 2022.

À lire également  Crise ukrainienne : la Russie critique les mouvements militaires américains comme une « étape destructrice » | Ukraine

Les deux navires, qui avaient été construits en 1978 dans le chantier norvégien d’Ulstein, seront déconstruits simultanément à partir de mars 2023. D’ici là, les équipes de Navaleo vont procéder au désamiantage et au retrait des fluides et du mobilier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *